POPULARITÉ
57

DES RAPACES NOCTURNES... ET DES HOMMES

Éditer
Dsc05331.jpg_3_hibou.jpg5

Les mouvements de tête des rapaces nocturnes ont intrigué des chercheurs américains de l'Université John Hopkins qui étudient les traumatismes endommageant les artères de la tête et du cou (coup du lapin et torsion excessive des cou et nuque sur les humains). Un risque d’AVC en découle parfois.

On attribue aux rapaces nocturnes une vision exceptionnelle à 270 °. (Hiboux et chouettes dans leur appellation vernaculaire …soit une dizaine d’espèces en Europe de la famille des strigidés pour l’essentiel). Elle serait obtenue grâce aux mouvements amples de leur cou.
Ces oiseaux disposent de gros yeux placés sur un même plan dans un disque facial arrondi, souvent de couleur plus claire. Ce disque facial particulier à chaque espèce permet aussi d’amplifier les ondes sonores.

Par imagerie médicale sur des animaux morts naturellement, les chercheurs ont examiné le flux circulatoire après l’avoir rétabli artificiellement et ce sont aperçus, que les vaisseaux sanguins des cous qu’ils manipulaient fortement, se gonflaient vers l’extérieur en formant des petits réservoirs qui permettent l’alimentation du cerveau et des yeux. Aucun préjudice sur le flux sanguin n’était constaté.
En outre, il y a, dans les vertèbres cervicales des rapaces, des cavités volumineuses à travers lesquelles les artères passent très confortablement, sans jamais être comprimées même en cas de mouvements du cou très amples. De petites liaisons entre les artères carotide et vertébrale, permettent enfin au sang de passer de l'une à l'autre au cas où l’une des deux serait bloquée lors d’une rotation extrême du cou.

Chez l’homme au contraire, la zone de cou est très fragile et même s’il convient de la muscler et de l’assouplir régulièrement, une manipulation très délicate doit lui être réservée.
Sans égaler les rapaces l’homme est bien loti en matière de vision. Son champ de vision, sans tourner la tête, est d’environ 180 °.

La vision s’entraîne et, le fait de lâcher l’écran pour l’observation élargit son champ. Les sorties en forêt et dans la campagne qui aident à la compréhension du vivant fortifient la vision et le bon questionnement. En ville, aussi des présences sont parfois inattendues : les moments de tranquillité et de silence permettent de les apprécier comme jamais. Est-ce « la nature qui reprend ses droits » ou moi qui doit reprendre une conscience d’un autre type et une vision élargie.

NB La photographie de ce hibou sculpté a été prise dans le Sidobre (Parc naturel du Haut Languedoc), site géologique unique en Europe par ces chaos granitiques aux formes remarquables...

Commentaires

À propos de l'auteur

Notre oasis-nature se trouve aux portes de Castres sur une ferme, préservée dans sa structure agricole ancienne et son dessin (1/3 bois, 1/3 prairies). J'y applique des savoir-faire traditionnels, ceux du prédécesseur direct, mon grand père, ressemblant à de la permaculture ou jardins de Paris et ceux pensés par la Quintinie, adoptés par ailleurs. Ils m'ont permis de surmonter des difficultés...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 355
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 170
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 87
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 8
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 8
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 361

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy