POPULARITÉ
6

Faire moins d’enfant - La meilleure action pour sauver la biodiversité ?

Éditer
Publié dans
le 09.03.19

La biodiversité : l’ensemble de tous les organismes vivants, les écosystèmes, les plantes, les animaux, leurs habitats et leurs gènes. La biodiversité est fondamentale pour la vie sur Terre. Nous en avons besoin pour ses inestimables bienfaits : oxygène, nourriture, eau potable, sol fertile, médicaments, abris, protection contre les tempêtes et les inondations, climat stable...
Mais depuis que l’Homme est en mesure d’impacter son environnement de façon significative cette biodiversité disparaît à un rythme effréné. Perte et dégradation de forêts et autres habitats naturels, invasion d’espèces introduites par l’Homme, pollution, changement climatique et surexploitation des ressources…

L’homme : un destructeur implacable

Depuis 1970 la population mondiale a doublé et selon les estimations elle devrait atteindre 9 milliards d’ici 2050. Dans cette perspective la crise de la biodiversité ne fera que s’aggraver dans la mesure où plus de personnes suppose la consommation de plus ressources. C’est du moins l’avis de certains écologistes. Puisque la consommation de ressources est l’une des causes fondamentales de la perte de biodiversité, certains spécialistes prônent un contrôle des naissances.
Sommes-nous trop nombreux sur terre ? Réduire l’effectif de la population mondiale afin de sauver la biodiversité : est-ce une stratégie viable ?
Il est indéniable que la croissance démographique pose de véritables problèmes de disponibilité de ressource. Chaque année ce sont des milliers d’hectares de forêt qui partent en fumée au profit de l’industrie agroalimentaire. Les espèces animales qui perdent ainsi leur habitat se retrouvent irrémédiablement condamnées à disparaître. Le constat en mer est tout aussi triste. De nombreuses espèces ont disparu du fait de la surpêche.
L’apparition de l’espèce humaine à la surface de la terre aura marqué un tournant dans la vitesse de disparition des espèces végétales et animales. Le passage à l’ère de l’industrialisation aura plus que jamais accentué l’emprise et la pression que l’Homme exerce sur la planète. Longtemps durant les ressources de la planète ont été considérées comme inépuisable. Mais face à cette poussée démographique et l’expansion urbaine, la planète a très vite révélé les limites de sa capacité à fournir des ressources, et à supporter les effets néfastes de l’activité humaine. Et pour cause, en seulement 40 ans l’action humaine aura causé la disparition de plus de la moitié des espèces animales. De nombreux écosystèmes ont disparu et ceux qui restent sont menacés de destruction.

Nous sommes de plus en plus nombreux

L’idée de faire moins d’enfant voire pas du tout afin de protéger la planète peut quelque peut paraître extrême. Mais c’est un raisonnement logique qui se tient dans une certaine mesure. Il part en effet du constat selon lequel la surpopulation dans un monde aux ressources limitée conduira à terme à une situation de pénurie. Plus d’êtres humains sur terre suppose une demande alimentaire plus forte; donc plus de terres sauvages détruites au profit de l’agriculture. Cela suppose également une consommation énergétique plus importante donc plus d’émission de gaz à effet de serre. Et de ce type de conséquence néfaste, il en existe beaucoup.
On réduirait effectivement de façon significative le niveau de destruction causé par l’activité humaine si tout le monde décidait de faire moins d’enfant, voire pas du tout. Ne divorcez pas tout de suite, cependant. Le bilan carbone d'un célibataire étant supérieur à celui d'un couple, il faudrait donc tout de même continuer de vivre en union.

Vers un changement total du mode de vie

L’un des plus gros problèmes que posent la croissance démographique et l’urbanisation est celui du gaspillage. En effet, dans la quasi-totalité des pays développés on peut faire le triste constat d’une société qui au lieu de manger pour vivre, vit désormais pour manger. Agriculture non respectueuse de l’environnement, repas hypercalorique, consommation excessive de viande et autres protéines d’origine animale, etc. Une fraise en décembre, c’est une importante empreinte carbone. Loin devant les transports, l’élevage intensif, et celui des bovins en particulier est l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre.
A la faveur de l’industrialisation l’homme a adopté des méthodes de production et un style de vie qui ne fait pas grand cas de la protection de la biodiversité. Et pourtant sa survie à long terme dépend de l’état de cette biodiversité. Certes en réduisant considérablement la population mondiale par le contrôle des naissances on finira par amoindrir l’impact de l’activité humaine sur la planète. Mais cette mesure prendrait un temps fou à avoir des effets visibles. Bien plus de temps qu’il n’en faut aujourd’hui à la biodiversité pour être touchée de manière irrémédiable.

Sauver la terre et être en mesure d’y vivre

Faire moins d’enfant pour sauver la biodiversité terrestre n’aura un réel impact que si nous repensons notre manière de vivre. Vivre dans l’excès n’est plus une option. Nous devons œuvrer afin de ne tirer de la nature que l’essentiel pour survivre. L’agriculture bio n’a rien d’excentrique. Avec les moyens adéquats elle peut nourrir l’ensemble de la population mondiale. Désormais, il est possible de disposer de l’électricité sans avoir à recourir aux énergies fossiles.
Vivre sur cette planète sans la polluer n’a rien d’utopique. C’est possible et c’est un impératif de survie. Quant à au contrôle des naissances, la tendance se généralisera aussi bien pour des raisons écologiques qu’économique. Le coût de la vie n’a de cesse de grimper, et l’investissement que représente le fait d’élever un enfant aussi. En faire moins sera donc la meilleure option pour leur garantir une vie de qualité.

Commentaires

3
2019-03-10 13:08:58 +0100

Je suis toujours en désaccord avec cet argument et je vais m'expliquer, mais avant je tiens à préciser que je ne suis spécialiste de rien et que je n'engage que moi avec mon lot d'ignorance.
.
Je pense que cet argument qui est partagé et répété par de nombreuses personnes d'un peu partout est une mauvaise solution de personnes intelligentes et de bonne foi à un véritable problème dont les causes et les conditions ne sont jamais complètement explorées pour en arriver à cette conclusion présentée comme une solution miracle et de bon sens comme un plus un font deux.
.
Évidemment tout ce qui est dit est vrai et si nous étions moins nombreux moins de ressources, moins d'énergie seraient alors consommés et donc = moins de pollution et moins de destruction.
Je ne remet pas en cause ce qui est indiqué légitime et réel.
.
Toutefois je pense que beaucoup des problèmes rencontrés aujourd'hui la destruction de la biodiversité la pollution sont aussi dû à un manque d'éducation de répartition et de bon sens.
Il est tout à fait normal que de grands changements impliquent un temps d'adaptation, mais je pense que si tous les gouvernements du monde, ou en tout cas la plupart d'entre eux, et réussissaient à s'entendre sur une éducation responsable du point de vue de la nature, de la biodiversité, du climat de nos ressources et de l'utilisation de celles-ci, alors il y aurait beaucoup plus de personnes de bonne volonté qui feraient attention aux conséquences de leur mode de vie et de consommation parce qu'ils auraient conscience des effets et des conséquences de ceux-ci.
Au-delà de cela si tout le monde avait accès à une éducation variée, riche, éthique dans de bonnes conditions, que ce soit dans les pays pauvres dans les pays riches (il y a de nombreuses efforts à faire dans les deux cas), je pense aussi que sans légiférer sur le sujet ni même le demander le nombre de naissance baisserai naturellement.
.
Avec ce type d'éducation, l'éducation qui est le meilleur investissement possible autant pour le présent que pour le futur, je pense que nous aurions la chance de voir plus de pet moins d'inégalité moins d'extrême dans l'humanité d'aujourd'hui.
.
Évidemment tout ne peut pas se faire en un jour, d'ailleurs rien de tout ce qui nous arrive de s'est fait en un jour. Mais je pense sincèrement que imposer, d'une façon ou d'une autre, une limite aux naissances est absurde. Absurde parce que cela m'aidera pas à changer quoi que ce soit dans nos comportements, qui sont aussi à l'origine de nos difficultés rencontrées aujourd'hui.
De plus, mais peut-être que je me trompe je vois là un gros risque menanr à créer plus de conflits entre les pays qui jouerai le jeu et ceux qui ne le joueraient pas dans un monde dans lequel il n'y a aucune gouvernance mondiale et beaucoup de divergences et déjà de conflits.
Sans parler de l'aspect religieux qui serait prépondérant quand on voit encore aujourd'hui ce qui se passe à travers le monde dès que l'on parle d'avortement dans certains pays et même à une moindre échelle dans des pays comme la France
Aussi certaines personnes ce serait une véritable douleur de ne pas être libre d'avoir les enfants qu'ils souhaitent avoir.
.
Et puis quand je pense à l'histoire chinoise et la politique de l'enfant unique qui a très vite été un échec et qui a été adaptée ... quand je pense également au pays qui doit faire face à un vieillissement de la population parce que justement ils n'ont pas eu assez d'enfants, je ne vois là que des aspects potentiellement très dangereux.
L'humanité ne semble pas prête à gérer ce type de difficulté sans conflit et en aucun cas une guerre est une solution ni pour l'humanité ni pour la biodiversité ni pour le savoir ni pour réussir à grandir en tant qu'individu en tant que collectivité et à avoir une meilleure prise de conscience de ce que nous faisons et de ses impacts.
.
Les difficultés auxquelles aujourd'hui l'humanité , et donc la biodiversité dont nous faisons partie intégrante sur un pied d'égalité avec tout le reste du vivant, ne peuvent pas être, à mon sens, résumé au nombre trop important d'être humains comme une solution et donc une réduction des naissances comme solution.
Nous nous sommes mal "comporté" par ignorance, maintenant, depuis quelques décennies, nous savons ce que nous faisons et les conséquences de nos actes donc nous ne sommes plus ignorant.
Le bon sens signale donc qu'il faut en tenir compte et faire face à ce qui se passe et aux raisons qui font que cela se passe et donc à notre responsabilité.
Il y a beaucoup de moyens d'actions possibles, nous en connaissons déjà beaucoup et si nous investissons dans la recherche grâce à tout ce que l'humanité a déjà accompli, en terme d'évolution et de technologie, nous trouverons forcément d'autres moyens d'action comment remplacer certaines choses par d'autres, etc...
.
Oui moins d'êtres humain ça permettrait à la planète de respirer un peu mieux.
Par contre ce ne serait qu'un maigre sursis 6 si nous accompagnons pas cela de solutions moins agressives et destructrice dans notre mode de vie.
Mets de la même manière si demain on a interdit le pétrole ce n'est qu'un sursis et dans les deux cas l'économie en prend un coup et donc nous investissons pas dans l'avenir nous ne faisons que compenser maladroitement.
.
Comme je l'ai indiqué plus haut je pense sincèrement que la solution c'est l'éducation mais bien sûr la recherche, et ensuite attendre les résultats de ce type de politique.
Je ne dis pas que c'est facile à appliquer je ne sais même pas comment le faire je ne suis absolument spécialiste de rien mais mon bon sens me crie qu'une réduction des naissances n'est pas une bonne solution ça n'est pas comme baisser la vitesse maximale autorisée.

3

2
2019-03-11 08:26:31 +0100

Vous avez raison tous les deux !!!
Mais il y a un paramètre supplémentaire a prendre en compte, c'est l'urgence. Et il faut se décider rapidement. Sommes nous prêts aux sacrifices indispensables pour essayer de corriger rapidement le tir ??

2

2
2019-03-12 11:50:52 +0100

Effectivement vous avez raison tous les deux. question de bon sens et d'éducation , un savant dosage sera nécessaire dans cette équation. Pour éduquer il faut des enfants qui ensuite partagent , transmettent , appliquent ..et en même temps un peu moins de monde sur notre planète serait un souhait .représentons nous notre terre comme une île de Pâques .. lorsque une population double en 48 années il y a forcément une problématique et lorsque que l'on écoute un tant soit peu nos dirigeants qui parlent sans cesse de progressisme et de croissance ils exhortent à toujours plus ce qui m apparaît comme étant parfaitement incompatible avec l'une ou l'autre solution et ce n'est honnêtement pas demain la veille puisque, toute politique se trouve basée sur le principe le "capital " à tout prix . "on" entend bien parler de pays les plus riches du monde , à la plus forte croissance ..qui est prêt à arrêter cela sans compter le coté non négligeable , qui a été mentionné , des conflits puisque nous n'arrivons pas à grandir . Une premiére solution , à mon sens facile à mettre en oeuvre stop à l'élevage intensif , stop aux terres cultivées pour de plus en plus d'animaux et qui nourrissent donc de moins en moins les humains ...un piège de la consommation et du profit plus.. reconvertir l'éleveur en agriculteur ..plein plein d'agriculteur pour une meilleur gestion des sols et des flux nourriciers et du coup plein plein de petites parcelles bordées de haies cela peut ressembler à de la poésie , mais la réalité est que nous sommes tous avant tout des jardiniers dont la tâche est d'entretenir cette terre et préserver notre planète pour ceux qui suivent. Il faut que les choses changent pour cela il faut que les élus du monde change de paradigme , avoir d'autres références pour des solutions nouvelles.. il y a pour cela de nos jours des bureaux d'études qui ont les réponses mais qui ne sont pas entendus ou pas écoutés.. et nous savons tous pourquoi ...le pouvoir , les urnes ,et l'argent si nécessaire à un monde nouveau et qui dérive dans des ailleurs "on" ne sait où , ou que trop bien...maintenant c vrai YAKA FAUCON facile , passer à l'acte par une action individuelle qui doit se multiplier, grossir, s'amplifier et qui tout naturellement prendra le dessus grâce à notre changement de cap perso , manger autrement , bouger autrement , vivre autrement etc.... merci sujet trés important pour des gens qui comme nous espérons et supposent.

2

1
2019-03-15 17:03:21 +0100

C'est malheureusement un débat très sensible. La surpopulation est une réalité il ne faut pas avoir peur d'en parler. Mais ce problème doit avant tout être corrigé par la prévention et non la répression.

1

À propos de l'auteur

Bonjour, je me présente, je suis Marc Blanc et je vis près de Lyon avec ma petite famille (j’ai deux enfants). Dans la vie je suis un love coach ou coach en relations amoureuses, en d'autres termes j'accompagne les couples qui rencontrent des difficultés dans leur vie sentimentale et/ou matrimoniale. Je leur apporte conseils et réconfort lors d’une séparation ou un divorce par exemple. Je ...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 7
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 0
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 0
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 0
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 0
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 0

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy