POPULARITÉ
92

Empreinte, biocapacité et dépassement écologique

Éditer
Publié dans
le 30.08.13
Empreinte_france_monde

A l'initiative du Global Footprint Network, l’empreinte écologique vise à traduire de manière facilement compréhensible l’impact d’activités humaines sur les écosystèmes et la planète.

L'empreinte écologique mesure, en hectares (ha), les surfaces de terres et d’eau, nécessaires pour produire les ressources qu’une population consomme et pour absorber les déchets qu’elle génère.

Les humains consomment des ressources et des services écologiques provenant de partout dans le monde, leur empreinte est donc la somme de toutes ces surfaces, où qu'elles soient sur la planète. L’empreinte écologique d’un pays n’est donc pas uniquement ce qui se produit sur son propre sol, mais en réalité ce qui s’y "consomme".

L'empreinte moyenne de l'humanité est de 2,7 ha : les extrêmes étant le Bangladesh (0,7) et le Quatar (11,7)

La biocapacité d’une zone donnée désigne sa capacité à générer une offre continue en ressources renouvelables et à absorber les déchets découlant de leur consommation. La biocapacité d’une zone n’est pas figée. En effet étant plus importante, dans l’ordre, pour les champs cultivés, les forêts et enfin les pâturages, elle peut donc être plus ou moins grande suivant l’affectation qu'on donne à ces terrains, de la fertilité de ceux-ci ou encore des techniques de production utilisées.

La biocapacité peut être assimilée à une empreinte écologique disponible. Elle est en moyenne de 1,8 ha.

Le cas de la France

En 2011, notre empreinte (individuelle) était de 4,9 ha et notre biocapacité de 3,0 ha. Le dépassement écologique était donc de 1,9 ha. Ce dépassement nous plaçait en 33ème position, derrière de nombreux pays dont les Etats-Unis bien entendu, mais aussi plusieurs pays européens. Maintenant, on peut aussi analyser la situation de cette façon, nous avons besoin de 1,6 planètes pour vivre (4,9 / 3,0).

Ceci étant, il est intéressant d'analyser l'évolution de l'empreinte et de la biocapacité au fil du temps. Le graphique présenté en haut montre que l'empreinte de notre pays a augmenté jusqu'au 1er choc pétrolier et qu'elle est ensuite (avec des à-coups) restée comprise entre 4 et 5.

Concernant notre biocapacité, elle a régulièrement augmenté jusqu'en 1998, sans doute du fait l'amélioration des rendements agricoles. Mais à partir de cette date, nous n'avons plus trop gagné et à ce moment là, la tendance générale à la baisse de la biocapacité du fait de l'augmentation de la population a repris le dessus.

Cette tendance inéluctable (?) à la baisse de la biocapacité est d'ailleurs très nette sur le graphique mondial.

Au vu de ces graphiques, il est clair que pour aller vers la suppression du dépassement écologique, que ce soit au niveau national ou mondial, il convient à la fois de diminuer notre empreinte (via une consommation raisonnable) mais aussi de stopper la baisse de la biocapacité (via la stabilisation de la population).

Commentaires

1
2013-08-30 14:08:10 +0200

A rapprocher de la publication d'un autre internaute:
http://www.humanite-biodive...

1

À propos de l'auteur


Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 8
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 2
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 2
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 3
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 112

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy