POPULARITÉ
1169

Chasseurs vigilants, la nature mérite mieux

Éditer
Publié dans
le 16.01.18
Hunting-583086_960_720

Le Journal télévisé de 20h de France 2 a diffusé, le 10 janvier 2018, un reportage relatif au recrutement de 200 chasseurs par la Gendarmerie de l’Oise pour effectuer des missions relevant de la police des milieux naturels et forestiers.

Cette convention signée le 21 mars 2017 ne fait que marginalement référence aux agents des organismes chargés de la protection de l’environnement (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Office National des Forêts, Agence Française de la Biodiversité,…) qui assument ces missions de police des milieux naturels et forestiers avec la compétence que leur donne une formation approfondie,

Le réseau des « chasseurs vigilants » est censé compléter ces dispositifs territoriaux affaiblis par la suppression de postes de fonctionnaires assermentés.

Les chasseurs chassent et c’est leur droit mais il est prévu que leur réseau assure la sécurisation des chasses à courre. Et les voilà donc officiellement en défense d’une activité cynégétique, donc en défenseurs de leur propre intérêt. Et à la différence des "cavaliers vigilants" et autres regroupements, ils sont armés. Le préfet de l’Oise donne l’impression d’accepter une milice ou une police parallèle… car la convention n’impose pas de déposer le fusil pour remplir la mission. Cette convention risque de produira de nouvelles tensions entre les divers utilisateurs de la nature.

Si l'Etat veut faire un corps de bénévoles auxiliaires pour la protection de l'environnement, il ne faut pas le limiter. C'est comme si les pompiers volontaires étaient accessibles uniquement à une certaine catégorie sociale. Ne risque-t-on pas de voir privilégier les chasseurs entre eux au détriment des autres notamment quand on voit les articles de presse où les relations entre randonneurs/chasseurs ou ramasseurs de champignons/chasseurs, voire agriculteurs/chasseurs, sans parler des naturalistes/chasseurs, ne sont pas toujours au beau fixe, augurant de futurs contentieux entre cette «nouvelle police» et les citoyens.

On peut avancer et essayer de construire un consensus. Pour cela, l'Etat doit ouvrir des discussions avec l'ensemble des usagers de la Nature et les élus pour mettre en place une réserve rurale citoyenne ouverte à tous.

Vignette Pixabay libre de droits

Commentaires

1
2018-01-17 15:34:45 +0100

Communiqué repris sur NEWSPRESS
http://www.newspress.fr/Com...

1

0
2018-01-19 14:10:35 +0100

? Pour les services déconcentrés de l’Etat les restrictions se poursuivent et les personnels compétents et assermentés pour relever les infractions dans les milieux naturels et forestiers sont non seulement moins nombreux mais ils doivent faire face à un accroissement des demandes d’expertises.
? Pour l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), en l’espace de cinq ans, cet établissement public a perdu, au niveau national, trois cents postes sur 1700 emplois. Si l’on ajoute à ces suppressions de postes de personnels titulaires la fin des contrats aidés à la demande du gouvernement c’est encore 110 postes supplémentaires qui vont disparaître en 2018 !
? De même, pour l’Office National des Forêts (ONF), malgré les engagements de l’Etat, la Direction Générale a engagé le recrutement de techniciens de terrain de droit privé qui sont dans l’incapacité juridique de remplir des missions de police qui relèvent de la compétence du statut de personnels fonctionnaires. C’est plus de 1000 agents assermentés, compétents dans le domaine forestier et environnemental qui vont disparaître.
Par ailleurs, la réalisation de ses missions par des personnels fonctionnaires assermentés est un gage de neutralité et d’impartialité qui ne peut être assuré en faisant appel à de multiples intervenants de la vie civile.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. ************************************************************************************************************************************* Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. ****...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 742336
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 300618
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 125582
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 216476
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43796
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 269274

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy