POPULARITÉ
100

Chocolat et conservation des oiseaux

Éditer
Publié dans
le 06.04.18
Paruline-azuree

La culture traditionnelle du cacao est potentiellement favorable à la conservation de la biodiversité.
En effet, les cacaoyers alternent alors avec de grands arbres qui leur fournissent de l'ombre. Les anciennes plantations accueillent souvent une grande diversité d'oiseaux, d'invertébrés et de mammifères, et elles peuvent servir de zones-tampons avec les forêts restantes.

La conservation d'un nombre minimum de grands arbres est nécessaire pour assurer le maintient de la biodiversité, et plusieurs programmes de certification exigent au moins un taux de couverture forestier de 40 %, un pourcentage qui, pour la moyenne des fermiers, entraîne une baisse signification de la productivité.

Afin de trouver un compromis entre exigences agricoles et conservation, l'association Fundacion Maquipucuna a mené une étude dans 16 petites exploitations situées dans la province équatorienne d'Esmeraldas, connue pour sa biodiversité et son taux élevé d'endémisme, et elle a découvert qu'il existait une relation en forme de cloche entre le rendement (en kg de fèves par arbre) et l'ombrage, le point d'équilibre étant une densité de 144 grands arbres par hectare.

En outre, le revenu net des fermiers continuerait à augmenter dans une certaine mesure avec la densité des grands arbres protecteurs car leur ombre réduit le temps de travail nécessaire pour éliminer les plantes adventices privées de lumière, favoriseraient les pollinisateurs (surtout quand les plantes épiphytes sont conservées) et les oiseaux insectivores, réduiraient certaines maladies cryptogamiques, lutteraient contre l'érosion et amélioreraient la qualité du sol, protégeraient les ressources en eau et atténueraient les effets du réchauffement climatique. La prise en compte des crédits carbone générés par ces arbres pourraient aussi générer des revenus.

S'il n'est pas forcément possible d'étendre ce type d'approche aux grandes exploitations, elle pourrait favoriser les petits agriculteurs engagés dans cette démarche faisant partie de programmes de certification sérieux et contrôlés.

Photographie de Mdf (Wikimedia Commons) : la Paruline azurée (Setophaga cerulea) est une nicheuse menacée en Amérique du Nord qui hiverne régulièrement dans les plantations de cacao de Colombie.

Commentaires

3
2018-04-06 09:49:24 +0200

La consommation de chocolat est vantée pour la santé http://www.humanite-biodive... mais des informations diffusées l'an dernier alertaient sur la déforestation en Côte d'Ivoire directement liée à la culture du cacao.
http://www.france24.com/fr/...

Il importerait de savoir l'origine des fèves de cacao sur les étiquettes ! Celles de la province d’Esmeralda en Equateur, provenant de ces petites exploitations évoquées dans la publication d'Ornithomedia, seraient donc à privilégier.

3

2
2018-04-07 12:06:47 +0200

En consommant "équitable "nous avons la provenance des fèves de cacao.

2

À propos de l'auteur

Lancé en 2001, Ornithomedia.com est l'un des premiers sites internet francophones sur l'ornithologie et l'observation des oiseaux et le 1er sur l'actualité ornithologique. Des articles variés (brèves, interviews, rapports de voyages, analyses, études, équipement optique et photographique, identification, conseils, débuter) sont publiés très régulièrement. Ornithomedia.com comprend aussi une...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 3755
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 1131
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 1905
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 14
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 14
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 29633

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy