POPULARITÉ
425

État d'urgence sanitaire : l'exécutif se dote de pouvoirs exceptionnels pour affronter le Covid-19

Éditer
Publié dans
le 24.03.20
Photosdiverses_063

La situation difficile que nous vivons et que nous allons vivre pendant un long moment justifie des mesures de gestion d'urgence sanitaire.

Ainsi : "L'objectif est de donner un fondement légal aux mesures restrictives de liberté que prennent le Premier ministre et le ministre de la Santé pour lutter contre cette épidémie, mais aussi celles qui pourraient survenir à l'avenir. Le texte est examiné ce jeudi 19 mars au Sénat et vendredi 20 mars à l'Assemblée.
Ce nouveau mécanisme coexistera avec l'article 16 de la Constitution, qui prévoit de donner des pouvoirs exceptionnels au président de la République en cas de crise, de la loi du 3 avril 1955 sur l'état d'urgence de droit commun, et de l'article L. 3131-1 du code de la santé publique applicable aux crises sanitaires de moindre ampleur."

"Mesures restrictives de libertés
Le projet de loi donne au Premier ministre la compétence pour prendre des mesures portant atteinte à la liberté d'aller et de venir, à la liberté d'entreprendre et à la liberté de réunion. « Le ministre de la Santé aura vocation, quant à lui, à prendre les autres mesures, en particulier sanitaires, appelées par les circonstances », explique l'exécutif. Ces mesures devront être proportionnées aux risques encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu, prévoit le texte. « Selon ce qui paraîtra le plus approprié dans chaque cas de figure, ces mesures pourront être décidées au niveau national ou laissées pour partie à l'appréciation du représentant de l'État dans le département », précise l'exposé des motifs.
Concrètement, l'adoption de ce texte permettra d'imposer des mesures d'hygiène ou de comportement comme la distanciation sociale ou d'autres mesures barrières. « Les particuliers peuvent voir leur liberté d'aller et venir limitée dans l'intérêt de leur santé et de la santé publique », explique Matignon, qui donne en exemple les mesures de quarantaine ou d'isolement, ainsi que les mesures de confinement, déjà en vigueur.
L'état d'urgence sanitaire permettra également de recourir à des réquisitions afin d'assurer la continuité des services publics. Les magasins pourront continuer à faire l'objet de restrictions d'ouverture. « Les entreprises (…) peuvent souffrir de mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire mais elles souffriraient davantage de celles de la crise elle-même si elle n'était pas surmontée », justifie le Gouvernement."

Élément important

Consécration du comité scientifique
Le Gouvernement met en avant des garde-fous. Ainsi, le projet de loi consacre l'existence du comité scientifique destiné à éclairer les choix des autorités compétentes dans la gestion de la crise du Covid-19.
« L'autorisation du Parlement [est] requise pour la prolongation de ce régime au-delà d'une durée d'un mois », veut aussi rassurer l'exécutif. « Il est dommage que le projet de loi ne prévoit pas le retour à l'état de droit initial dès lors que les circonstances de l'état d'urgence sanitaire économique auront pris fin, déplore toutefois Corinne Lepage. Cela aurait permis de lever toute ambiguïté quant à l'étendue dans le temps des transformations majeures auxquelles nous devons nous attendre ».
Des transformations nécessitées par l'acuité d'une crise qui révèle l'obsolescence du cadre juridique actuel. « La crise sanitaire du Covid-19, d'une ampleur jamais imaginée jusqu'ici, appelle une réponse des autorités exécutives d'une ampleur qui n'a pu elle-même être envisagée lorsque les dispositions législatives et réglementaires existantes ont été conçues, justifie le Gouvernement. « Il convient donc de penser un cadre juridique à la lumière de cette réalité nouvelle, et qui peut se reproduire dans l'avenir », ajoute l'exécutif.
La balle est maintenant dans le camp de l'Assemblée nationale qui va examiner le texte dans un hémicycle clairsemé. Le Sénat l'a voté jeudi 19 mars au soir à la quasi-unanimité après avoir adopté un certain nombre d'amendements.

Source avec l'aimable autorisation : https://www.actu-environnement.com/ae/news/covid-19-etat-urgence-sanitaire-projet-loi-35173.php4

Commentaires

0
2020-03-20 15:38:20 +0100

intéressant merci.question : le ramassage , tri sélectif , déchetterie fermée , est impacté... probléme de salubrité publique ?, de santé publique ? ou de moindre impact sur crise sanitaire ? ici le choix est fait.. ne sont ramassées que les ordures ménagéres jusqu'à nouvel ordre. Donc l' impact sur l'environnement risque bien d'être en cours .. je pense aux pros qui ne savent plus où mettre leurs déchets ( retour à la nature ?) et au particulier qui vont voir "s'accumonceler " leur tri sélectif ou retour vers la nature vers les "enfouissables"... faire appel au civisme ..?? vous y croyez .vous

0

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 226410
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163760
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61433
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15913
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9415
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196529

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy