POPULARITÉ
5290

Hubert Reeves : sécurité et profit ne font pas bon ménage

Éditer
Publié dans
le 15.09.14
Calanques-2826617-jpg_2461047_652x284

Sur le site lepoint.fr, notre président s'exprime sur le déversement possible dans le Parc Naturel des Calanques, de liquides provenant du tratement industriel de la bauxite…

"Sécurité et profit ne font pas bon ménage. C'est bien par ces mots que l'on peut caractériser ce qui s'est passé à Fukushima en mars 2011. On se demande comment les autorités d'un pays aussi techniquement avancé que le Japon, avec des scientifiques et des ingénieurs parmi les meilleurs de la planète, ont accepté de laisser construire des centrales nucléaires sur une des terres les plus sismiquement actives avec, comme seule protection, un muret de six mètres de hauteur, sachant, après le tsunami d'Indonésie de 2004, que les vagues peuvent atteindre 30 mètres de hauteur ?

Il semble que cette même sentence pourrait éventuellement s'appliquer en France dans l'affaire des boues rouges - provenant du traitement de la bauxite pour obtenir de l'aluminium - déversées en Méditerranée, à 7 kilomètres au large par plus de 300 mètres de fonds, au coeur du Parc national des Calanques, près de Marseille.

Expertise indépendante

La création de ce Parc fut activement soutenue, en 2011, par l'association Humanité & Biodiversité que je préside. Et il était considéré comme acquis que les rejets de ces boues devaient cesser en 2015. Or, il est question d'en autoriser la poursuite durant trente ans. Certes, ce ne seraient plus des déchets solides, mais seulement des liquides. Leur degré de toxicité crée une polémique. L'industriel le dit nul, les opposants au déversement contestent.

Une expertise indépendante serait bienvenue. On ne peut rester dans l'ignorance des véritables risques courus par le milieu marin, la faune et la flore du parc, dont un des premiers objectifs est précisément de protéger et de favoriser la nature. Un autre argument fait état des risques sociaux que pourrait apporter la fermeture de cette filière : des emplois directs et des sous-traitants seraient menacés.

Le conseil d'administration du Parc a voté : 30 voix pour la prolongation, 16 contre et 2 abstentions. Mais c'est à la ministre de décider. Elle vient de préciser que cette autorisation "ne peut être délivrée que par le préfet, au nom de la ministre", au terme "d'une instruction menée par les services de l'État qui n'est pas achevée". Il s'avère par ailleurs que des scientifiques prétendent que l'on pourrait se débarrasser autrement de ces liquides. Plusieurs techniques existeraient, plus ou moins coûteuses, et donc générant moins de profit. Une fois de plus, le profit et la sécurité ne font pas bon ménage…"

Vignette: Le Parc national des Calanques, près de Marseille. © Camille Moirenc / AFP

Commentaires

4
2014-09-15 10:46:34 +0200

En date du 10 septembre 2014, Ségolène Royal mandate le préfet des Bouches-du-Rhône sur le dossier des rejets en mer du site de production d’alumine de Gardanne pour présenter une solution de nature à préserver le caractère exceptionnel du Parc (Source: http://www.developpement-du... )

4

4
2014-09-15 11:40:23 +0200

Le littoral méditerranéen a été et continue d'être sacrifié au Dieu profit à court terme: urbanisation et privatisation à outrance, création de plages ( Nice), création de zones industrielles ( Fos), rejet en mer, certes un peu plus loin des côtes des déchets tant industriels que des villes, fermes photovoltaïques au lieu et place des garrigues... Pour être d'origine provençale, j'ai vécu ces dégradations comme une véritable agression contre la nature et l'homme. A surveiller de très près ce qui peut être encore préservé.

4

1
2014-09-15 18:05:33 +0200

Il faut donner la priorité à la sécurité. Sommes -nous dans le cas de la prévention ou de la précaution: précaution au sens du principe du même nom, lorsque l'on ne sait pas et que l'on doive lancer des recherches ?
Il semblerait que nous avons des connaissances, mais que les expertises ne sont pas accessibles.

1

2
2014-09-20 13:47:37 +0200

IMPORTANTE DÉCISION MINISTÉRIELLE
Presse du 20 septembre 2014
http://www.laprovence.com/a...
EXTRAITS
"… Ségolène Royal dit avoir saisi le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) afin que ce dernier réalise "une expertise indépendante" dont le résultat lui sera communiqué dans deux mois...

… Ségolène Royal a peut-être aussi été sensible à la théorie récemment développée par le Pr Henry Augier, l'un des scientifiques marseillais les plus au fait de cet épineux dossier.

Selon ce dernier, en effet, même si les eaux résiduelles que veut continuer à rejeter l'industriel contiennent des concentrations en métaux lourds bien moins importantes que les boues, ces liquides ont une densité beaucoup plus faible que celle de l'eau de mer.

"Or contrairement aux boues qui tombent et s'accumulent au fond, ceux-ci vont se maintenir dans la tranche supérieure des eaux marines, voire remonter à la surface pour ensuite être entraînées vers le coeur marin du parc par le jeu du courant ligure et de sa circulation complexe autour des îles de l'archipel de Riou".

2

2
2014-09-20 14:21:53 +0200

Une piste à vérifier:
Orbite Aluminae inc. est une société canadienne de technologies propres dont les procédés novateurs devraient permettre l'extraction de l'alumine ainsi que d'autres produits de grande valeur, comme les oxydes des terres rares et des métaux rares, à des coûts parmi les plus bas de l'industrie, et ce, sans produire de déchets
http://www.lelezard.com/com...

2

0
2014-09-20 15:49:40 +0200

Pourquoi le BRGM et non pas l'INERIS si il s'agit de déterminer la toxicité des boues rejetées?

0

1
2014-09-20 16:50:19 +0200

A isa38: il ne s'agit plus de boues mais de liquides.

Le BRGM doit fournir un avis "aussi objectivement fondé que possible, élaboré à partir des connaissances disponibles …"

1

2
2014-09-21 10:33:15 +0200

Il faut définir les conditions d'une expertise indépendante, tout en ayant les compétences nécessaires.
L'exercice peut s'avérer difficile, surtout si l'on ne peut pour des raisons de secret industriel faire appel à des experts qui peuvent être des concurrents. La déclaration d'intérêt est alors indispensable. Cette déclaration est aussi valable pour le BRGM, les instruments de la puissance public n'étant pas toujours aussi transparents que l'on peut le souhaiter.

2

1
2014-09-21 11:17:08 +0200

Où est l'intérêt général dans tout ça? La société civile devrait de plus en plus être partie prenante dans ces débats et les décisions qui en découlent...

1

0
2014-12-11 09:53:37 +0100

Voyez ce reportage filmé
http://www.actu-environneme...
Des déchets devenus des ressources… à suivre

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 779957
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 314552
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 129734
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 223726
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43894
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 275302

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy