POPULARITÉ
30

Elevage/abattage/chasse

Éditer
Publié dans
le 05.03.16
Lys

Foix le 5.03.2016

Bonjour

Après plusieurs mois de mutisme et de pérégrinations diverses, je reviens au contact.

Votre action est parfaitement louable et j’y adhère, sur de nombreux points, bien que la chasse fasse partie intégrante de ma vie et ne soit pas prisée par certains des membres de H et B.

L'élevage et l'abattage

ll faudrait lire le petit opuscule « L’animal est une personne » de Franz-Olivier-Giesbert, s'il n’a pas été déjà lu ?

  • Il dénonce les atrocités de l’élevage industriel et de l’abattage industriel, pour des animaux élevés et programmés pour la boucherie.
  • Les conditions d’élevage et d’abattage, non seulement font souffrir les bêtes, ce qui est inacceptable, mais contribuent de plus à nous livrer des produits de basse qualité.

Pour reparler de la chasse,

  • Ne pas stigmatiser les adeptes de la chasse (même s'ils le méritent quelquefois), laquelle, de plus en plus réglementée, s’emploie à défendre la biodiversité, avec ses moyens humains et financiers.
  • Les lâchers de gibiers de tir sont un très mauvais palliatif pour lutter contre l'agriculture intensive accompagnée de son cortège de pesticides, fongicides et autres gâteries. Nos responsables refusent de plus en plus ces lâchers dont ils ont compris l’inefficacité et l'absurdité et se préoccupent maintenant de la santé des biotopes. Mais comme rien n'est parfait dans ce monde, il subsiste de mauvaises habitudes et des solutions de facilité … à abandonner. Elle le sont progressivement. Mais Paris ne s’est pas fait en un jour !

Bien cordialement à tous

Commentaires

2
2016-03-05 19:29:40 +0100

Très juste… Mais cela n'empêche pas qu'en France des espèces menacées soient toujours chassées (Fuligule milouin, Tourterelle des bois vulnérables au niveau mondial, Lagopède alpin, Vanneau huppé, Barge à queue noire, Courlis cendré… etc) et que des faucons pélerins, buses, vautours, lynx, etc soient régulièrement retrouvés criblés de plomb (cf actualité des centres de sauvegarde)…
Dans l'Union européenne, c'est la France qui chasse le plus grand nombre d'espèces d'oiseaux (64 + la Bernache du Canada) parmi la liste de 82 espèces pouvant faire l'objet d'"actes de chasse", publiée en annexe II de la Directive oiseaux de 1979. La moyenne européenne est de 14 espèces.

Donc d'accord pour le concept d'une chasse à ne plus dénigrer le jour où elle aura profondément muté, s'investissant sérieusement dans l'écologie (cela comprend la diminution du nombre d'espèces chassables, mais aussi la dénonciation de projets nocifs tels NDDL entre autres), se créant une éthique et dénonçant elle-même les débordements et excès qui sont le fruit de certains de ses adeptes (braconnage, vautours plombés, etc) en portant plainte (avant que ne soient obligées de le faire certaines ONG sans qui certains chasseurs seraient sans foi ni loi)…
Il y a aussi des chasseurs qui posent leur fusil et passent à la photographie animalière qui leur apporte le suspens de la "traque" qui leur plaît tant..."

2

4
2016-03-05 19:38:13 +0100

Le nombre d'espèces chassées en France est important, c'est le record européen pour les oiseaux.
VOIR LES TABLEAUX : http://www.humanite-biodive...

4

1
2016-03-05 20:06:25 +0100

En tout cas, bravo à vous pour votre courage !! Félicitations, même si je dois avouer ne pas aimer du tout la chasse et ses adeptes.
Il faut avouer que sur le point des conditions d'élevage et d'abattage des animaux, vous avez entièrement raison.
Par contre, je ne peux être entièrement d'accord avec vous sur tous les points … notamment sur la chasse alors que des petits finissent abandonnés sans leurs parents, seuls dans la nature, voués à une condamnation certaine (j'ai assisté à la course effrénée de 4 petits marcassins traversant affolés la route devant ma voiture. M'attendant à voir la mère suivre derrière, j'ai attendu... mais personne n'a suivi !) Evidemment, je ne peux incriminer les chasseurs eux-mêmes pour ce cas précis, mais je ne doute pas qu'ils n'hésitent pas à le faire.
J'ai été témoin bien souvent de leurs tirs près de mon Oasis, encore très récemment, et de chasseurs s'octroyant même le droit de pénétrer sur des terres et bois privés comme le mien.
Mais bon, j'ai bien conscience qu'ils ne sont pas tous comme ça et que comme vous, quelques-uns échappent à la règle et aiment autant que nous la nature. Mais si vous l'aimez tant, échangez votre fusil contre un appareil photo. L'animal visé sortira vivant et vous serez heureux d'avoir pu capturer une superbe image...
Mon ex-mari était chasseur, et plus tard, conscient du mal qu'il faisait, il a troqué son fusil contre un bon appareil photo.
Bien à vous et merci de votre témoignage très respectueux.
Em'A

1

2
2016-03-05 20:10:33 +0100

Pénétrer dans des terres privées avec des fusils pour poursuivre et tuer un animal est permis quand le terrain est dans le territoire de l'ACCA: les chasseurs, en l'occurence, ne s'octroient pas tous les droits: là ils sont dans leur bon droit!
Ancien cavalier, j'ai eu un jour mon cheval qui s'est brutalement cabré alors qu'un coup de fusil était tiré à quelques dizaines de mètres du centre équestre (pas les 150 m légaux), mais qui l'aurait prouvé en cas de plainte? Plainte pour quoi au fait?

2

4
2016-03-05 20:17:19 +0100

Sauf sur le territoire d'une ACCA:
L’article L.422-1 du Code de l’Environnement stipule que « Nul n’a le droit de chasser sur la propriété d’autrui sans le consentement du propriétaire ou de ses ayants droit »

4

3
2016-03-05 20:52:01 +0100

Autre précision
Même lorsqu'il y a une ACCA, son territoire n'inclut pas les terrains situés dans un rayon de 150 m autour des habitations. Sur ces terrains l'article L.422-1 s'applique.

3

2
2016-03-05 21:00:07 +0100

À GermainGrignan
Apparemment vous évoquez la situation en zone d'ACCA.
En effet, le tir à l'intérieur des 150m autour du Centre équestre était une infraction … sauf si le propriétaire du terrain avait autorisé la chasse. Dans ce rayon, hors territoire de l'ACCA, le propriétaire garde le droit d'autoriser ou d'interdire la chasse.

2

0
2016-03-05 21:34:32 +0100

Non, le propriétaire ne l'avait pas autorisé; les détonations sont d'ailleurs toujours un réel problème pour les chevaux, dans leurs parcs extérieurs, qui sont fortement apeurés. Je suis étonné de lire vos précisions: l'issue de chasseurs dans les jardins des gens sont ici hebdomadaires pendant la longue saison de chasse et ce que j'ai pu lire, source à l'appui, est différent. Je n'ai recherché ces sources, mais trouvé, pour l'instant, ceci: "La chasse sur les propriétés privées

À la suite de la Révolution française, le droit de chasse fut lié au droit de propriété. Mais en 1964, la loi Verdeille octroyât le droit de chasser sur le territoire d’autrui sans son consentement.

Ainsi, aussi incroyable que cela puisse paraître, les ACCA (Associations Communales de Chasse Agréées) et AICA (Associations Intercommunales de Chasse Agréées) créées par cette même loi, organisent la chasse sur le territoire français.

Tous les propriétaires de terrains dans les communes ou groupements de communes abritant une ACCA ou une AICA peuvent donc voir les chasseurs librement tuer des animaux sur leur terres.

La Cour Européenne des Droits de l'Homme a finalement condamné l’État français le 29 avril 1999, à modifier cette loi. Ainsi depuis, le 26 juillet 2000 un propriétaire peut maintenant retirer ses terres de l'ACCA par simple lettre adressée au préfet exprimant son désaccord quant à l'activité de chasse sur ses terres. Les associations de chasseurs en seront alors avisées et ne pourront plus venir chasser chez lui."

0

4
2016-03-05 21:48:56 +0100

À GermainGrignan
Vraiment, la source de votre information n'est pas la meilleure sur le sujet !
La loi Verdeille ne s'applique pas sur la totalité des départements français.

Notre site est beaucoup plus précis !

  • Dans les 29 départements soumis à la loi Verdeille (03, 05, 07, 09, 11, 15, 17, 23, 25, 26, 31, 33, 35, 38, 39, 40, 43, 54, 55, 56, 66, 70, 73, 74, 79, 82, 86, 87, 90) qui instaure des ACCA (Associations Communales de Chasse Agréées), l'article L. 422-1 ne s'applique que dans un rayon de 150m autour d'une habitation
    http://www.humanite-biodive...

  • Et un non-chasseur propriétaire dans une commune à ACCA peut retirer son terrain sis dans le territoire de l'ACCA, selon des modalités précises.
    http://www.humanite-biodive...

4

2
2016-03-05 21:49:58 +0100

Même si le propriétaire fait interdire la chasse sur son terrain, il y a des subtilités dans la définition légale du terme d' « acte de chasse » qui permettent des débordement tout à fait légaux.
- Ainsi, traverser un jardin où la chasse est interdite, fusil « déchargé » à la main, avec son chien, est permis.
- Achever un animal blesser sur le jardin d'un particulier interdit à la chasse est permis.
Ce sont certainement ces éléments qui expliquent les faits observés dans notre région, et si l'on doit éviter les généralités, les articles de presse nationale nous montrent que nous ne sommes pas les seuls à subir ce type de débordements.

2

4
2016-03-05 21:59:35 +0100

Légalement:

  • Il ne faut pas confondre "droit de chasse" et "droit de passage"
  • Il y a infraction de chasse sur autrui si l’animal est tiré sur la zone interdite à la chasse. Si l’animal, mortellement blessé hors de cette zone, vient y mourir, il est propriété du chasseur.

Un animal autorisé à la chasse et tué par un chasseur devient sa propriété même s'il vient mourir sur une zone non chassée. Si le chasseur ne retrouve pas la victime, et abandonne sa recherche, l’animal tué devient propriété de qui le retrouve.
http://www.humanite-biodive...

4

1
2016-03-05 22:15:52 +0100

il est avant tout libre...Et ça, il est important de le souligner dans un monde qui, théoriquement, appartient en sol et sous-sol, en intégralité, aux humains...Leur liberté ne restreint pas la nôtre. Personnellement, les sentir libres renforce ma propre liberté et ma joie...J'ai observé cela aussi chez mes enfants admirant les vautours (libres) en Baronnies. Bonne soirée.

1

3
2016-03-05 22:32:05 +0100

A propos du droit de passage:
" En période de chasse, les chasseurs bénéficiant du droit de chasse sur un terrain occupé par du bétail, peuvent y chasser, mais en prenant les mesures nécessaires pour ne pas effrayer ni laisser s’échapper les animaux domestiques. Ils peuvent y passer dès lors qu’ils veillent à la sécurité des animaux et qu’ils ne créent pas de dommages.
De même en dehors de tout acte de chasse, notamment pour rejoindre un autre lot de chasse, les chasseurs peuvent passer dans des terres non dépouillées de leurs fruits (cultures de blé, maïs…), sous réserver de ne pas y commettre de dégradations."
http://www.oncfs.gouv.fr/Fi...

3

0
2016-03-06 09:09:33 +0100

A GermainGrignan
Bonjour. Des espèces que vous citez, étant des Pyrénées, je ne ferai qu'une observation sur le lagopède, ne connaissant les autres que de nom. Dans les PO, département sur lequel je pratique, nous avons fermé sa chasse depuis plus de 30 ans (aucun prélèvement).
Par le passé, j'ai pratiqué cette chasse, très rude et physique, pour prendre quelques rares pièces, avec beaucoup d’efforts et de sueurs. Vous me répondrez que je l’ai bien cherché et vous aurez raison.
La densité était bonne à cette époque, puis elle a commencé à décliner et nous avons fermé cette chasse.
Je tiens à dire qu’il y avait une excellente densité dans la réserve ministérielle du territoire. J’ai pu le constater dans mes randos. Cette réserve était naturellement exclue de la chasse. Depuis de longues années qu’elle existe, elle n’a jamais été chassée. Or, depuis plus de trente ans que nous avons fermé le lagopède, ils ont pratiquement disparu, y compris dans cette réserve. Je suis preneur de toute explication plausible sur cette quasi-disparition ?
Je n’ai jamais prétendu que tous les chasseurs étaient des saints. Quels que soient les milieux, il y a toujours quelques brebis galeuses. Mais il ne faut faire, de quelques cas inacceptables, une généralité et surtout ne pas les monter en épingle pour jeter le discrédit sur toute une activité, quelle soit de chasse, de pêche ou dans tout autre domaine.
Tout évolue, la chasse avec. Mais vos propos ne sont pas totalement neutres et objectifs. Il reste toujours un doute et une arrière-pensée. Pourquoi ajouter « … Porter plainte avant qu’une ONG ne soit obligée… »
Pourquoi ajouter « …sans qui certains chasseurs seraient sans foi ni loi ».
S’il n’y avait aucune contrainte, tout le monde transgresserait sans foi ni loi.
Personne n’est blanc ou noir, tout le monde est gris. Les saints sont d’un autre monde. Interrogez-vous ? N’avez-vous jamais fait un écart, ne serait-ce que par ignorance ou omission ?
Je conçois que vous trouviez trop lente la progression morale de notre passion, mais laissez-nous un peu de temps. Avec le renouvellement des générations et les changements de mentalité, nous allons peut-être vous surprendre?
Quant au safari photo, chacun voit midi à sa porte. J’ai pratiqué les deux chasses : Tantôt avec la caméra, tantôt avec la carabine et la caméra. On ne se refait pas.
cdlt

0

-1
2016-03-06 09:19:01 +0100

À H&B au sujet du nombre d'espèces chassées en France:
Exact mais tout le monde sait que la France est une nation atypique!
Nous avons fait 1789, aussi cela nous donne des prérogatives ! Trêve de plaisanterie, peu importe le nombre d'espèces chassées, l'important est qu'elles ne soient pas en déclin ou en péril, et qu'elles soient chassées dans les règles de droit.
Tout le monde, y compris votre asso, surveille la bonne santé de chaque espèce et s'accorde pour leur protection quand il y a danger.
Pourquoi se priver d'une manne quand cela est possible? je préfère prélever par une chasse responsable que de détruire les nids (Pays-Bas) ou empoisonner les ramiers (GB). Qu'en pensez-vous?

-1

2
2016-03-06 09:29:30 +0100

toine à Ema':
Merci pour votre réponse.
Ce serait le paradis si nous pouvions être d'accord sur tous les points !
Je ne suis pas chasseur de sanglier mais je sais que ces chasseurs s'accordent pour ne pas tirer les laies suitées. Peut-être pour éviter les orphelins, peut-être pour protéger leurs reproducteurs ? Les sangliers sont des bêtes fauves qui font énormément de dégâts payés par les chasseurs eux-mêmes. Cela ne dispense pas d'avoir de la compassion pour ces pauvres marcassins mais ils savent se sauver sans la mère. Il reste le côté sensible de leur abandon. Ils ont la chance d'être libres et non programmés à l'abattage. S'il faut faire preuve de sensiblerie, pensez au pauvre veau que l'on va égorger et qui voit sa mère l'appeler en passant devant ses yeux paniqués par le couteau du boucher. Cela n'excuse pas, bien sûr, les faits que vous rappelez.

2

0
2016-03-06 09:35:38 +0100

toine à GermainGrignan:
Exact le retrait des terres à l'Acca. Mais ce retrait implique que sur le territoire retiré, plus personne ne peut y chasser, y compris son propriétaire (ou ayant-droit). Ce dernier ne peut plus chasser sur le territoire de l'Acca.
Je ne sais pas s'il est exclu de tout autre territoire de chasse ?

0

0
2016-03-06 09:51:15 +0100

Le retrait ne peut être demandé que tous les 5 ans à partir de la date de création de l'ACCA (qu'on ignore)...et au préfet...que de complications ! Personne ne le fait, du coup. Démocratique?

0

2
2016-03-06 09:58:16 +0100

Mais si, des retraits ont été demandés et obtenus par des personnes opposées à la chasse (et qui s'engagent à ne chasser nulle part) …
Voici une de nos propositions: Modifier les dispositions permettant le retrait des terres des ACCA pour le rendre possible dans un délai d'une année.
http://www.humanite-biodive...

2

1
2016-03-06 09:58:46 +0100

Tous les documents d'une Acca sont consultables par quiconque, chasseur ou non chasseur, sociétaire de l'Acca ou pas.
On peut consulter l'arrêté de constitution, le départ du délai de 5 ans, les registres des délibérations, le règlement intérieur et le réglement de chasse, le parcellaire du territoire de l'Acca ou tout document intérieur au fonctionnement: liste des sociétaires, prix, etc.

il suffit de se présenter au siège de l'Acca (la plupart du temps au secrétariat de la mairie) et demander de consulter. Personne ne peut vous en refuser l'accès.

1

0
2016-03-06 10:04:54 +0100

à HB: en principe le retrait est demandé par un opposant. sauf cas particulier (réglement de compte local) je vois mal un chasseur pratiquant s'exclure de tout droit de chasse sur sa commune

0

2
2016-03-06 10:05:46 +0100

Même si vos phrases et votre expérience sont à votre honneur, je remarque dans votre texte les mêmes arguments stéréotypés que je reçois systématiquement à chaque échange avec un chasseur: "sensiblerie" "oies gazées aux Pays-Bas"…
Beaucoup de problèmes dans le monde viennent d'un manque de sensibilité. Avoir de la sensibilité et en prendre compte n'est pas faire de la sensiblerie. Pour ma part, les souffrances infligées aux animaux par l' "élevage" m'ont rendu végétarien, et je mange peu de produits laitiers. Je me sens à peu près cohérent vis-à-vis de cela, mais vous avez raison: je dis souvent qu'il vaut mieux manger le sanglier du chasseur (qui a eu sa vie et a pu être tué sans trop se souffrance) que le porc qui, bien souvent, n'a pas vu la lumière du jour, a vécu dans une minuscule prison, et a été bien souvent mal nourri avant de finir dans un abattoir dont on imagine les pratiques tellement ce domaine manque de transparence.
Pour le lagopède alpin: comment expliquez-vous qu'il soit classé menacé au niveau européen?
Enfin, en tant que naturaliste et photographe nature amateur, je me heurte à un effet secondaire de la chasse: la sélection cynégétique des individus les plus farouches, la modification du comportement des animaux chassés, ce qui les rend plus difficiles à observer, la plupart des enfants campagnards d'aujourd'hui n'ont plus la chance d'apercevoir chevreuils et autres... Cela reste exceptionnel et les rencontres se font en voiture.
En Suisse, divers oiseaux et mamifères, farouches en France, sont facilement observables et des gens rapportent de là-bas de superbes observations et photos prises facilement…
La biodiversité doit pouvoir profiter à tout le monde et ne devrait pas être confisquée, même involontairement, par une moitié de personnes au détriment des autres.

2

1
2016-03-06 10:08:36 +0100

Modifier les dispositions de retrait, c'est modifier la loi mais surtout modifier la durée des baux et la période de 5 ans (location onf, onc, domaniaux etc) qui repose sur un législation pérenne.

1

0
2016-03-06 11:23:00 +0100

À GermainGrignan
jJe reviens sur le lagopède.
La dégradation du gibier naturel est générale. la seule explication qui me paraisse plausible: le réchauffement et la pollution. L'impact de la chasse est minime (surtout pour le lago ) puisque le gibier naturel disparaît même dans les réserves de haute montagne super protégées. Seul le grand gibier prospère.
Les responsables de la disparition progressive, tout le monde les connaît: pénétration permanente des massifs, randos, safaris photos, dérangement, pollution.
Un exemple: les perdrix grises de montagne (espèce endémique) se nourrissent souvent, en estive, de coléoptères ou vers contenus dans les bouses sur les reposoirs des bestiaux. Or l'analyse des excréments démontre la présence chimique de produit de traitement des bovins et ovins.
Il est trop facile de donner aussi des arguments stéréotypés comme vous le dites. Mais ce sont des arguments qui portent et qui sont de poids. Entre le gaz anonyme et aveugle, je préfère le fusil qui permet de consommer l'oiseau et surtout d'être sélectif et moins nocif.
Par ailleurs, vous ne pouvez pas reprocher au gibier de bien se défendre et de se cacher aux yeux des "spectateurs". Il ne souhaite pas poser pour la caméra. Cela donne plus de piment au cliché volé. Ne pas chercher à faire du gibier sauvage des toutous de parade: ce n'est pas dans leurs gènes !
Vous parlez de clichés pris facilement en Suisse. La facilité peut être encore plus ouverte en allant faire des photos dans un zoo ! Quel intérêt ?

0

2
2016-03-06 20:45:27 +0100

Avant le ski, les motos, l'artificialisation des terres, la passion des fusils avait éradiqué le dodo et menacé de faire de même avec le macareux moins, ce qui a été à l'origine de la création de la LPO. Cette même passion commet des années plus tard les mêmes excès qui mettent en péril les mesures de sauvegarde (parcs nationaux, zones natura 2000....) et réintroduction (ours, vautours, lynx). La chasse, sur un plan général, et bien qu'elle soit différente d'un individu à l'autre, a réellement besoin d'être plus jugulée qu'elle ne l'est aujourd'hui, s'autorisant d'ailleurs à jouer avec les animaux d'élevages comme perdrix, pigeons, canards...L'intérêt des photos de zoo, je ne le vois pas. Mais j'avoue ne pas avoir vu de telles photos non plus ! Le "gibier" (les Parisiens disent "Province" quand il viennent chez nous et se trahissent tour pareil!), on peut aussi en croiser du moins farouche (j'en ai vu dans le Quercy, à des endroits relativement préservés, et même s'ils restent aux aguets en tant que proies, rien à voir avec ce que je vis aujourd'hui). En Scandinavie, beaucoup de photographes professionnels ou amateurs avertis se régalent à prendre, pas à deux mètres évidemment, des animaux non selectionnés par la chasse. Par contre, on peut presque toucher le faisan de Colchide lâché. Quelqu'un le tuera plus loin. Quel intérêt? Il y a des stands de tirs avec des cibles...et des boîtes de pâté.

2

1
2016-03-06 20:51:04 +0100

Ne vous en déplaise, la chasse semble de moins en moins populaire. Un événement relaté dans cet article, a fait intervenir une quarantaine de voisins pour bloquer la chasse à courre dans un quartier résidentiel, après des antécédents...Pour les battues dans notre région, je vous garantie qu'elles ne sont pas appréciées de la majorité des gens (en particulier celles du 11 novembre, jour qui commence par des "pan pan" partout dès 8h du matin). Une amie de mon épouse a même rétorqué au chasseur venu dans son jardin (où jouent normalement des enfants) qu'en respectant plus les prédateurs, il y aurait moins de problèmes avec les sangliers ou autres...Ecologie et chasse? Ce qui ne colle pas, ce sont les conflits d'intérêts (celui qui paie son permis et son matériel veut pouvoir en avoir pour son argent, et trop se restreindre pour préserver va à l'encontre de l'optimisation dans tous les sens du loisir...). Il n'y a rien de plus émouvant que des gens qui défendent spontanément et sans intérêt des causes. Bonne soirée

1

1
2016-03-06 23:49:04 +0100

Le débat s'est focalisé sur le dossier "Chasse".
Le dernier thème abordé par GermainGrignan est la chasse à courre qui, depuis des décennies, est le mode de chasse le plus décrié et a souvent déclenché l'hostilité quand l'équipage entre en zone urbanisée. À coup sûr, toine n'est pas veneur.
Considérant que les échanges n'ont plus lieu qu'entre deux personnes , les désaccords ayant été exprimés, nous mettons un terme au débat .
Nous apprécions qu'il ne se soit pas envenimé.
Nous supprimerons les messages ultérieurs.

1

1
2016-09-30 09:56:01 +0200

C'est un débat très intéressant par ailleurs

1

0
2016-09-30 16:03:09 +0200

Merci Sébastien

0

À propos de l'auteur

chasseur, pêcheur et écolo : ce n'est pas incompatible;

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 18
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 68
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 5
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 5
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 5
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 5

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy