POPULARITÉ
28

Ecologiste, l'été il protège les troupeaux des loups en Ariège.

Éditer
Publié dans
le 05.10.14
Estived%c3%a9p%c3%aache

Un article paru sur La Dépêche le 04/09/2014 nous offre le témoignage intéressant d'un écologiste, membre d'une autre ONG, qui a décidé de garder les troupeaux de brebis à l'aide de patous dans les pâturages des Pyrénées.
Ses conclusions, intéressantes, ouvrent la voie d'un possible consensus entre éleveurs et défenseurs de la biodiversité.
Cette voie serait par exemple celle d'une aide d'état (voire européenne) aux petits élevages traditionnels, non industriels, permettant aux éleveurs d'assumer la présence pérenne des prédateurs dans les montagnes françaises.

Pour lire l'article, cliquer sur le lien ci-dessous:

Commentaires

2
2014-10-05 21:21:54 +0200

La formule de Robert Hainard qui clôt l'article est pleine de sagesse.
Et vous avez raison l'idée d'une aide européenne à un tel élevage traditionnel pourrait être une bonne solution.
Le propos qui suit n'engage que ma personne : quand on voit le gâchis de certaines aides européennes en faveur de l'agriculture intensive et de l'élevage industriel, on souhaiterait plus de redistribution.

2

2
2014-10-05 21:26:47 +0200

Nous tombons donc d'accord !

2

2
2014-10-06 08:55:02 +0200

La PAC est déjà réformée, il faut donc une mesure de politique économique, sociale, environnementale française. Mais qui peut porter une telle mesure?

2

1
2014-10-06 09:04:07 +0200

On dépense beaucoup d'argent public inutilement: divers côuteux travaux publics sont régulièrement dénoncés, les travaux de la zone de Sivens, si l'on suit l'actualité des collectifs, de Reporterre ou autres, représentent une dépense énorme pour un avantage plus que controversé...avec des conflits d'intérêts sous-jacents (le projet, les études ont été menés par la société qui bénéficiera de l'exploitation du site).

1

2
2014-10-06 09:06:14 +0200

DONC, il y a toujours possibilité de faire mieux, mieux répartir entre les différents budgets....et si nous sommes des réveurs, alors, nous valons toujours mieux que ceux qui ne pensent plus et ne font rien, se contentant d'ingurgiter les actualités pré-commentés, les faits divers pré-digérés, les dogmes politico-économiques à la légitimité détronée...Le renouveau, le changement, la transition, passent aussi par la PENSée et la remise en question...

2

3
2014-10-06 14:07:05 +0200

ETAT DES LIEUX
La conclusion de cette expérience est importante: "Indéniablement, le loup pose un problème sérieux pour les éleveurs. «La protection réduit les attaques mais ne les empêche pas". Malgré cette présence humane et des patous: "l'éleveur a perdu neuf brebis en une semaine". "Problème, ils ne retrouvent aucun cadavre. Or, sans cadavre, aucune indemnisation n'est possible."

L'aide bénévole a des limites, vite atteintes. L'embauche de salariés actuellement impossible. Le conflit perdure, ponctué de contentieux. Le dernier en date, un référé-suspension déposé par des associations a été rejeté par ordonnance du Conseil d'Etat du 30 septembre 2014.
Les préfets des départements concernés peuvent décider de prélèvements de loups sur la base de l'arrêté l’arrêté du 5 août 2014 par lequel les ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture autorisent, à titre expérimental, des tirs de destruction de loups sur des zones où la pression de prédation et des dommages aux élevages existent. Et " Les tirs de prélèvement peuvent être réalisés à l'occasion de battues au grand gibier."

3

1
2014-10-06 16:05:43 +0200

Quand on sait que tout animal tué est remplacé tôt ou tard par un autre, Est-ce la solution? Certains font ça avec des corbeaux, d'autres le proposent avec des requins...D'autres enfin, prétendent qu'avoir éradiqué les loups du territoire français était une bonne chose et leur retour une mauvaise. Si l'on revoit la vidéo de présentation des effets bénéfiques du retour des loups dans le parc de Yellowstone (aux USA, parc non pâturé par contre), cela permet aussi de revoir l'autre face de la médaille: le bénéfice de la présence de grands prédateurs. Comment l'Espagne et l'Italie font pour cohabiter (non sans conflit, je le sais) avec respectivement 2500 et 1500 loups (alors que leur nombre est d'environ 300 en France)? Ces pays produisent aussi des (bons) fromages: la pression des troupeaux est-elle moins forte? Enfin, Espagnols et Italiens nous montrent qu'il était possible de cohabiter avec le loup sans l'éradiquer, chose que nous n'avons pas sur faire...

1

1
2014-10-06 17:11:29 +0200

Merci Germain pour ce bel article et pour tes interventions dans le débat.
Je suis vraiment enthousiasmé par ces jeunes qui n’hésitent pas à offrir de leur temps pour surveiller les troupeaux. C'est dire le prix qu'ils accordent à ces grands prédateurs et les enjeux que représentent pour beaucoup cette nécessité de retrouver un équilibre entre la nature -tout aussi sauvage soit-elle- et nous.

1

2
2014-10-06 17:20:45 +0200

En effet le loup n'a jamais disparu d'Italie et d'Espagne donc il n 'y a pas de rupture dans les pratiques d'élevage. En France, sans loup, l'élevage extensif s'est imposé…
Le passé est le passé mais il a amené à des pratiques que le retour du loup perturbe...
Et dans la période actuelle, nul médiateur n'est en vue … comment alors redresser une situation quand elle est si dégradée, quand la présence humaine et celle de patous ne suffisent pas à empêcher toute prédation ?

2

2
2014-10-06 20:18:48 +0200

Etant végétarien, je continuais jusqu'à présent à manger du fromage, car j'aime beaucoup les fromages, qui sont aussi un patrimoine. Cependant, certains comportements et propos hostiles au loup et à l'ours, et bornés, ainsi que l'affaire des bouquetins de Bargy m'amènent déjà à ne plus avoir envie du tout de certains fromages (le reblochon est désormais indésirable par exemple). Je prends conscience, moi qui aimais assez les troupeaux dans les alpages, que les éleveurs peuvent aussi constituer un lobby puissant, égoïste et pas très conciliant... (même si le principe de retirer les bébés mammifères des mamelles pour les allaiter avec du lait artificiel, à base notamment d'huile de palme, m'a toujours quelque peu dérangé!)… Voilà ma petite expérience.

2

0
2014-10-06 20:47:32 +0200

Un adhérent non inscrit sur ce site signale un article italien de décembre 2013 selon lequel les bergers ou éleveurs se feraient justice eux-mêmes (?)
http://www.lanazione.it/cro...
Appel à toute personne pouvant traduire l'italien ...

0

0
2014-10-07 15:55:58 +0200

Est-ce vraiment un problème qu'ils "se fassent justice" s'ils ne mettent pas en danger la pérennité du loup dans leur territoire? Je ne le pense pas.
Le problème des tirs, de la chasse, du braconnage, c'est leur tendance à persévérer jusqu'à extinction de l'espèce...Mais si une telle menace ne plane pas sur le loup en Italie, il n'y a pas vraiment de problème.

0

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 53216
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 21621
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 38334
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1927
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2663
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 10896

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy