POPULARITÉ
495

Hommes et animaux: au-delà des jugements de valeur

Éditer
Publié dans
le 06.12.14
Homo

Considéré par les religions monothéistes comme l'essence-même de la Création, l'homme se considère souvent lui-même comme une espèce supérieure.
A ce titre, très souvent, il s'arroge implicitement tous les droits sur les animaux et les autres êtres vivants.
Homo sapiens n'en est pas moins un être vivant conçu tout à fait comme les autres.

Ce n'est pas une nouveauté, mais il peut être bon de le rappeler.

Tout d'abord, si l'on réduit à une année les 15 milliards d'années que l'on attribue à notre univers, l'homme civilisé, Homo sapiens, ne fait son apparition que le 31 décembre à 23h59...
Cette courte présence sur la planète bleue va déjà à l'encontre de certains concepts archaïques.
Ensuite, nous partageons avec les autres êtres vivants les mêmes "ingrédients" de vie que sont l'ADN, la cellule, la mitochondrie, le squelette pour les vertébrés, le coeur et le sang pour les mamifères (remplacés par l'hémolymphe et les organes contractiles chez les insectes).
Nous avons 98,7% de nos gênes en commun avec le chimpanzé et 50 % en commun avec...la mouche !
Sur Terre, il y a environ 1,6 million d'espèces d'animaux, dont 35000 espèces de poissons, 1,1 million d'espèces d'insectes, dont 80000 coléoptères.
Gilles Boeuf, directeur du Museum d'histoire naturelle de Paris, a dit: " Si dieu existe, il aime beaucoup les coléoptères" !
Mais encore: "ll faut une seconde pour écraser une mouche et des milliards d'années pour que la mouche existe".

C'est par un jugement de valeur que l'homme a réduit en esclavage, déporté en Amérique et maltraité des hommes et des femmes provenant d'Afrique, au seul prétexte que leur peau était noire. C'était il y a longtemps, Mais l'esclavage a persisté jusqu'en 1848, une date assez récente finalement.
Les récents crimes racistes survenus aux Etats-Unis nous permettent de prendre conscience de la nième injustice qu'on subies ces peuples, qui, une fois libérés de l'esclavage, ont dû affronter, dans le pays d'exil de leurs ancêtres, le racisme de ceux qui se prétendent supérieurs.

Aujourd'hui, nous savons que hommes à peau noire, à peau blanche ou de type asiatique ou indien ne sont que des variantes d'une seule et même espèce, Homo sapiens.

Notre manière de traiter les animaux, que ce soit les faire souffrir par plaisir, spectacle ou tradition (corrida, Grind des iles Féroë, massacre de la baie de la honte) ou les faire souffrir par "utilité" pour nous fournir de la viande (en excès à l'heure actuelle dans nos pays occidentaux) ou du lait, devrait être reconsidérée, car elle découle aussi d'un jugement de valeur. Après la "conscience" qui était censée leur manquer, mais qu'on leur reconnait désormais, les animaux seraient tout simplement "inférieurs" et notre supériorité donnerait la légitimité à toute maltraitance...
Aujourd'hui, en 2014, de plus en plus de personnes refusent cela, et le monde est en route pour un possible changement dans ce domaine. Il aura ses opposants, comme l'abolition de l'esclavage a eu les siens, pour des raisons notamment économiques.
Mais en considérant d'une autre manière les autres êtres vivants, l'homme ne pourra qu'en devenir meilleur.
Et ne détruisons pas ce que nous ne sommes pas capables de créer.

Devenons effectivement sapiens sapiens, et osons mériter notre nom scientifique !

On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux .

Mahatma Gandhi, prix Nobel

Les problèmes posés par les préjugés raciaux reflètent à l’échelle humaine un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente : celui des rapports de l’homme avec les autres espèces vivantes… Le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses semblables n’est qu’un cas particulier du respect qu’il faudrait ressentir pour toutes les formes de vie…

Claude Levi-Strauss, anthropologue

Il faut sauver les condors non pas tant parce que nous avons besoin d’eux mais parce que nous avons besoin des qualités humaines pour les sauver ; car ce sont celles-là même qu’il nous faut développer pour nous sauver nous-mêmes.

Ian Mac Millan, ornithologue

N.B.: cet article fait essentiellement référence aux élevages industriels et aux traditions barbares. La chasse de subsistance des peuples premiers (Amérique latine, Afrique) ne saurait être placée dans cette catégorie.

Commentaires

4
2014-12-06 10:32:26 +0100

Nous sommes loin de Descartes
La conscience, apparue au cours de l'évolution d'abord sous une forme primaire nommée "conscience phénoménale", ou "conscience-noyau" atteint un degré plus élevé chez l'espèce humaine. Les neurobiologistes reconnaissent des niveaux de conscience différents selon les cerveaux des espèces.

La façon dont nous traitons les autres humains et les non-humains révèle notre état de conscience et celui-ci dépend de beaucoup de facteurs...

4

3
2014-12-06 11:29:23 +0100

...la conscience étant une chose aussi difficile à évaluer que l'intelligence…
Et sont-ce d'ailleurs des valeurs suprêmes ? L'amour et l'empathie font beaucoup aussi…
J'ai la chance de me rendre, en tant que médecin, annuellement, dans un "foyer de vie" pour adultes handicapés, dont certains sont encéphalopathes néonataux, et présentent officiellement un déficit psychomoteur… L'interaction avec ces personnes reste humainement riche (ils sont dans un foyer exemplaire qui stimule leurs aptitudes et personnalités avec culture du jardin biologique, pratique de l'art, interactions sociales, tout cela selon les principes de Rudolph Steiner).
Tout cela pour attester que l'intelligence façon QI ne peut être véritablement mise à profit que si elle est associée à d'autres valeurs.
Si cette intelligence s'exprime chez une personne dénuée d'empathie, manquant de sensibilité et ne cherchant que son profit, elle en perd sa valeur...

3

1
2014-12-06 11:38:44 +0100

Une cour d'appel new-yorkaise a débouté des défenseurs des primate en concluant qu'n chimpanzé n'est pas une personne qui peut bénéficier des droits et des protections garantis par l'habeas corpus, ont-ils écrit dans leur décision rendue jeudi. L'habeas corpus énonce, dans les législations anglo-saxonnes, la liberté fondamentale de ne pas être emprisonné sans jugement. http://www.arcinfo.ch/fr/mo...

1

2
2014-12-06 11:50:53 +0100

Merci Germain pour ce bel article, plein de bon sens et de pensées profondes.
Je suis, pour ma part, persuadé que Dieu aime beaucoup les coléoptères.
L'humanité a pris une place énorme, au point de modifier le climat et de muter les écosystèmes dans un appauvrissement affolant. Les coléoptères payent justement un tribut énorme à notre expansion.

Si Dieu existe, comme tu le dis, je ne suis pas persuadé qu'il ait pris soin de créer une telle matrice de Vie, de créer une telle complexité, pour que nous la réduisons à quelques fonctionnalités mercantiles et simplificatrices.
L'empreinte que nous voulons laisser sur terre est une valeur issue de notre jugement, de notre libre arbitre. Dieu n'a rien à voir avec cela.
Par contre, ce que nous voulons être, au plus profond de notre coeur, n'est pas une valeur, car justement, ça n'a pas de valeur, ce n'est pas quantifiable! C'est quelque chose d'unique qui n'a pas d'équivalent.
C'est peut être pour cela que tant de personnes recherchent une voie spirituelle.
Et sur ce point, Dieu a certainement quelque chose à dire...

Hervé, le franciscain

2

3
2014-12-06 12:09:42 +0100

Merci Hervé pour ces pensées...Concernant Dieu, entre les deux, mon coeur balance. N'ayant pas besoin de croire en lui pour vivre et être heureux, je ne cherche pas non plus à prétendre qu'il n'existe pas: je n'en sais rien...Et j'aime beaucoup les franciscains...Bien des choses ont changé depuis les Croisades et l'Inquisition, et les choses changeront encore, c'est ça qui est positif.

3

1
2014-12-06 12:45:03 +0100

un chimpanzé n'est pas une personne selon ces juges.
Ils ont raison. Etant donné qu'une personne est RESPONSABLE de ses actes et non le loup qui mange une brebis !
C'est justement parce que nous sommes responsables que nous ne DEVONS PAS REFUSER DES DROITS FONDAMENTAUX aux animaux. Il nous faut une CHARTE INTERNATIONALE DES DROITS DES ETRES VIVANTS que sont les animaux à n'être n'y exploités, ni maltraités, ni privés de liberté. ..

1

0
2019-09-21 18:17:56 +0200

Vraiment très intéressant !

0

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 50051
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 21380
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 37943
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1927
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2660
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 7960

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy