POPULARITÉ
1058

QUELLES PRIORITES POUR LA REDUCTION DE L’USAGE DES PESTICIDES ?

Éditer
Publié dans
le 03.10.18
Ladybug-1480102_1280

Notre association milite depuis longtemps pour une réduction de l’usage des pesticides, en soulignant que ces substances, outre leurs effets sur la santé humaine désormais avérés pour de nombreux produits, constituent, directement ou indirectement, l’une des causes majeures de l’érosion de la biodiversité :
- directement car elles détruisent, outre les espèces cibles, de nombreuses espèces non-cibles, l’exemple des effets des néonicotinoïdes sur les abeilles étant emblématique ;
- indirectement car, en réduisant la biodiversité végétale par les herbicides ou la biodiversité animale par les insecticides, elles privent de ressources alimentaires de nombreuses espèces et contribue à leur raréfaction.

Cependant, cette démarche de réduction de l’usage des pesticides devra s’inscrire dans la durée et il importe donc de définir des jalons et des priorités. Pour notre association, quatre points nous semblent essentiels à prendre en compte:

1. Inscrire la lutte chimique dans une perspective de « dernier recours »
Comme pour la santé humaine ou animale, il restera à notre avis nécessaire de pouvoir recourir pour les productions végétales à des molécules « actives ». Ce recours devra bien sûr être aussi limité que possible et s’inscrire dans une démarche intégrée mobilisant l’agronomie (rotation des cultures), le choix de variétés résistantes, les auxiliaires biologiques et des systèmes d’information et d’aide à la décision permettant de n’utiliser ces substances qu’en « dernier recours ». Nous ne nous inscrivons donc pas dans une volonté de prohibition de la lutte « chimique », pas plus que de la lutte « agronomique », « génétique » ou « biologique », ces approches étant à combiner et aucune n’étant exempte d’effets néfastes. L’interdiction d’un pesticide, qu’il soit « naturel » ou « de synthèse » devra donc ce faire en considérant, de manière pragmatique, non seulement l’existence de solutions alternatives mais les impacts sanitaires, environnementaux ou sociaux (conditions de travail) des solutions alternatives à laquelle les agriculteurs auront recours.

2. Organiser et accompagner la transition
Pour beaucoup d’agriculteurs, se passer de la lutte chimique représente à la fois une prise de risque économique et un défi en termes de connaissance et de maîtrise des pratiques alternatives. En particulier, la décision, que nous soutenons, de séparer le conseil de la vente des pesticides pose la question du modèle économique de ce conseil « désintéressé ». Il est donc impératif de mettre en place des mesures concrètes pour accompagner tous les agriculteurs dans cette transition.

3. Améliorer l’évaluation et la biovigilance, en appliquant le principe de précaution
Le troisième point concerne l’évaluation de ces molécules actives. Dès lors qu’elles resteront longtemps utilisables par les agriculteurs, il importe de s’investir pour faire progresser les méthodes et critères d’évaluation de ces produits, en particulier de leurs impacts sur la santé et l’environnement. Il s’agit de progresser non seulement sur le plan des techniques d’évaluation mais aussi sur le plan de la prise en compte des perceptions et des attentes des citoyens dans le processus d’expertise. Deux principes doivent nous guider. Le premier est le principe de précaution, dès lors que, pour de nombreuses questions (l’effet des faibles doses, l’effet « cocktail » de mélanges entre des pesticides ou avec d’autres substances chimiques…), il existe des incertitudes importantes et qui persisteront encore longtemps. Le second est le principe de « progressivité », qui invite à ne pas passer immédiatement d’une évaluation a priori portant sur des données limitées (dans le temps et dans l’espace) à une autorisation d’usage sur l’ensemble de l’Union européenne. Il importe en effet d’organiser une « montée en puissance » de l’usage de ces substances, avec des retours d’expérience permettant de juger de l’opportunité d’élargir de plus en plus la diffusion de ces produits.

4. Ne pas se focaliser sur la distinction entre substances « naturelles » et substances « de synthèse »
La distinction entre substances « naturelles » ou « de synthèse » n’est pour nous pas pertinente pour adapter les méthodes et critères d’évaluation de ces molécules actives. En effet, si beaucoup de ces substances ont été découvertes en explorant la biodiversité des espèces animales ou végétales, leur production totale ou partielle par synthèse chimique apparaît souvent nécessaire. Il ne s’agit pas seulement de réduire éventuellement les coûts de production. Il peut s’agir d’espèces rares, voire menacées, qu’il est exclu de collecter en masse pour produire ces substances. Il peut s’agir aussi de s’assurer de la sécurité sanitaire du produit, en évitant la présence de contaminants chimiques ou biologiques. On se rappellera le problème des maladies à prions, avec les hormones de croissance extraites d’hypophyse de cadavre avant qu’elles ne soient produites par synthèse. Il n’existe donc pas de raisons scientifiques de refuser qu’une substance active soit produite par synthèse chimique (ou par des réactions « chimiques » à partir de substances naturelles). C’est d’ailleurs le cas pour un certain nombre de produits dit de « biocontrôle » autorisés en France (comme les désherbants à base d’acide pélargonique, substance que l’on peut extraire des géraniums mais qui peut être produits à partir d’huile de colza), sans parler de produits plus traditionnels et considérés comme « naturels » et utilisés en agriculture biologique comme le bicarbonate de soude ou le sulfate de cuivre.
Par ailleurs, cette synthèse chimique peut permettre d’apporter des modifications par rapport à la molécule naturelle. Ces modifications doivent être étudiées et encadrées car elles peuvent avoir des effets négatifs sur la santé ou l’environnement, en particulier lorsqu’elles visent à réduire la biodégradabilité des molécules. L’exemple des insecticides organochlorés comme le DDT en est un triste exemple. Mais elles peuvent également permettre d’améliorer l’efficacité de la molécule ou de diminuer les effets indésirables sur les espèces non-cibles (y compris les agriculteurs, notamment lorsque les substances naturelles sont irritantes ou photo-sensibilisantes). Nous considérons donc qu’il faut conserver, comme c’est le cas pour les médicaments, cette possibilité de produire par synthèse des molécules ayant des propriétés plus satisfaisantes que leurs homologues naturels.

Cet article complète notre note de position sur les produits phytosanitaires.
Notre position et nos propositions en PJ : "L’importance des impacts négatifs des produits phytosanitaires sur la biodiversité, s’ajoutant à leurs effets sur la santé, oblige à en limiter au maximum l’usage et à mieux encadrer cet usage."

Commentaires

2
2018-10-05 09:17:02 +0200

Ça ne se sait peut-être pas assez, mais certains agriculteurs ont déjà commencé à réduire les doses de produits phyto (pesticides).
Déjà, s'ils en mettent moins, ça leur coûte moins cher, critère très certainement assez déterminant pour bon nombre d'entre eux, sans parler de leur santé et celle de leurs enfants.
.
Il faut aussi replanter des haies, et peut-être moins mécaniser (emprunts, crédits... suicides), en créant des emplois (retour à la terre).

2

2
2018-10-05 22:27:40 +0200

La synthèse de cet article nous fait découvrir qu'il est effectivement beaucoup plus difficile et plus long de reconstruire que de détruire.
.
L'histoire nous en donne mille exemples dans tous les domaines, pas seulement dans l'environnement et la santé.
.
Le temps passe; les âmes des innocents morts de cette toxine hurlent de détresse, nous demandant d'agir énergiquement pour protéger la vie sachant que depuis plusieurs décennies la médecine a fait un constat réel de conséquences létales sur l'utilisation des pesticides.
Cela fait quarante ans, Il n'est plus temps pour la société d'attendre, même pour des raisons économiques face à un un fléau meurtrier mettant en jeu la santé et la sécurité nationale.
Les pesticides sont des dérivés d'armes chimiques, la défense nationale est concernée.
.
La loi morale impose une volonté d'action immédiate pour la protection de la vie et des acteurs dignes pour accomplir la tâche.

2

2
2018-10-09 13:18:12 +0200

Tout à fait d'accord avec ce qui est mentionné dans le document en pièce jointe :
1. Développer fortement la recherche de solutions alternatives à ces traitements, basées notamment sur l’agroécologie, en combinant les acquis de la recherche scientifique et les expériences des agriculteurs.
Il s’agit d’instaurer des « systèmes de connaissance et d’innovation » associant l’ensemble des acteurs concernés, y compris les citoyens, afin d’élaborer des réponses adaptées à la diversité des situations locales.

2

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 771714
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 302500
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 125984
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222267
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43824
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 271399

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy