POPULARITÉ
2933

Ces agriculteurs qui n'en peuvent plus...

Éditer
Publié dans
le 15.08.17
Arton3774

Les agriculteurs sont souvent pointés du doigt pour leur utilisation massive d'intrants, et autres produits phytosanitaires, nuisibles à l'environnement. Cependant, la réalité, pour bon nombre d'entre eux, serait celle d'être pris en tenaille entre le souci des rendements et les prix de vente de leur production qui sont toujours plus tirés vers le bas. Certains d'entre eux sont à bout de force et les suicides dans la profession continuent.

Selon une étude de l'agence de santé publique, 300 agriculteurs se sont suicidés en 2010 et 2011. Un taux supérieur de 20 % au reste de la population (source : Le Point du 6/10/2016). Avons-nous oublié que ces ce sont ces gens là qui nous permettent de ne pas connaître la faim ? Les paysans d'aujourd'hui ne sont pas forcément contre la transition écologique de leur profession, encore faudrait-il leur en donner les moyens !

Voici un extrait de la lettre ouverte à nos élus, envoyée par la fille d'un agriculteur qui vient de mettre fin à ses jours : "Un agriculteur qui épand des produits phytosanitaires, ce n’est pas par plaisir. C’est aujourd’hui la seul solution, économiquement viable, qui leur est proposée pour soigner ses plantes, et assurer son revenu. (...) Avoir pour objectif de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires, c’est d’abord proposer aux agriculteurs des solutions de substitution pour soigner leurs plantes, leurs animaux, et assurer leur revenu, que dis-je, leur avenir".

Mon grand père avait une petite ferme avec des vaches, un peu de cultures, une petite ferme comme on n'en voit plus, mais il devait déjà cumuler avec une autre petite activité pour survivre. Étant enfant, j'allais souvent chez un ami qui avait quelques vaches et l'aidais parfois à les rentrer le soir, puis il y avait la traite, à la main, et je buvais un peu de lait fraichement sorti des mamelles de l'animal, même pas bouilli (inconscient que j'étais !), pas traité, rien, et cela avait un goût qui n'existe plus aujourd'hui... inoubliable.

Je vais à présent me taire et vous donner le lien vers la lettre que cette fille d'agriculteur a adressé au Président de la République, suite à la mort de son père. Nous ne pouvons plus continuer comme ça, trop de souffrance pour l'environnement, les hommes et les animaux.

Commentaires

3
2017-08-15 11:05:14 +0200

J'avais aussi signalé cette lettre dans un commentaire http://www.humanite-biodive...

3

2
2017-08-15 15:11:08 +0200

Lettre très forte dont la question de fin n'appelle pas tant, peut-être, à une réponse qu'à une réflexion élargie pour soi-même et notre investissement quotidien à travers notre vie dans notre société.

2

3
2017-08-17 07:09:34 +0200

Oh oui... le lait frais, je m'en souviens très bien, l'oncle de mon amie avait une ferme, son lait était divin. Jamais je n'ai retrouvé ce goût.
Le problème ce sont les normes qui empêchent la vente directe, il faut un local carrelé selon un certain angle ...et autres droleries du genre. Il est impossible pour un petit producteur de se mettre aux normes fixées par des bureaucrates.

3

2
2017-08-17 20:05:41 +0200

@Jean : je crois que ces normes ont pour objectif, entres autres, de tuer les petites exploitation pour que tout soit sous l'emprise de l'industrie.

2

À propos de l'auteur

Concerné par les questions relatives à la biodiversité et à l'environnement depuis l'enfance. Humanité et biodiversité me semblent fortement liées.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 80
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 1792
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 2970
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 307
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 25
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 961

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy