POPULARITÉ
2

Coup de mildiou dans les patates bio

Éditer
Publié dans
le 26.08.12
Siag_4030362_1_apx_470_

30 % à 50 % de patates en moins. Jean-Paul Gabillard, maraîcher à Saint-Grégoire près de Rennes, et président de la Frab (Fédération régionale de l'agriculture biologique), a été touché comme la plupart de ses collègues par le maudit champignon. « Dans certaines parcelles de pommes de terre, le rendement a été divisé par deux par rapport à une année normale », constate-t-il. Le froid et le manque d'ensoleillement ont freiné la croissance des tubercules au printemps. « Heureusement, les primeurs ont pu grossir en juin avant les attaques de mildiou », indique le maraîcher. Les dégâts ont été plus importants dans les pommes de terre de consommation qui restent plus longtemps en terre. Pas question de matraquer les cultures avec de la bouillie bordelaise (mélange d'eau, de sulfate de cuivre et de chaux) autorisé en agriculture biologique « Les apports sont limités à moins de 5 kg par hectare pendant toute la durée de la culture. » Tout l'Ouest a été touché a des degrés divers mais la pointe finistérienne, plus humide, a souffert davantage. Rien à voir cependant avec le Nord de la France où le mildiou a frappé à grande échelle.

Les jeunes maraîchers touchés. Beaucoup se sont installés ces 3-4 dernières années et n'ont pas encore eu le temps de se constituer une trésorerie pour faire face aux aléas climatiques. La Bretagne se distingue par son fort contingent de producteurs de légumes, souvent des personnes non issues du monde agricole reconverties comme paysans. Ils sont près de 400 sur un total de 1 682 fermes bio. Le mildiou a également touché les tomates cultivées sous abri et d'autres légumes comme les oignons et les échalotes. « L'enracinement des plants s'est moins bien fait au printemps à cause du froid, explique Jean-Paul Gabillard. Les plants moins vigoureux ont attrapé plus vite la maladie. Début juillet, il a fallu passer dans les rangs et enlever une à une les feuilles touchées par le mildiou. D'où un surcroît de main-d'oeuvre et des rendements plus faibles à l'arrivée. » Pour les maraîchers les plus en difficulté, la Frab envisage de demander à la Mutualité sociale agricole (MSA) des reports de cotisations.

Des variétés moins sensibles. À chaque offensive du mildiou, les producteurs en apprennent un peu plus sur la résistance des végétaux. « Certaines variétés de pommes de terre gardent leurs feuilles bien vertes alors que des plants voisins sont grillés, explique Jean-Paul Gabillard. On les classe en fonction de leur résistance aux maladies et on transmet les informations à nos adhérents. » Mais, pour cette année, le mal est fait. Les pommes de terre coûteront 20 % à 25 % plus cher. Pas de quoi, cependant, rattraper les pertes dues aux baisses de rendement...

 

Jean-Paul LOUÉDOC.
 

Commentaires

1
2012-08-26 14:03:27 +0200

Résister au mildiou.
Une variété sauvage de pomme de terre, Solanum bulbocastanum, est naturellement résistante à ce fléau.
Une équipe de l'université du Wisconsin a cloné le gène procurant cette résistance et il s'est révélé suffisant pour conférer, après manipulation génétique, la résistance au champignon à d'autres variétés de pommes de terre.

Lu sur http://www.larecherche.fr/c...

1

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 225442
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 171785
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62646
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 16937
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9366
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 202100

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy