POPULARITÉ
192

Au jardin, de la patience et du bon sens : Bernard Chevassus-au-Louis pour Jardins de France

Éditer
Publié dans
le 09.12.19
Jardin

Bernard Chevassus-au-Louis, président d'Humanité et Biodiversité, a été interviewé par la Société Nationale d'Horticulture de France (SNHF) pour sa revue Jardins de France. Retrouvez l'intégralité de cette interview dans le n°656 "Jardins d'écrivains, jardins d'artistes", rubrique "Rencontres et découvertes".

[EXTRAITS]

Au jardin, de la patience et du bon sens

Le jardin est un espace de biodiversité au même titre que tous les autres espaces du territoire. Comment le jardinier peut-il gérer, connaître, favoriser cette biodiversité et faire le tri face à tout ce qu’il entend ou tout ce qu’il peut lire ? Le spécialiste du sujet, Bernard Chevassus-au-Louis, nous éclaire de ses conseils. Cela commence par apprendre à ouvrir les yeux…

« Le terme de biodiversité souligne l’extraordinaire diversité des êtres vivants », commence Bernard Chevassus-au-Louis quand on lui demande ce que peut faire un jardinier pour la favoriser dans son jardin. Ce spécialiste du sujet préside l’association Humanité et Biodiversité dont le but est de « placer la biodiversité au cœur de nos sociétés ». Il sait donc de quoi il parle. « Auparavant, on parlait de protection de la nature (espaces à préserver, même avec l’intervention de l’Homme) et le reste du territoire était perdu pour la biodiversité. » Les zones à protéger étaient différenciées, comme les réserves naturelles ou les parcs nationaux, les autres parties du territoire semblant ne pas être concernées. « La biodiversité sous cloche était une fausse idée. » Elle concerne en fait toutes les activités humaines : villes, agriculture, jardins… « Chacun, dans son métier, doit pouvoir agir pour la biodiversité, même si cela ne se voit pas.»

Un jardin dans la tête

Pour son jardin, il faut avant tout changer son regard. « Regardez votre jardin, détectez où vous pouvez intervenir pour utiliser la biodiversité ou pour qu’elle soit présente. Le jardin est une partie de soi. Tout jardinier a son jardin dans la tête : que vais-je y faire ? Comment va-t-il ? » L’idée est de jeter un autre regard, pour soi et pour les autres. « L’espace où je suis maître et seigneur, je vais l’ouvrir à d’autres usagers. Quand je le quitterai, qui sont les usagers qui le fréquenteront ? »

Une biodiversité en liberté surveillée

Une part du jardin doit être abandonnée au sauvage, en laissant un peu de liberté à la nature. Permettre à la biodiversité de se développer dans son jardin ne signifie pas pour autant laisser la nature prendre le dessus et le transformer en terrain vague. Le jardinier doit tirer profit de la biodiversité en la maîtrisant et en favorisant ses aspects positifs, comme aider la présence de la faune utile. Le fait d’y rencontrer une diversité d’insectes, grâce au pollen, va en partie être utile.

« N’ayez pas une vision immédiatement utilitaire. Créez un écosystème, acceptez la part d’aléas, certains se développeront plus que d’autres ».

Le jardin : un garde-manger pour la faune

Prenons la fonction de garde-manger du jardin. « Tenez compte du calendrier pollinique du jardin : y a-t-il à manger toute l’année pour les insectes et ce depuis les premiers chatons ? Est-ce si grave de laisser de vieux radis monter à graine ? Ils pourront servir de nourriture pour les oiseaux. Et pourquoi ne pas abandonner un plant de carotte à une chenille ? »
Un autre exemple avec le paillage : en utilisant de la paille de lin pour vos tomates, des graines vont peut-être pousser. Laissez-les si les plants sont bien installés. Les fleurs et graines serviront à la faune et ne perturberont pas pour autant les tomates. Les plantes comme le fenouil peuvent monter à graine. Laissez-les faire. Elles ne vont pas tout envahir !
Consacrez une place aux géraniums sauvages à floraison tardive. Si des semences apportées par les oiseaux se développent, pourquoi ne pas leur laisser une place ? Leurs graines serviront de nourriture aux oiseaux en hiver. N’hésitez pas à laisser des débris végétaux qui serviront de garde-manger ou d’abris !

Un petit monde à gérer

« Introduire le sauvage constitue une petite révolution, mais il faut gérer ce petit monde. Toutes les espèces rêvent d’envahir la planète. Elles ne se régulent pas toujours d’elles-mêmes. » Parfois, de vrais problèmes se posent. Certaines graminées qui montent à graine nécessitent d’être éliminées. C’est le cas du pâturin. Des compromis doivent être trouvés : « Si vous semez des œillets d’Inde, réputés éloigner les nématodes, vous acceptez le risque d’attirer les limaces qui apprécient leurs plantules ! » Le jardin comporte différentes zones : plein soleil, ombre, parties humides ou sèches… « L’erreur est de réagir uniformément en arrosant les zones sèches. Pourquoi ne pas respecter les biotopes ? Il y a des espèces spécifiques aux zones sèches, et d’autres aux zones humides. » Et les cailloux : sont-ils vraiment gênants ?

« Dans mon jardin, j’ai essayé d’introduire des petits cyclamens. Aujourd’hui, ils sont partout, sauf dans l’endroit où je les ai implantés. Il faut accepter de “ménager” et d’écouter les plantes qui vous disent là où elles se trouvent bien, de ne pas trop intervenir. »

Bernard Chevassus-au-Louis fait allusion à l’ouvrage d’Olivier de Serres Théâtre d’Agriculture et message des champs, dont le message est : « Le fondement de l’agriculture est la connaissance du naturel des terroirs que nous voulons cultiver. »

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Bernard Chevassus-au-Louis sur jardinsdefrance.org


La SNHF

Fondée en 1827, la Société Nationale d'Horticulture de France est une association reconnue d'utilité publique et d'intérêt général, qui réunit les passionnés de plantes et de jardins, autour de valeurs communes comme l'envie de partager, le respect du végétal et plus globalement de l'environnement. Son objectif est de diffuser la culture et les savoir-faire horticoles.

Commentaires

0
2019-12-12 17:09:07 +0100

Yaou! j'adore ! Mais il faut encore convaincre les voisins que vous ne négligez pas votre jardin mais que vous le partagez avec les autres êtres vivants et que ceux-ci on besoin de nature pour évoluer. Combien de fois j'ai entendu dire "oh tu devrais nettoyer un peu ton jardin, ramasser les feuilles par exemple, cela ferait plus propre..." Que neni, j'ai juste adopter une tondeuse à gazon manuelle qui me permet de tracer un chemin pour la balade....

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 791687
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 343661
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 132542
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 213854
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41449
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 286632

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy