POPULARITÉ
1775

Non à un affaiblissement de la loi littoral !

Éditer
Publié dans
le 01.06.18
Loi_littoral

A l’occasion de l’étude du projet de loi portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN), la Commission des Affaires Economiques de l’Assemblée Nationale avait adopté, le mercredi 16 mai 2018, plusieurs amendements ouvrant des brèches dans la Loi « Littoral » : urbanisation des « dents creuses », dérogation à la Loi « Littoral » permettant le développement de projets photovoltaïques, ou encore ouverture d’espaces naturels et agricoles à de nouvelles constructions. Ces parlementaires tentaient donc, au-travers d’un projet de loi n’abordant aucunement les questions liées au littoral, d’assouplir la Loi Littoral. Nous nous étions déjà mobilisés il y a un an. Et cette publication qui expose les revirements parlementaires est placée en "Actualité de l'association" car son titre résume notre avis.

Loi littoral: la majorité renonce à des dérogations face aux protestations.

Face aux polémiques grandissantes, les députés ont, en séance, supprimé ou réduit la portée, avec l'accord du gouvernement, de plusieurs dérogations à la loi littoral, en métropole et outremer, qui avaient été adoptées en Commission des Affaires Economiques.

  • Lors de l'examen du projet de loi logement, les députés ont supprimé les dérogations introduites en Commission pour permettre la construction ou l'installation d'équipements collectifs dans les territoires "ultra-marins" et "insulaires de métropole". "Aucun député d'outremer n'a rien demandé pour son territoire pour je ne sais quel projet", avait protesté la députée socialiste de la Réunion Ericka Bareigts, comme l'ensemble de ses collègues d'outre-mer et de Corse. Après une suspension de séance, le secrétaire d'État Julien Denormandie a donné son appui à l'amendement de suppression de Mme Bareigts, reconnaissant que la dérogation "n'avait pas été suffisamment circonscrite".

  • Autre suppression, la dérogation à la loi littoral adoptée en Commission , contre l'avis du gouvernement, qui étendait aux projets photovoltaïques ce qui est prévu actuellement pour les éoliennes. "Les projets solaires sont très fortement consommateurs d'espaces et sont particulièrement impactants du point de vue paysager", a argumenté le gouvernement auquel se sont ralliés finalement tous les groupes politiques.

Pour ce qui concerne le "comblement des dents creuses", des parcelles vides situées entre deux bâtiments construits dans un même hameau, les députés ont également adopté plusieurs amendements du gouvernement voulant éviter "des interprétations malencontreuses". Cette "possibilité de densifier les formes urbaines intermédiaires entre le village et l'urbanisation diffuse" ne pourra pas "s'appliquer ni dans la bande des 100 mètres" (du littoral) ni "dans les espaces proches du rivage".

Des amendements LR et LREM ont également été votés pour que ces constructions "soient réservées aux logements et aux services publics" d'une part et que "l'autorisation soit refusée" lorsqu'elles sont "de nature à porter atteinte à l'environnement ou aux paysages".

Commentaires

2
2018-06-01 14:37:56 +0200

C'est là que c'est dangereux quand c'est sournoisement, par la bande !

2

2
2018-06-01 19:13:25 +0200

Mais oui, je suis d'accord avec l'encre! j'ai signé une pétition qui circule en ce moment en ligne. Le littoral ne doit pas être bétonné, c'est une honte

2

5
2018-06-02 08:50:29 +0200

Résumons: après leur prise de position en Commission des Affaires Economiques, les députés ont "rétropédalé" et supprimé ou modifié plusieurs dérogations qui auraient affaibli la loi littoral si précieuse.

5

4
2018-06-02 10:48:03 +0200

https://www.lemonde.fr/loge...
.."De même a été rejetée la possibilité d’installer des centrales photovoltaïques près des rivages, jugées trop consommatrices d’espace et pas du tout indispensables dans ces sites, ce qui met fin à de tels projets dans le Morbihan, à Sarzeau, ou sur l’île d’Oléron. Ces deux rejets ont été votés à l’unanimité, avec l’accord du gouvernement, dans un rare moment de concorde où chacun, dans l’Hémicycle, s’est félicité de la capacité d’écoute de l’autre… et du gouvernement qui, pour la première fois, recule devant les élus. Après l’affaire du glyphosate, une autre atteinte à l’écologie aurait fait désordre."

4

1
2018-06-05 18:18:22 +0200

Un peu de baume au coeur après les déceptions de la semaine dernière

1

0
2018-06-06 18:53:18 +0200

Oui, si c'est vrai! à voir!

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 740459
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 294157
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 122608
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 213492
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43644
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 266522

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy