POPULARITÉ
195

L’acidification des océans aura d’importantes conséquences pour la biodiversité

Éditer
Publié dans
le 08.10.14
Imgres-1

L'acidification des océans, un risque majeur lié au réchauffement climatique,
JP B

Le fait est encore relativement méconnu du grand public : le changement climatique n’est pas la seule conséquence des émissions humaines de dioxyde de carbone (CO2). Celles-ci sont aussi responsables de l’acidification des océans, phénomène qui aura des conséquences importantes sur la biodiversité marine d’ici à la fin du siècle.
Une trentaine de spécialistes internationaux de biologie marine ont conduit une synthèse des connaissances sur le sujet, rendue publique mercredi 8 octobre à Pyeongchang (Corée du Sud), au cours de la 12e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique.

Les auteurs rappellent d’abord que le phénomène ne se réduit pas à une prévision pour l’avenir, mais qu’il est d’ores et déjà mesurable. « Par rapport à la période préindustrielle, l’acidité des océans a augmenté d’environ 26 % », écrivent-ils. Le lien entre ce phénomène, qui tend à rendre les eaux de surface de plus en plus corrosives, et les émissions anthropiques de CO2 est sans équivoque. « Au cours des deux derniers siècles, l’océan a absorbé un quart du CO2 émis par les activités humaines », estiment les scientifiques.

ACIDIFICATION INÉDITE DEPUIS CINQUANTE-SIX MILLIONS D’ANNÉES

Si les émissions humaines se poursuivent au rythme actuel, préviennent les chercheurs, les océans verront « leur acidité augmenter d’environ 170 % par rapport aux niveaux préindustriels d’ici à 2100 ». Selon des travaux publiés en 2012 dans la revue Science, le phénomène actuel est d’une amplitude inédite depuis cinquante-six millions d’années et se produit à une rapidité jamais vue depuis trois cents millions d’années.

« Il est désormais inévitable que dans les cinquante à cent prochaines années, la poursuite des émissions portera cette acidité à des niveaux qui auront des impacts à grande échelle, essentiellement négatifs, sur les organismes et les écosystèmes marins, ainsi que sur les biens et les services qu’ils prodiguent », annonce le rapport.

« Par rapport aux précédents travaux de synthèse conduits sur le sujet qui traitent souvent des effets sur des organismes particuliers, nous nous sommes cette fois intéressés aux effets plus larges sur la biodiversité, ce qui est un exercice bien plus complexe », précise Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au Laboratoire océanographique de Villefranche-sur-mer et coauteur du rapport.

LES MOLLUSQUES ET CORAUX TOUCHÉS

Les créatures les plus vulnérables à cette réduction rapide du pH des eaux de surface de l’océan sont connues. Ce sont celles constituées d’une structure calcaire ou d’une coquille — mollusques, coraux, certains phytoplanctons, etc. Selon le rapport, les foraminifères (organismes planctoniques) et les ptéropodes (mollusques planctoniques) sont parmi les plus fragiles et « verront probablement une calcification réduite, voire une dissolution dans les conditions projetées pour le futur ». Au contraire, même dans de telles conditions, « les phytoplanctons non calcaires, comme les diatomées [microalgues unicellulaires], peuvent montrer une capacité accrue à la photosynthèse ».

L’acidification des océans semble déjà avoir un impact sur l’aquaculture dans le nord-ouest des Etats-Unis, selon le rapport, qui relève notamment des « fortes mortalités » dans les exploitations ostréicoles.

INCERTITUDES POUR LA FIN DU SIÈCLE

Pour l’avenir et à l’horizon de la fin du siècle, les incertitudes sur les conséquences du phénomène sont considérables, d’autant plus qu’il n’existe aucune situation analogue dans le proche passé. Les auteurs du rapport se sont donc penchés sur des observations conduites dans de petites zones de l’océan où des sources naturelles de carbone portent l’acidité des eaux à des niveaux semblables à ceux attendus pour la fin du siècle.
...
Stéphane Foucart
Journaliste au Monde
Source : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2014/10/08/l-acidification-des-oceans-aura-d-importantes-consequences-pour-la-biodiversite_4502183_1652692.html

Commentaires

3
2014-10-08 14:59:26 +0200

Les efforts à faire pour lutter contre les effets du changement climatique lié aux activité humaines n'ont pas l'avantage d'être autant entrés dans les moeurs et les "dogmes" que d'autres sujets, parfois devenus dépassés, caduques, mais qui ont la vie dure...L'Homme est intelligent et est potentiellement capable de s'adapter rapidement; cependant, l'organisation politique, économique, administrative correspond à une énorme machine aux rouages complexes et mûs vraiment lentement...cette machine infernale ne nous permet pas d'agir à temps. Ce n'est pas du pessimisme, mais un constat objectif: depuis le temps que les mêmes choses sont redites, précisées, développées et confirmées, tellement peu de choses ont été faites...Il y a même des gens qui se gaussent encore du réchauffement climatique à l'occasion du moindre épisode de froid anormal...

3

4
2014-10-08 16:34:23 +0200

Une publication déposée sur ce site a déjà abordé ce problème de l'acidification des océans.
Voir http://www.humanite-biodive...

4

4
2014-10-08 17:04:47 +0200

Oui les océans absorbent le quart du gaz carbonique émis par nos activités: en quelque sorte, ils le pompent, ce qui ralentit le changement climatique.
On pourrait dire: c'est bon pour nous. En réalité c'est mauvais.
Actuellement les problèmes de biodiversité n'ont pas été assez livrés à l'opinion. La vie humaine est menacée quand celle des océans est perturbée à l'excès pour cause d'acidification croissante. L'acide empêchera la formation des coquilles, tuera le plancton donc que deviendront les poissons qui s'en nourrissaient? Et que deviendront les espèces qui se nourrissaient de poissons ?
Décider de réduire prioritairement les émissions de CO2 permettrait de gagner sur les 2 tableaux: celui du réchauffement climatique et de l'acidification des océans.
Est-ce ce qui va se passer?
L'avenir se construit à présent.

4

2
2014-10-10 12:48:11 +0200

C'est vrai que l'on a peu parlé de ce phénomène jusqu'à présent. Il est vrai qu'il y aurait parfois baisser les bras devant l'inertie de nos politiques et autres représentants des nations et de gros intérêts. Mais est ce vraiment de l'inconscience, de l'inertie? J'ai parfois l'impression d'entendre" après moi le déluge". A ma petite échelle je m'aperçois bien que nous vivons plus ou moins dans un déni de la réalité. Un petit exemple, pas encourageant: hier sur notre marché bio et terroir, on voyait très bien le smog sur Toulouse et même si le ciel semblait clair au dessus de nos têtes, tout autour il y avait cette espèce de brume grise/rosâtre. Lorsque j'interrogeais les gens pour leur demander ce qu'il en pensait, les trois quart "croyaient" que c'était un brouillard naturel! Avec 30 degrés! Alors l'acidification des océans! Seule pensée positive: tout de même de plus en plus de personnes se posent le problème "de la pollution". Avancer pas à pas... Comme le colibri

2

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 224777
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163832
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62310
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15892
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9396
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 197860

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy