POPULARITÉ
800

Non à la réduction des budgets de l'eau et de la biodiversité

Éditer
Publié dans
le 27.10.17
2125774_non-a-la-reduction-des-budgets-de-leau-et-de-la-biodiversite-web-tete-030792961262

Tribune parue sur Les Echos.fr signée de Bernard Chevassus-au-louis / Président d’Humanité et Biodiversité
Allain Bougrain-dubourg / Président de la LPO
Michel Dubromel / Président de France Nature Environnement
Audrey Pulvar / Présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme

Si nous nous sommes réjouis de l'annonce d'une hausse de 3,9 % des crédits du ministère de la Transition écologique et solidaire dans le budget 2018, aujourd'hui nous dénonçons avec vigueur la réduction de 195 millions, soit près de 10 %, des ressources budgétaires pour l'eau et la biodiversité.

La France, qui abrite une part importante de la biodiversité mondiale et porte à ce titre une responsabilité particulière, a adopté l'an dernier une loi pour la « reconquête de la biodiversité » particulièrement ambitieuse. Cette loi a notamment créé une Agence française en charge de la biodiversité et a rebaptisé « Agences de l'eau et de la biodiversité » les Agences de l'eau, afin de leur permettre d'élargir leur périmètre d'action aux milieux terrestres.

Moyens financiers

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, ne cesse d'affirmer que la biodiversité est pour lui une priorité d'une importance égale à celle des dérèglements climatiques. Le nouveau Plan national d'adaptation au changement climatique, en cours d'élaboration, prévoit dans ses priorités le renforcement des solutions basées sur la nature.

Dans le même temps, à l'occasion de son discours aux Etats généraux de l'alimentation, le président de la République, Emmanuel Macron, a reconnu l'impérieuse nécessité d'une transition écologique de l'agriculture pour maîtriser ses impacts environnementaux.

Etre à la hauteur de ces ambitions affichées, et mener les actions nécessaires à la reconquête de la biodiversité, nécessite des moyens financiers, des moyens stables, des moyens renforcés permettant de prendre des engagements dans la durée.

Or le projet de loi de finances 2018 propose, d'une part, de transférer du budget du ministère de la Transition écologique et solidaire à celui des Agences de l'eau le soutien qu'apportait l'Etat à l'Agence française pour la biodiversité, mais aussi aux Parcs nationaux et à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, soit une charge supplémentaire pour ces agences de plus de 100 millions d'euros.

Et, d'autre part, de « plafonner » les ressources de ces agences, issues des différentes taxes et redevances qui leur sont affectées, autrement dit, pour parler clairement, de prélever (pour un usage non défini) tout le montant de ces taxes qui dépasseront un « plafond » fixé par cette loi de finances.

Des mesures « peu démocratiques »

Sur la base des années antérieures, on peut estimer à au moins 150 millions d'euros le montant de ce prélèvement pour 2018. C'est la résultante de ces deux mesures, si l'on regarde globalement le budget des agences de l'eau et celui du ministère, qui aboutira à une réduction de près de 10 % des moyens disponibles pour les politiques de l'eau et de la biodiversité.

Outre leurs conséquences concrètes désastreuses pour notre patrimoine naturel, nous dénonçons également le caractère peu démocratique de ces mesures. Jusqu'à présent, les dépenses des agences de l'eau, c'est-à-dire l'utilisation des taxes prélevées pour améliorer la qualité de la ressource, sont discutées et définies par des comités de bassin, instances larges où siègent tous les acteurs publics et privés concernés. Il est normal, et c'est le cas, que les parlementaires définissent ou encadrent le taux des taxes que devront acquitter les divers utilisateurs de l'eau.

Mais, il n'est pas admissible que l'on pré-affecte d'autorité une part importante des sommes prélevées sur l'eau, sans consulter ces comités de bassin, à des destinations qui, pour certaines, ne seront même pas notifiées. C'est mépriser les personnes qui oeuvrent avec responsabilité dans ces comités, c'est plus largement tromper les citoyens sur l'utilisation de leur contribution.

Finalement, à la dernière minute et en réponse à de multiples propositions d'amendements visant à supprimer ce plafonnement des recettes des agences de l'eau, le gouvernement a proposé aux députés de remplacer en 2018 cet écrêtage par un « siphonnage », d'un montant qui serait sans doute supérieur, des fonds de roulement de ces agences. On en rirait si la question n'était pas si grave !

Vignette et texte sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030787661978-non-a-la-reduction-des-budgets-de-leau-et-de-la-biodiversite-2125774.php#sFOfcMYo7M8pitLg.99

Commentaires

1
2017-10-27 13:58:21 +0200

Les députés ont rétabli le budget des agences de l'eau
http://www.lagazettedescomm...

1

2
2017-10-28 19:41:41 +0200

La nouvelle du report du "plafond mordant" qui devait amputer le budget des agences de l'eau semblait être une victoire pour les élus locaux : il n'en est rien, et la nouvelle mesure décidée par Bercy est en fait encore pire que la précédente.
http://www.lagazettedescomm...

2

1
2017-10-30 18:36:54 +0100

Et moi voyez-vous je ne suis pas du tout étonné par ce comportement... il est du cousu main par une direction du pays qui a annoncé la couleur aux dernières élections - pas de contre pouvoir = pouvoir absolu et je fais ce que je veux sans prendre en compte les compétences dont ils n'ont cure, obnubilée qu'elle est cette direction de notre notre pays par le pouvoir et l'autorité la performance financiére par le profit quel qu'il soit "il n'est pas le Père Noël mais oncle pic-sous surement " je dis tout haut ce que tous pensent...
Ceci est bien malheureux et affligeant pour vous, pour nous, de voir que des efforts peuvent être anéantis par de telles décisions spéculatives et cupides...
Coup de gueule d'un de la campagne, désolé...

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion de la b...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 678497
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 283853
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 110822
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 201138
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 42773
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 259357

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy