POPULARITÉ
368

Défendre l’environnement leur a coûté la vie

Éditer
Publié dans
le 09.02.18
Image-1024-1024-3987086

Les meurtres de défenseurs de l’environnement augmentent.
Selon les derniers chiffres de l’organisation non-gouvernementale Global Witness, au moins 197 personnes ont perdu la vie, en 2017, pour avoir défendu une cause environnementale ou tout simplement leur terre. L’Amérique latine et l’Asie du Sud-Est sont les régions les plus dangereuses.

Quatre morts par semaine. Tel est le lourd tribut de la défense de l’environnement dans le monde. Les défenseurs environnementaux sont quatre fois plus menacés qu’en 2002, selon un rapport publié par l’ONG britannique Global Witness. La même source révèle que 197 personnes ont été assassinées dans le monde pour avoir défendu cette cause. On frise le triste record de 2016 qui avait recensé 200 morts.

Le nombre de pays touchés par cette violence augmente également

Ils sont 27. Ils étaient 24 en 2016, contre 16 en 2015. Avec 60 % des meurtres, l’Amérique latine est la région la plus dangereuse pour ceux qui, souvent, ne se définissent pas comme écologistes : ils veulent simplement défendre leurs terres, leurs forêts ou leurs rivières face à la voracité des compagnies minières et pétrolières (au moins 33 crimes prouvés dans le monde), forestières (23) ou agro-industrielles (23).

 Le Brésil domine ce macabre classement (48 morts). Le Mexique compte 15 assassinats de militants. Le Nicaragua – où un gigantesque projet de canal interocéanique menace d’expulser de leurs terres plus de 120 000 indigènes – compte le plus de tués par rapport au nombre d’habitants. Et le Honduras conserve cette sinistre palme sur la décennie écoulée. 13 morts ont également été recensés en République démocratique du Congo. Dans ce pays africain, ils ont été assassinés pour s’être opposés au braconnage d’animaux sauvages. Et en Asie, les Philippines représentent le pays le plus dangereux pour la cause environnementale : 41 personnes y ont trouvé la mort l’an dernier.

Emilsen défendait les terres indigènes

Parmi les victimes, on dénombre essentiellement des militants anonymes ou méconnus au plan international. Mais ils sont devenus des figures locales. C’était le cas d’Emilsen Manyoma. Cette Colombienne était la dirigeante des Comunidades construyendo paz en los territorios (Conpaz), une organisation qui s’est employée à dénoncer les groupes paramilitaires qui forcent les indigènes à quitter leurs terres pour le développement de projets miniers. Elle documentait les meurtres et les disparitions forcées. Avec son mari, Joe Javier Rodallega, elle a perdu la vie lors d’une attaque ciblée, le 1er février 2017. Les corps portaient des traces de coups de couteau et de balles. Le journal colombien El Tiempo cite un rapport qui révèle que les deux ont été égorgés et que Joe Javier a été découvert les mains attachées dans le dos.

Isidro défendait les forêts

Au tout début de l’année 2017, Isidro Balenegro Lopez, militant mexicain et lauréat du prix Goldman pour l’environnement, a été abattu. Issu de la communauté indigène des Tarahumara, il critiquait ouvertement l’exploitation forestière illégale qui menaçait les forêts anciennes près de chez lui, à Guadeloupe y Calvo – une région touchée par la violence, le trafic de drogue et la corruption. Avant lui, son père avait également été assassiné. Il est le deuxième lauréat de ce prestigieux prix environnemental à avoir été exécuté, après le célèbre militant hondurien Berta Caceres, tué moins de 12 mois plus tôt.

Wayne Lotter luttait contre le braconnage

Le Sud-Africain Wayne Lotter a dédié sa vie à la lutte contre le braconnage en Tanzanie. Via son ONG Protected area management solutions (Pams), spécialisée dans la protection des éléphants, il avait contribué à réduire de moitié le trafic de pachydermes abattus pour le commerce illégal de l’ivoire, dans ce pays africain. Sa fondation avait permis l’arrestation de 900 braconniers, ces dernières années. Il a été tué par balles par des inconnus à Dar es Salaam dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 août 2017. Il avait 51 ans.

Efigenia couvrait une manif d'indigènes

Reporter et animatrice de la station de radio communautaire Renacer Kokonuko, en Colombie, Efigenia Vásquez Astudillo a été abattue, il y a un an, alors qu’elle couvrait des affrontements survenus à Puracé entre les forces de l’ordre et les Indiens de la région de Cauca, au sud-ouest du pays. Ici, les Indiens de la vallée se battent contre les grandes plantations de canne à sucre accusées de polluer et détruire la Terre-Mère. Ces plantations sont destinées à la production de biocarburants. La journaliste dénonçait les exactions commises contre son peuple. L’Unesco a appelé les autorités colombiennes à enquêter sur son meurtre « qui porte atteinte à la fois à la liberté d’expression et à la liberté d’information, des droits essentiels à toute démocratie ».

José, militant, assassiné au Pérou

Le journal britannique The Guardian rapporte que le soir du 30 décembre 2017, José Napoleón Tarrillo Astonitas, 50 ans, a été attaqué chez lui, par quatre hommes. Sa femme, Flor Vallejos, a déclaré à la police péruvienne qu’il avait été attaché par les mains et les pieds, battu avec un bâton et étranglé avec un câble électrique, elle-même ayant été recouverte d’une couverture et obligée d’écouter les cris de son mari. Les assaillants lui ont dit qu’ils avaient été payés pour le tuer. Son époux s’opposait aux trafiquants qui avaient pris possession de certaines parties de la réserve écologique de Chaparrí, défrichant les terres et les exploitant. La réserve est riche d’une faune rare, avec notamment des ours à lunettes, comme l’ours Paddington.

« La pointe émergée de l’icerberg »

Et encore, « il s’agit de la pointe émergée de l’iceberg, le chiffre réel est sans doute bien plus élevé », puisque nombre de meurtres ne sont pas signalés, souligne l’ONG, Global Witness. Laquelle précise que « le meurtre n’est pas le seul moyen utilisé pour faire taire les défenseurs de l’environnement : procès, menaces de mort, viol sont malheureusement aussi fréquents ».

Selon le dernier rapport de la fondation environnementale Front Line Defenders plus de 3 500 défenseurs environnementaux ont été assassinés depuis la déclaration de l’Onu sur les défenseurs des droits de l’homme, signée en 1998, qui fait de leur protection une priorité. Et selon cette ONG irlandaise, moins de 12 % des meurtres ont donné lieu à l’arrestation de suspects.

Commentaires

4
2018-02-09 14:46:17 +0100

Il faut constater que les pays européens n'utilisent pas pareille méthode. Il n'y a pas d'assassinat de défenseurs de l'environnement.

4

3
2018-02-09 18:57:06 +0100

Puisque le sujet est là, une pensée pour Dian Fossey et à son approche pour l'étude et la protection des gorilles des montagnes de 1966 à 1985. (Congo et Rwanda)

3

À propos de l'auteur


Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 529
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 352
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 1947
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 11
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 3
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 904

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy