POPULARITÉ
4692

Il n’y aura pas d’emploi sur une planète morte

Éditer
Publié dans
le 18.01.16
Csi_ituc_logo-1

Le défi posé par le changement climatique mobilise les gouvernements et toutes les composantes de la société, y compris les syndicats.

« Il n’y aura pas d’emploi sur une planète morte ».
Pour nous, c’est bien plus qu’un slogan. On observe déjà les conséquences du dérèglement climatique, en termes de vies et de revenus perdus. Les travailleurs sont les premiers touchés et le changement climatique ne fait qu’aggraver la situation de communautés déjà ravagées par la pauvreté et les inégalités croissantes, dues au travail précaire et à l’effondrement mondial de l’emploi et des revenus. Le climat est une priorité syndicale. Nous participerons à la COP21, mais au-delà de cette échéance, nous veillons à la mise en oeuvre d’un dialogue social permettant d’aboutir à la transformation industrielle dans tous les secteurs.

Zéro carbone et zéro pauvreté, voilà la double ambition des syndicats.

Les défis pour y parvenir sont énormes.
Démocratie et État de droit sont essentiels pour que syndicats et société civile puissent contribuer efficacement au changement social et aux politiques économiques, et demander des comptes aux gouvernements, lorsqu’ils prennent des décisions ignorant les préoccupations des travailleurs. Si nous tous, syndicats et société civile, ne sommes pas aux premiers rangs de la bataille zéro carbone-zéro pauvreté, le changement climatique et les atteintes portées aux limites de la planète conduiront à l’intensification de l’autoritarisme, dont l’objectif sera de protéger l’accès des 1% les plus riches aux maigres ressources restantes.

Force et résilience démocratiques sont donc essentielles. Nous sommes, nous le savons, engagés dans une course contre la montre pour stabiliser le climat. Les énergies renouvelables, la gestion durable des forêts et de la pêche, la production, la construction, les transports et les services sans émission de gaz à effet de serre sont nécessaires pour limiter la hausse de la température à 2°C.

La transformation de nos lieux de travail est également importante. Elle doit être le résultat d’un dialogue social et de négociations collectives. Notre capacité à recycler et réutiliser doit changer d’échelle, pour mettre en place l’économie circulaire grâce à laquelle nos modes de vies seront en mesure de respecter les limites de la planète. Nos sociétés et nos économies doivent impérativement effectuer la transition zéro carbone. Mais, elles n’y parviendront que si la transition est équitable. Les ambitions des gouvernements pour la COP21 sont tout simplement trop limitées.

Il faut absolument agir avant 2020, prendre des engagements plus forts et instaurer un mécanisme d’évaluation obligatoire. La Confédération syndicale internationale (CSI) a défini trois priorités pour la Conférence de Paris : la mise en place d’une action climatique plus ambitieuse, génératrice d’emplois ; le versement des sommes promises pour préserver le climat et soutenir les populations les plus vulnérables ; des mesures permettant une transition équitable pour tous. Le changement climatique est le défi le plus important auquel nous serons confrontés pour les trente années à venir. Il est urgent d’agir.

Nous pouvons soit perdre la bataille contre le changement climatique avec des conséquences terribles pour les travailleurs et leurs communautés, soit agir dès maintenant pour assurer une stabilisation du climat, à l’aide du développement et d’une croissance inclusive.

Cette tribune de Sharan Burrow, Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI) est parue dans le hors-série spécial climat d’Altermondes en collaboration avec Libération.
«La CSI représente 168 millions de travailleurs au sein de 311 organisations nationales affiliées dans 155 pays.»

Commentaires

0
2016-01-20 12:55:27 +0100

Une belle analyse des risques que nous courons si nous ne prenons pas des mesures suffisantes, ce qui semble, malheureusement, être le cas.
Mais les "solutions" proposées ne sont guère concrètes et ne dépassent pas, elles non plus, le stade des bonnes intentions.
On aimerait en savoir plus !

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 779926
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 314543
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 129728
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 223603
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43889
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 275275

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy