POPULARITÉ
21

Gestion de la tuberculose bovine : le Blaireau a bon dos !

Éditer
Publié dans
le 04.10.19
Blaireau_3

Saisie par Humanité et Biodiversité, France Nature Environnement, la LPO et l’ASPAS en septembre 2016, l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire alimentation, environnement, travail) vient, après trois années, de rendre son rapport sur le rôle des blaireaux dans la transmission de la tuberculose bovine, et sur les moyens de lutte. Les conclusions de cette expertise viennent confirmer qu’il est inutile d’abattre et de piéger des blaireaux dans les zones indemnes de tuberculose bovine, pratique qui a encore cours aujourd’hui.

Les associations tiennent en premier lieu à souligner que cette possibilité offerte aux ONG de saisir une Agence nationale d’expertise, en toute indépendance, fait honneur à la France et elles saluent le travail important conduit par les experts de l’ANSES. Elles considèrent que son avis, plein d’enseignement, peut réhabiliter le blaireau injustement massacré.

Stop à l’acharnement injustifié contre le blaireau

Comme le rappelle l’ANSES dans son préambule, le blaireau n’est que l’une des espèces sauvages susceptibles d’être infectées par la bactérie Mycobacterium bovis. D’autres espèces sauvages, dont le sanglier largement plus répandu, peuvent aussi porter la maladie.

Par cette saisine, les associations de protection de la nature ont voulu obtenir des éléments incontestables sur l’inutilité de l’élimination préventive des blaireaux et des autres espèces sauvages. Dans son avis, l’ANSES réitère clairement sa position déjà exprimée dans un rapport de 2011 :

« dans les zones indemnes de tuberculose, l’élimination préventive des blaireaux (et des autres espèces sauvages) ne peut en aucun cas être justifiée au motif de la lutte contre la tuberculose ».

Or, aujourd’hui encore, dans certains départements, le motif de la lutte contre la tuberculose est injustement utilisé pour justifier l’intensification de la chasse, du piégeage ou de l’archaïque déterrage des blaireaux.

Les associations en appellent donc au ministère de la Transition écologique pour que cette conclusion soit clairement rappelée d’une part aux préfets, pour qu’ils ne cèdent plus à cet argument émis dans les commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage, mais également aux chasseurs et piégeurs.

Les dépistages sur les bovins et les mesures de biosécurité doivent être poursuivis, voire renforcés

Les associations rappellent que, si la faune sauvage, dont les blaireaux, peut véhiculer la maladie, au départ, ce sont les bovins qui ont contaminé les blaireaux et non l’inverse.

Pourtant, tout laisse à penser que le dépistage des élevages de plein air a été négligé du fait de l’obtention, par la France, du statut de pays officiellement indemne de tuberculose en 2001.

Nos associations estiment donc qu’il est important que les moyens de détection des foyers tuberculeux domestiques soient poursuivis, voire renforcés.

D’autre part, les mesures de biosécurité qui visent à limiter les contacts entre les bovins et la faune sauvage doivent être intensifiées. Dans ce domaine, les associations de protection de la nature, ayant d’excellentes connaissances sur le comportement de la faune sauvage, et en particulier du blaireau, sont de bons conseils pour les études de vulnérabilité au cas par cas dans les exploitations.

Pour en savoir plus : Tuberculose bovine : 5.000 blaireaux abattus chaque année

Commentaires

0
2019-10-07 10:15:05 +0200

Le blaireau est très dangereux ! Il peut même poursuivre un sanglier jusque chez vous !

0

0
2019-10-07 10:15:25 +0200

Preuve = > https://www.sudouest.fr/201...

0

1
2019-10-07 13:03:40 +0200

Et oui on sait bien que le blaireau et le sanglier, et même les chevreuil, souvent, complotent pour venir s'écraser sous les pneus des voitures ou envahir votre jardin ou salle à manger pour prendre du bon temps!!!!
Les chasseurs, agriculteurs, éleveurs, Ces Grands Passionnés de nature et faune sauvage, heureusement, nous apportent des solutions efficaces : supprimons par principe de précaution en justifiant que leur nombre augmente, qu'ils détruisent des troupeaux, piétinent leur récolte, sont porteurs de maladie....
Eh oui tout est bon pour se faire une petite balade avec chien et fusil et 4x4 en se prenant pour les rois du monde! Je les vois tous les dimanches ces régulateurs de NOTRE nature = hors d'âge et ridicules!!!

1

1
2019-10-07 13:53:35 +0200

Mais ce sont eux qui ont le pouvoir... pas les amoureux de la nature. Oui, d'un côté, ils polluent les sols et l'air, arrachent les haies et s'étonnent de devoir faire des lâcher de gibier idiot qui n'ont plus peur des humains...

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 764965
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 340396
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131227
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 210862
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41213
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 283260

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy