POPULARITÉ
554

One Planet Summit : Humanité et Biodiversité était présente à l’appel pour la planète

Éditer
Publié dans
le 13.12.17
Oneplanet

Invité au Sommet du 12 décembre, notre président Bernard Chevassus-au-Louis nous fait partager ses principales conclusions sur cette journée pleine d’annonces.

Avec 127 états représentés, dont une soixantaine de chefs d’Etat ou de gouvernement et quelques personnalités médiatiques (Arnold Schwarzenegger, Bill Gates, Michael Bloomberg, Sean Penn, Carlos Ghosn...), l’évènement peut être considéré comme un succès politique pour Emmanuel Macron. Un grand nombre d’intervenants ont salué le « leadership » du président et sa volonté de stimuler et rassembler les initiatives.

Sans surprise, tous les intervenants ont tenu à rappeler leur volonté de s’engager pour limiter le changement climatique et atténuer ses effets mais aussi (c’est plus original) pour dire que l’on n’était pas sur la trajectoire de +2°C.

La palme oratoire revient à John Kerry (ancien secrétaire d’Etat des Etats-Unis), ovationné pour sa prise de position en faveur de l’arrêt d’investissements dans les énergies fossiles. Position suivie par plusieurs intervenants (et notamment la Banque mondiale et d’autres banques de développement, mais aussi la BNP) qui ont indiqué qu’elles allaient cesser de soutenir les investissements dans ce domaine.

On peut néanmoins regretter l’absence à la tribune des acteurs associatifs de l’environnement et des acteurs sociaux, à l’exception d’une brève intervention du réseau climat international. L’ensemble des intervenants de ce marathon (il y a eu plus de cinquante intervenants) étaient soit des responsables politiques, soit des acteurs financiers ou industriels publics ou privés.

Parmi les divers sujets qui ont fait l’objet de discussions, quatre d’entre eux me paraissent devoir être soulignés.

  • Mobiliser des investissements privés en synergie avec les investissements publics. Le sujet le plus souvent évoqué a été celui du financement des énergies renouvelables et des infrastructures liées. C’est sans doute un domaine qui se prête bien aux innovations technologiques et aux financements privés. L’élargissement de ses financements à d’autres enjeux (alimentation, santé…) apparaît beaucoup plus problématique.

  • Comment changer d’échelle et passer de petits projets à des actions plus importantes ? Comment mobiliser les « gros » financements (Banques de développement, grandes entreprises) sur ces petits projets, ayant souvent un modèle économique fragile ? L’idée de créer et de proposer des « grappes » de projets a été développée en laissant la question de l’ingénierie sociale et technique en suspens.

  • Fixer un prix du carbone à un niveau suffisamment incitatif (40 $ par tonne). Plusieurs annonces de mise en place d’un tel mécanisme ont été faites (Chine, Amériques hors USA) et une coordination de ces initiatives se met en place.

  • La pollution liée aux énergies fossiles, et les problèmes de santé qui en découlent, est un problème majeur. Plusieurs intervenants ont souligné que les énergies fossiles posaient aussi le problème de la qualité de l’air et de santé.

Enfin, la journée s’est achevée sur une intervention du président E. Macron, qui a récapitulé en 12 rubriques les engagements pris. Ils seront mis sur une plateforme publique qui permettra de suivre leur réalisation.

Et concernant les enjeux de la biodiversité ?

C’est la grande déception de ce Sommet ! Aucune allusion, aucune référence aux enjeux de la biodiversité, aux solutions fondées sur la nature… Si ce n’est plusieurs interventions sur la nécessité de planter des arbres pour assurer la neutralité carbone. Il reste donc encore beaucoup à faire pour promouvoir le lien entre climat et nature, pour faire comprendre que les enjeux et les solutions pour lutter contre le dérèglement climatique et la perte de la biodiversité sont comme les deux faces d’une même pièce de monnaie.

Source photo : Pixabay, image libre de droits

Commentaires

5
2017-12-13 13:54:48 +0100

On se rend bien compte aujourd'hui que le réchauffement climatique est une notion assez bien comprise par l'ensemble de la population.
La disparition de la Biodiversité et ses conséquences sont plus difficiles à appréhender par cette même population car moins visible, moins" palpable"...
C'est de notre ressort de faire progresser les idées, nous ne sommes pas encore au chômage !

5

3
2017-12-13 14:23:10 +0100

Ce compte rendu confirme les articles de la presse, on oublie la biodiversité, on approche le changement climatique avec une dominante technologique et la question sociale est absente. Le changement climatique accroit les inégalités dans le Monde et dans notre pays. La transition écologique ne peut réussir que si elle est solidaire. Elle ne peut réussir que si les transitions professionnelles sont affichées avec des garanties de reconversion et de ressources. Sinon, les tensions sociales seront fortes et le front du refus aura de beaux jours devant lui. Une stratégie de développement durable combine les trois pôles, économique, social, environnemental. Ne pas en tenir compte nous rejetterait de côté des "nantis".

3

3
2017-12-13 14:59:02 +0100

Bon, considérons ce Sommet comme la manifestation d'une volonté d'orienter les investissements vers une économie le plus possible décarbonée. Donc cela a éliminé d'autres impératifs... Cette "réunion de chantier" sera vraisemblablement suivie d'autres... Alors le chantier devra s'élargir: la pression de notre association HUMANITE & BIODIVERSITE s'ajoutera à d'autres pour qu'il en soit ainsi.
Il nous faut donc des moyens pour produire des idées et de solides dossiers susceptibles d'influencer puis des moyens pour les mettre en avant...
Qui approuve est invité à nous rejoindre. Ensemble, on est plus fort !

3

2
2017-12-17 15:35:17 +0100

Excellente initiative de la France que ce One Planet Summit. Bravo. Mais passer des principes à l'action sera plus difficile. La fin de l'investissement dans le très lucratif secteur des hydrocarbures est tout un défi mais je suis agréablement surpris par la prise de position de la Banque Mondiale de bouder ce secteur.

2

2
2017-12-17 20:00:50 +0100

Un petit point de détail. Attention = planter des arbres n'est pas forcément une bonne chose pour la biodiversité.
Tout dépend = où on plante, comment on plante et avec quelles essences.
Planter des espèces gourmandes en eau dont le feuillage n'est pas source d'un bon humus et de surcroît en ligniculture avec une seule espèce d'arbre induisant des intrants stockera certes beaucoup de carbone dans un temps très "court" mais on peut douter du meilleur effet pour les habitats et les espèces et à terme de la résilience de ces plantations face aux vicissitudes du temps ( tempêtes, attaques d'insectes et de champignons ...).

2

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. ************************************************************************************************************************************* Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. ****...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 742490
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 302019
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 125624
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222235
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43813
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 270787

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy