POPULARITÉ
165

EuropaCity : fin du projet, maintenant place aux propositions

Éditer
Publié dans
le 12.11.19
Europacity

Le troisième conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron réuni le 7 novembre dernier s’est penché sur différents sujets : la forêt, les aires protégées mais aussi les friches et l’artificialisation des sols, des sujets chers à Humanité et Biodiversité.
Parmi les mesures phare issues de ce conseil, le gouvernement a acté l’abandon du grand projet « EuropaCity » en Val d’Oise dans le triangle de Gonesse.

Le gouvernement a mis en avant trois arguments interdépendants qui ont amené à cette décision d’abandonner le projet de centre commercial géant « EuropaCity » :

  • Une conception datée de l’aménagement du territoire qui contribue à la dévitalisation des cœurs de villes ;
  • La dépendance à la voiture et l’apport d’un trafic automobile supplémentaire sur un axe déjà très fréquenté ;
  • La lutte contre l’étalement urbain qui se réalise au détriment des terres agricoles et espaces naturels.

Toutefois, si l’immense centre commercial est abandonné ce n’est pas le cas du projet d’aménagement de la ZAC du triangle de Gonesse. Le gouvernement a donc confié une mission à M. Francis Rol-Tanguy qui aura pour objectif de proposer un nouveau projet d’aménagement de ce territoire. Car ce territoire a un besoin urgent d’emploi. Le désespoir est grand dans ces villes de banlieues où la pauvreté est des plus importantes de France.
Tous les projets qui seront soumis à débat* devront s’inscrire dans nos actions menées avec nos partenaires du pacte du pouvoir de vivre.

En outre, le conseil de défense écologique a abordé la question des friches (commerciales, industrielles, urbaines ou militaires) et de leur rôle fondamental dans la lutter contre l’artificialisation des sols. Les friches ont ainsi été identifiées comme un moyen prioritaire en réhabilitant certain pour la création de logement, la production d’énergie renouvelable, ou tout pour recréer des espaces de biodiversité en renaturant.

Humanité et Biodiversité se réjouit de voir ces deux sujets, profondément liés l’un à l’autre, inscrits à l’ordre du jour du conseil de défense écologique. En effet, depuis 2015 notre association est très engagée dans la lutte contre l’artificialisation des sols. Nous avons notamment contribué à l’inscription de l’objectif « zéro artificialisation nette » dans le Plan Biodiversité de 2018. Nous avons également participé à l’avis du Comité de fiscalité verte du 16 juillet 2015 sur « la lutte contre l’étalement urbain et la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers », ainsi qu’aux deux rapports du Comité Économie Verte du 13 février 2019 sur « les enjeux de l’artificialisation des sols ».

Sur la question des friches, l’association est engagée depuis 2016 dans un partenariat avec le Laboratoire d’initiatives foncières et territoriales innovantes (LIFTI) dans lequel nous animons un groupe de travail « friches et environnement ». Nous avons d’ailleurs réalisé une étude sur la renaturation des friches urbaines.

De plus, nous portons chaque année depuis 2016, auprès des parlementaires et du Gouvernement des mesures fiscales pour lutter contre l’artificialisation des sols et l’étalement urbain. Par exemple, l’exonération de l’Impôt sur la Fortune Immobilière au profit de tous les espaces naturels non constructibles abritant des habitats susceptibles de protection au titre du code de l’environnement ou encore la suppression des subventions et dispositions fiscales à la construction dans les espaces protégés.

Nous espérons donc que le gouvernement poursuive ses engagements et soutenons vivement 6 actions pour ralentir l’artificialisation :

  • renaturer ;
  • réhabiliter ;
  • lutter contre contre la vacance des commerces et logements ;
  • rénover ;
  • densifier ;
  • la mise en place réelle de l’évitement avant de penser à la réduction et la compensation dans la démarche d’aménagement « Éviter-Réduire-Compenser ».

Retrouvez dans l’Écho 117 de l’automne 2019 notre dossier spécial « objectif zéro artificialisation nette » pour connaître l’ensemble de nos positions sur le sujet. Nous faisons de ces sujets l’une de nos priorités car la destruction et la fragmentation d’habitats par le changement d’occupation des sols constitue l’une des premières causes d’érosion de la biodiversité.


*Il sera nécessaire d’avoir un débat public d’importance et qui s’inscrive dans les missions de la CNDP. Un projet global, pas des bouts de projet qui ne permettent pas de répondre aux défis globaux, emplois, biodiversité, artificialisation, lutte contre le dérèglement climatique…

Commentaires

0
2019-11-12 14:40:33 +0100

Parmi les actions soutenues pour ralentir l'artificialisation des sols, il y en a une qui ne va pas manquer de faire réagir : densifier. Je crois qu'il serait bon de préciser "dans le respect des cadres de vie". Transformer les petites viles en cités dortoirs n'est certainement pas une bonne idée...

0

0
2019-11-12 17:29:54 +0100
0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 768211
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 344017
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131411
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 211269
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41229
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 283746

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy