POPULARITÉ
4961

Bonne nouvelle pour la planète

Éditer
Publié dans
le 23.06.15
Hr2

Le pape François s'invite dans le débat écologique mondial.

Son intervention a déjà donné lieu à une publication sur notre site.
Le Pape François ne s'est pas limité à évoquer le changement climatique. Il a aussi abordé les enjeux liés à la perte de biodiversité, a précisé Hubert Reeves sur pelerin.com.

Invité du site lepoint.fr, Hubert Reeves s'exprime dans un "billet de bonne humeur"

Rompant avec la tradition qui veut qu'une encyclique soit destinée au seul monde catholique, le pape François s'adresse au monde entier. Le courage et l’énergie avec lesquels il affronte les puissants de la terre pour la sauvegarde de l’humanité suscitent l'admiration. Il aborde la situation environnementale avec un argument moral particulièrement puissant : celui de la responsabilité. Le profit économique peut-il justifier de faire courir à l'humanité entière le risque de péril extrême ?

Selon les informations les plus récentes, le seuil de réchauffement de deux degrés supplémentaires de température - à ne pas franchir pour ne pas atteindre un état annoncé « ingérable » - risque fort d’être dépassé. Cela provoquera très vraisemblablement des événements climatiques d’une grande violence : tempêtes, périodes de canicule ou de froid inhabituelles, sécheresses, inondations catastrophiques, érosion dramatique de la biodiversité. On s’attend à de grands nombres de victimes, à des exodes de millions de personnes, à de grandes famines…

Obstination à faire perdurer les émissions de CO2

Sur qui en faire tomber la responsabilité, sinon, d'abord sur ceux qui s'acharnent à faire rechercher, pour les exploiter, les ultimes réserves des carburants fossiles, pétrole charbon, gaz naturel (gaz de schiste…) ? Cette obstination fait perdurer les émissions de CO2 qu'il faudrait réduire de 60 à 80 %. On les augmente chaque année de 2 à 3 %… Ensuite sur les institutions financières qui fournissent l'argent nécessaire, soucieuses avant tout de placements rentables pour les actionnaires (fonds de pensions, assurances, fortunes personnelles). Et aussi sur les États qui agissent toujours à court terme. Déjà, de nombreuses institutions financières ont pris conscience de cette situation et retirent leurs avoirs de ces activités mortifères pour les déposer en faveur d'activités moins litigieuses. Ce mouvement qui porte le nom de « désinvestissement » s’étend déjà à plusieurs universités, dont Stanford, Yale, Harvard, Glasgow et Oxford... Le Swarthmore College aux États-Unis a montré l'exemple en retirant ses fonds placés dans les énergies fossiles.

Le pape ne s'est pas aventuré sur la question de la surpopulation

La démarche du pape correspond à un espoir : celui de ne pas laisser se poursuivre une démarche qui met en péril l’humanité entière et surtout les plus démunis, ceux qui n’ont aucune possibilité de se protéger. On peut regretter cependant que le pape n’ait pas abordé également la question de la croissance démographique et de la surpopulation - un des principaux problèmes en relation avec l’avenir de la vie sur la terre - et son pendant : le contrôle des naissances. On peut profiter de l’occasion pour formuler un souhait : que les différentes religions s’impliquent d’une façon beaucoup plus active sur le terrain écologique. Leur influence conjointe pourrait jouer un très grand rôle. Le danger global peut être l’occasion d’une campagne oecuménique par laquelle les humains joindraient leurs efforts pour sortir de ce pétrin environnemental. On peut espérer…

VOIR http://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/reeves-bonne-nouvelle-pour-la-planete-23-06-2015-1939013_1914.php

Commentaires

4
2015-06-23 13:14:18 +0200

Merci à Hubert Reeves d'avoir souligné le fait que le Pape François ne s'inquiète pas suffisamment des ravages que cause la surpopulation humaine à la planète et d'avoir aussi appelé au « contrôle des naissances ».

4

1
2015-06-23 19:09:10 +0200

J'aime bien aussi l'intervention d'Edgar MORIN : « L’encyclique Laudato Si’ est peut-être l’acte 1 d’un appel pour une nouvelle civilisation »
http://www.la-croix.com/Rel...

1

1
2015-06-23 20:18:12 +0200

Il est bon de voir que les religions quittent un peu leurs sentiers battus pour ramener leurs voix dans les pas de la vie quotidienne. Ce n'est pas la première fois mais de cette façon là pour un Pape ça l'est et c'est important.

Concernant le sujet de la surpopulation, je pense que c'est un faux/vrai problème. Je pense, peut-être à tort ce ne serait pas la première fois, que si cela pourrait être une partie de la solution, que ce n'est pas réalisable, ni même indispensable.
Car je suis persuadé que la seule nécessité contre les problèmes de climat et de pollution est une volonté commune à l'échelle de l'humanité et des dirigeants, gouvernements et entreprises, mais réelle exprimée par les actions et non dans les discours. Et c'est pour cela que je préfère que nous gardions notre énergie pour aider au développement des pays qui en ont besoin. Les pays se développent, le taux des naissances baisse, aidons au développement avec des solutions non polluantes.
Non seulement des solutions existent déjà, mais de plus, en avançant avec la mise en œuvre de ces solutions de nouvelles solutions seront découvertes, et la population ne sera alors pas un problème.
Aussi, comment contrôler les naissances alors qu'un nombre important d'enfants dans le monde n'a pas d'existence "légale" (car non déclarés à la naissance), on peut trouver des chiffres nombreux et variés sur différents sites pour différents pays mais, même en chiffres plus ou moins "évalués" c'est un problème réel et non négligeable.
Le contrôle des naissances pour moi une idée qui, dans la situation actuelle, ne peut être appliquée et n'est pas vraiment souhaitable car permettrait "d'éviter" l’application d'idées beaucoup plus positives.
Il faut aider au développement des pays qui en ont besoin.
Imposer la scolarité obligatoire pour les garçons et les filles jusque 14 ans minimum, est plus applicable et très positif, plus d’éducation, moins de mariages précoces, plus de contraception car plus d’éducation tout simplement, plus de développement, moins de natalité car c'est ce qui se passe dans les pays développés.

1

2
2015-06-23 20:30:05 +0200

" Le gros reproche qu’on peut faire à l’Eglise, et pas uniquement catholique, c’est de sous-estimer le problème démographique. Pour le Vatican, plus il y a de bébés, mieux c’est. Abraham voulait que ses descendants soient plus nombreux que les grains de sable. Toutes les religions se basent sur des textes écrits il y a 1500, 2000, 2500 ans, à une époque où les hommes étaient si peu nombreux que la moindre épidémie pouvait faire périr l’humanité. Dans ces circonstances il fallait faire des enfants pour assurer sa survie. Aujourd’hui, la situation s’est renversée…"
Odon Vallet: spécialiste français des religions.
http://www.terraeco.net/Si-...

2

1
2015-06-23 22:06:32 +0200

Oui il y a un problème de démographie sur terre. Et je ne pense pas qu'il ne s'agisse que d'un problème de religion.
Et les problèmes de démographie ne sont pas nécessairement que dans le sens que l'on évoque ici...
Je veux aussi parler de la baisse de fertilité dans les pays occidentaux, de la stérilité qui augmente, des spermatozoïdes qui perdent leur vitalité...
Mais ce qui m'inquiète dans ce débat, ce sont les méthodes de mise en œuvre de cette régulation.
Comment régler un problème de démographie de façon unilatérale, organisé par l'occident?
Comment régler un problème de démographie qui favoriserait certaines catégories de populations au détriment des autres?
Je suis assez d'accord avec l'analyse de Rafael, et sa vision positive des choses. Il y a là des sources d'espoir.
Et Nelly, rassurez-vous, même parmi les croyants, rares sont ceux qui prennent à la lettre les textes anciens, ce ne sont pas des textes scientifiques, ils ont d'autres fonctions...
Et puis, on n'est pas obligé de compter tous les grains de sable sur une seule génération; par contre, on peut s'organiser pour que, jusqu'à la fin des temps, des milliers de générations puissent atteindre, ensemble, ce nombre prodigieux.
Devenir aussi nombreux, de façon multi-générationnelle, est aussi un bel espoir d'organisation de la "durabilité" de notre genre humain ;)
Cette mission est aussi celle d'Humanité et biodiversité!

1

1
2015-06-24 09:22:51 +0200

Le 18 juin, jour de la publication de l'encyclique, Hubert Reeves a rendu hommage au pape en début de sa conférence à l'Université de Genève.
https://mediaserver.unige.c...

1

1
2015-06-25 10:16:53 +0200

Je passe aux aveux : je n'aurais jamais cru qu'un jour je lirai, en jubilant qui plus est, une encyclique papale de la première à la dernière page. Certes, je me suis senti moins concerné par les parties plus spirituelles ou théologiques du texte. Mais sur le plan politique, quel souffle ! Quelle fraîcheur ! Comme on aimerait que les propos des autres chefs religieux, voire des chefs d'Etats, soient du même tonneau ! Attention, François n'écrit rien de plus que ce que nombre d'entre nous écrivons depuis plus d'une décennie. Mais que ce soit le Pape lui même qui l'écrive donne un poids considérable à tout cela. Alors oui, pour faire écho au soit disant, et débile, "expert" de Fox news qui déclarait que le Pape était "l'homme le plus dangereux de la planète", oui, ce texte est dangereux pour l'ordre établi, dangereux pour ceux qui voudraient préserver les intérêts d'une infime minorité sur le dos de tous les autre et celui des générations à venir. Alors, "Laudato si", car comme disait Victor Hugo, "une idée qui n'est pas dangereuse ne mérite pas d'être appelée une idée".

1

0
2015-06-29 01:20:00 +0200

Monsieur Dr Hubert Reeves, je suis sceptique sur la théorie actuelle du réchauffement climatique par le gaz carbonique provenant des activités humaines. Je serais plus porté à croire que l'intensité du soleil fait fluctuer le climat au cours des décennies et des siècles. Quelle est votre opinion sur cette théorie?

0

1
2015-06-29 09:30:51 +0200

À Hamand
Quand on n'est pas, soi-même, expert du sujet, Hubert Reeves préconise de s'en remettre au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui est le principal organisme international pour l'évaluation du changement climatique.
Le GIEC examine et évalue les informations scientifiques, techniques et socio-économiques les plus récentes produites dans le monde. Les processus et procédures du GIEC sont constamment revus et mis à jour afin que ses rapports soient les plus rigoureux possibles.

1

1
2015-06-30 15:00:51 +0200

Le pape appelle également à protéger les peuples indigènes et leurs terres:
Le pape François appelle à la protection des peuples indigènes et de leurs territoires

1

0
2015-07-07 14:15:01 +0200

GEORGETOWN SE DÉPARTIR D'INVESTISSEMENTS DIRECTS DANS LES ENTREPRISES D'EXTRACTION DE CHARBON
Le conseil d'administration de Georgetown a adopté une résolution indiquantla fin d'investissements directs de fonds de dotation dans les entreprises dont l'activité principale est l'extraction de charbon …
http://www.georgetown.edu/n...

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 775527
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 309174
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 129405
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222371
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43835
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 273110

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy