POPULARITÉ
51

L'Eau qui Pique, Épisode 2 : "L’attaque des humains : à mort les moustiques !"

Éditer
Publié dans
le 07.02.20
L'eau_qui_pique_-_%c3%a9pisode_2_paysage

À l’occasion de la Journée mondiale des zones humides (2 février) dont le thème pour l’année 2020 met à l’honneur la biodiversité, Gilles Pipien vous conte l’histoire des humains et des moustiques à travers un récit palpitant et riche en rebondissements.

Plongez dans l’univers des zones humides, découvrez leurs intérêts écologiques et que l’envie d’apprendre soit avec vous !

Prologue

Du Moyen-Âge jusqu’au début du XXème siècle, on a tenté de faire disparaître les zones humides qui avaient pour réputation de générer maladies, mauvaises humeurs et autres superstitions populaires. Aujourd’hui, elles sont protégées par la convention de Ramsar, célébrée chaque année le 2 février à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides. Même si actuellement on ne reproche plus rien à ces milieux caractéristiques, un nouvel ennemi directement lié aux zones humides agace les humains : le moustique.

Découvrir L'Eau Qui Pique, Épisode 1 : La "menace" des zones humides

Épisode 2 : "L’attaque des humains : à mort les moustiques!"

En fait, il y a plus de 50 espèces différentes de moustiques, chez nous, en France métropolitaine, mais très peu s’attaquent aux humains (beaucoup ayant d'autres priorités tels que les oiseaux, ils sont alors dits ornithophiles), et certains restent casaniers, peu enclins à s’éloigner.

D’abord comprendre l’ennemi : en fait, les œufs peuvent attendre les bonnes conditions (submersion), c’est la diapause , qui peut durer plusieurs mois (et passer l’hiver), voire plusieurs années. Ensuite se développent des larves (à plusieurs stades de développement) qui surnagent juste sous la surface de l’eau, avant que les adultes n’émergent. Les moustiques se nourrissent surtout de nectar (ils sont d’ailleurs des pollinisateurs), mais, avant de pondre, les femelles ont besoin de protéines, qu’elles trouvent dans le sang de vertébrés : l'homme étant une des cibles pour certaines espèces, c'est là qu'arrive la nuisance.

Très vite, il est apparu que le meilleur moment pour agir est au stade larvaire. Et l’on se mit d’abord à répandre force DDT (Dichlorodiphényltrichloroéthane) : oups, quel poison ! On attendit quand même plusieurs années, avant que le célèbre cri d’alarme de la biologiste américaine Rachel Carson (« Printemps silencieux », 1962) ne se traduise par une interdiction quasi généralisée de ce produit, désertifiant et dangereux pour notre santé, sans parler de la création de moustiques résistants. On avait aussi répandu du pétrole en nappe, étanchant la surface de ces étangs : on tua certes des larves (et toute la faune aquatique), mais on se fabriqua de sacrées marées presque noires ! Le DDT ne fut plus utilisé dans le sud de la France dès son interdiction au début des années 70, mais prirent alors le relais des organophosphorés, tels le fénitrothion ou le téméphos (alors recommandés par l’OMS).

Face à Attila par hélicoptère, des unions inattendues se firent, par exemple en Camargue, entre « écolos » de la Réserve naturelle de l’étang du Vaccarès, ou de la Tour du Valat, et chasseurs, voyant mourir leurs canards, d’ailleurs si avides de moustiques. Et donc, la Camargue n’a pas fait l’objet d’opérations de démoustication, mais une expérimentation est menée depuis 2006 uniquement, sur une partie très réduite de son territoire (autour des communes de Port Saint-Louis du Rhône et de Salins de Giraud).

Le salut (provisoire) nous est venu des États-Unis avec la découverte d’un agent « biologique », le Bacillus thuringiensis serotype israelensis (Bti), une bactérie (bacille), qu’on trouve naturellement dans le sol, aux propriétés entomopathogènes : elle génère des cristaux toxiques, une fois que les larves de moustiques (et de mouches noires) l’ont ingérée. L’EID Méditerranée, dont les méthodes de lutte font l’objet depuis longtemps de réflexions, traite environ 30 000 hectares (cumulés) de zones humides par an (ceci est très variable d’une année à l’autre), surtout par [épandage aérien (environ 75 %), et, pour le complément, par épandage terrestre. Elle utilise le Bti au plan opérationnel depuis 1997, et de manière exclusive depuis 2007. Le Bti est désormais le seul larvicide autorisé, en milieu naturel, par l’Union Européenne. A priori, avec quatre principes actifs, pas de résistance à prévoir : voire…

À SUIVRE...

Épisode 3 : "La Revanche des Moustiques"


Remerciements à Mylène Weil, université de Montpellier ; Marion Wittecoq, Tour du Valat et aux spécialistes EID Méditerranée et Jean-Michel Berenger

Commentaires

0
2020-02-09 15:34:42 +0100

Effectivement souvent la société fait marche arrière. Très bon article

0

0
2020-02-13 10:20:23 +0100

Passionnante série d'articles
et bravo pour le quizz sur les zones humides et tous les liens éducatifs que je vais relayer

0

0
2020-02-13 10:20:24 +0100

Passionnante série d'articles
et bravo pour le quizz sur les zones humides et tous les liens éducatifs que je vais relayer

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 766536
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 341282
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131674
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 211789
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41428
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 285994

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy