POPULARITÉ
1118

Face aux changements climatiques et écologiques, les oiseaux migrateurs s'adaptent

Éditer
Publié dans
le 10.03.18
Un_moucherolle_c%c3%b4tier

Les oiseaux migrateurs modifient-ils leur comportement en fonction des changements climatiques auxquels ils sont confrontés ?

Afin de répondre à cette question, deux chercheurs de l'université du Kansas se sont penchés sur les données recueillies durant 22 ans par un observatoire ornithologique de la baie californienne de San Francisco.

Cinq espèces ont été étudiées.

Trois migrant sur une courte distance :
le moucherolle côtier, le paruline verdâtre et le paruline à calotte noire.
Deux sur une longue distance :
la grive à dos olive et la paruline jaune.

-Dans une étude publiée en décembre 2017 ! dans la revue The Condor: Ornithological Applications de la Société américaine d'ornithologie, les deux chercheurs ont constaté que :

  • Deux des cinq espèces étudiées avaient avancé leur début médian de migration au printemps de 2,5 jours par décennie.
  • Les trois autres avaient reculé leur départ à l'automne de près de 3 jours par décennie.

Les migrations sur courte distance plus affectées

Les chercheurs restent prudents :
s'ils ont relevé des preuves des changements de comportements chez les oiseaux migrateurs, notamment sur leur date de départ, ils soulignent que "les relations causales avec les facteurs écologiques restent inconnues". Les oiseaux migrant sur une courte distance semblent cependant être les plus affectés par les conditions climatiques.

Ils encouragent à mener plus d'expériences,
les facteurs influençant la migration des oiseaux étant multiples: obstacles écologiques, réserves de nourriture, période de reproduction ou de nidation, schémas de migration…

Les changements de comportement des oiseaux migrateurs peuvent être constatés un peu partout sur la planète.
Dans la réserve naturelle de Houla, en Israël, les grues cendrées ne s'arrêtaient auparavant que pour quelques jours avant de reprendre la route. -Désormais! comme l'a constaté Le Figaro dans un reportage elles sont quelque 50.000 à rester tout l'hiver, contre 1500 il y a une trentaine d'années.

Petites histoire naturelles - Partir pour survivre - 5 min 30

Commentaires

1
2018-04-17 11:48:50 +0200

Cette étude est vraiment intéressante. Un grand merci a vous.

1

Powered_by_tinkuy