POPULARITÉ
26

Guide de consommation durable du poisson

Éditer
Publié dans
le 23.07.12
174657_181945665549_1168301044_q

Suivi pratique :

Principes et recommandations pour un approvisionnement durable en poisson: voir le document joint.

Commentaires

2
2012-07-23 21:24:09 +0200

Le mieux acheter qui est proposé dans le guide est l'une des 3 dimensions de la consommation durable.
Voir les trois dimensions sur http://www.developpement-du...

2

1
2012-07-24 13:17:18 +0200

Bonjour, je n'ai aucune interrogation sur la nécessité de la sauvegarde des poissons, Ceci étant sans approche de type développement durable, les tensions continueront avec les pêcheurs. quand on veut trouver un compromis, comme avec le secteur agricole, il faut convaincre et négocier les transitions.
Par ailleurs, il faut une expertise pluraliste et dans laquelle le service public de recherche soit impliqué. Lors du Grenelle de la mer, où j'étais représentant de la CFDT, les acteurs,étaient d'accord pour construire des diagnostics partagés, comme sur la question des retraites.
Mais le Grenelle de la mer est oublié, et certaines postures reprennent. Ceci étant, je ne désespère pas.

1

1
2012-07-24 15:53:49 +0200

Bonjour, 100% d'accord avec vous, la collaboration est immensément plus fructueuse et réjouissante, tout le monde s'en sort par le haut... faut-il encore que cela soit possible ! Sur les pêches profondes spécifiquement, les ONG ont été promenées en barque pendant un an dans un exercice d'une telle misère et malhonnêteté intellectuelles qu'il n'a pas fini de faire parler de lui (nous voulons parler de la "Mission Pêches Profondes").

Voici les liens à explorer pour ceux qui veulent en savoir plus :
http://www.bloomassociation...
http://www.bloomassociation...
http://www.bloomassociation...

Rien n'a bougé depuis, les mêmes acteurs qui bloquaient les négociations sont aujourd'hui aux commandes du blocage français d'adoption du règlement européen aux côtés de l'Espagne (comme d'habitude) et contre le reste de l'Europe. Si la Mission issue du Grenelle s'était déroulée en respectant des règles honnêtes de consultation multipartite, nous n'en serions pas ici, c'est tout à fait regrettable, tout à fait d'accord avec vous.

Bien cordialement, L'équipe de BLOOM.

1

1
2012-07-24 16:01:39 +0200

On doit pouvoir reconstruire une discussion apaisée.
Pour cela , il faudrait que le Grenelle de la mer vive. Je crains qu'il ne passe au compte pertes et quelques profits.
Ce n'est pas notre volonté.
Il faudrait aborder la question de la formation des prix des divers poissons.
Il faudrait aussi que la puissance publique respecte ses engagements. Ainsi pour le veau marin ou requin taupe, les pêcheurs français attendent toujours les compensations et les Espagnols et les Irlandais continuent à pêcher.

1

0
2012-07-25 14:03:12 +0200

Merci.

Pour info aussi :

1/ Les emplois concernés gonflent de jour en jour, les armateurs parlaient d'une centaine d'emplois au début de la Mission Pêches Profondes, puis 200 à la fin, version haute sur laquelle on était
restés. Comment avec des captures qui représentent 1,4% des captures françaises pourraient-ils générer 600 emplois ? Nous attendons la démonstration rationnelle et transparente. Une façon d'augmenter les chiffres est de prendre en compte tous les bateaux possédant des permis spéciaux espèces profondes bien que ceux-ci ne les possèdent que pour pouvoir débarquer des espèces
inscrites aux annexes du règlement de 2002 (rég. 2347/2002), qu'ils attrapent alors qu'ils ciblent, à de plus grandes profondeurs qu'autrefois, certes, des espèces non profondes comme la lotte.

2/ Pourquoi parler de pertes d'emplois alors que le règlement ne propose aucunement d'interdire la pêche profonde mais simplement d'interdire une méthode de pêche ? Qui est d'ailleurs décrite à
l'unanimité scientifique comme une méthode terriblement destructrice des écosystèmes et des espèces ? Voir la liste des références scientifiques ici (70 articles contre zéro en défense du chalutage profond
:http://www.bloomassociation...
[1]
Personne n'empêche donc les armateurs français de convertir leurs navires. D'ailleurs, la Scapêche l'a fait dans l'océan austral lorsque CCAMLR a interdit le chalutage profond en 2006.

3/ Pas de raison non plus que les autres ports bretons soient affectés puisque pratiquement aucune espèce profonde n'y est débarquée (données France AgriMer du temps du Grenelle reprises page 56 dans le rapport de BLOOM : http://www.bloomassociation...
[2]

4/ Boulogne-sur-Mer n'a plus que 2 navires appartenant à Euronor qui débarquent des espèces profondes : André Leduc et Cap Saint Georges, qui sont des "spécialistes" plein temps et pourront reconvertir leurs méthodes de pêche également puisque comme la Scapêche, ils sont adossés à un énorme groupe industriel qui a les moyens de l'investissement s'ils le souhaitent (Intermarché pour Scapêche et UK Fisheries pour Euronor). S'ils pensent le contraire, c'est sans doute que ces pêches ne sont pas assez rentables et comme nous l'avons montré, elles sont même déficitaires MALGRE les subventions publiques substantielles dont elles bénéficient, ne serait-ce que par la détaxe
sur le gasoil.

5/ Le chiffre d'affaires de la Scapêche ne nous dit rien de son résultat net et celui-ci, consultable jusqu'en 2009 inclus (ils ont cessé de la faire depuis, malgré l'obligation légale du Code du
Commerce de déposer leurs comptes). Si vous voulez voir le niveau de déficit et de subventions de cette société comme des autres acteurs français de la pêche profonde, suivre le lien :
http://www.bloomassociation...
[3]
Aller sur les pages 97 et suivantes.
Force en tous cas est de saluer la mobilisation de la presse et des élus bretons aux côtés d'Intermarché pour empêcher toute avancée dans la protection de l'environnement et continuer à assurer la protection des bénéfices d'un géant de la distribution. Pas certain que ce projet de société fasse rêver l'ensemble des Bretons d'ailleurs, ni les autres députés européens, malgré la détermination féroce d'Isabelle Thomas et autres députés PS à les en convaincre et à être retenus par l'histoire comme ceux qui auront fait échouer un des rares projets ambitieux pour l'environnement et les finances publiques de l'Europe. Si être socialiste au 21ème siècle signifie défendre les intérêts d'énormes groupes industriels au détriment de toute une profession de pêcheurs artisans ne
bénéficiant de quasiment aucune aide publique, alors il est peut-être temps pour le parti socialiste d'enlever "socialiste" de son nom et de s'apprêter à perdre un certain nombre de sympathisants.

Bien cordialement.

0

À propos de l'auteur

Claire Nouvian a fondé BLOOM en 2005, pierre angulaire de toutes ses actions d’éducation et de conseil politique. Les océans sont exsangues : surexploités, pollués et dévastés par des méthodes de pêche destructrices, ils sont méthodiquement vidés de leurs extraordinaires ressources, longtemps pensées inépuisables et de ce fait dramatiquement délaissées par l’opinion comme les pouvoirs publ...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 9
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 60
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 9
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 12
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 44

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy