POPULARITÉ
83

L'idée d'une dose d'alcool "inoffensive" serait un mythe

Éditer
Publié dans
le 25.08.18
Cover-r4x3w1000-5b7eb32d94192-wine-glasses

Cet article d'une grande qualité scientifique remet à sa juste place la question des bienfaits de l'alcool. Très souvent les alcooliers vantent les mérites d'une consommation raisonnable, niant leur responsabilité dans le fléau de l'alcoolisme.
Publié ce papier ne vise pas à un nouvel hygiénisme, mais inciter chacun à savoir les risques pris avec un réel plaisir lorsque l'on consomme modérément.

"Une vaste méta-analyse du Lancet a enquêté sur la consommation d'alcool et son effet sur la santé de 28 millions de personnes entre 1990 et 2016.
Sa conclusion : l'alcool est dangereux, même à faible dose."

Juste un verre d'alcool de temps en temps, c'est bon pour la santé croyez vous ? Erreur. L'idée d'une dose d'alcool "inoffensive" voire même bénéfique serait un mythe. Car les bénéfices de l'alcool contre certaines pathologies cardiaques (les cardiopathies ischémiques) seraient contrebalancés par une augmentation du risque de cancers... dès le premier verre.
Il semblerait que ses effets soient nocifs même à faible dose. C'est ce qu'indiquent les conclusions d'une vaste méta-analyse publiée le 23 août 2018 dans The Lancet. L'alcool est impliqué dans la mort de 2,8 millions de personnes par an, ce qui en fait le 7ème facteur de risque d'une mort prématurée dans le monde. Pour les gens dont l'âge est compris entre 15 et 49 ans, c'est même le principal facteur.

Une méta-analyse sur 28 millions de personnes entre 1990 et 2016

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont procédé à une vaste méta-analyse. Ces dernières participent au projet Global Burden of Disease Study (GBD), qui voit collaborer plus de 1800 chercheurs à travers 127 pays avec notamment le soutien de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce vaste projet de recherche, financé par la fondation Bill et Melinda Gates, recueille de nombreuses données relatives à la santé publique dans le monde. Il est mis à jour tous les 5 ans, et ce depuis 1990. Pour ce travail, ils se sont appuyés plus de mille études distinctes. Tout d'abord 694 études évaluant la consommation d'alcool dans le monde, puis 592 autres études s'intéressant aux risques sanitaires liés à la consommation d'alcool, couvrant au total un échantillon de 28 millions de personnes de 195 pays entre 1990 et 2016. Conclusions : un seul verre par jour suffit à augmenter le risque de développer l'un des 23 problèmes de santé associé à l'alcool. (voir ci-dessous.)

BIAIS. Une telle approche permet d'éliminer plusieurs biais : contrairement à de précédentes études, elle ne se base pas seulement sur du déclaratif. Autrement dit, les quantités d'alcool que les personnes affirment consommer sont recoupées avec d'autres données, comme la consommation d'alcool dans les lieux touristiques ou encore des estimations du commerce illicite. De quoi corriger des déclarations parfois sous-évaluées... mais puisque l'étude n'a pas tenu compte des adolescents de moins de 15 ans, les auteurs alertent que les chiffres restent certainement sous-évalués.

Pas d'effet protecteur de l'alcool à faible dose

De précédentes études avaient suggéré qu'une faible consommation pouvait avoir un effet protecteur contre certaines maladies cardiaques et formes de diabète, et qu'il existait un niveau de consommation non dangereux. Ce travail vient les contredire. "Nous avons découvert, en combinant tous les types de risques liés à la consommation d'alcool, que ce risque augmentait à n'importe quel niveau de consommation, et vient compenser les éventuels effets protecteurs", a déclaré dans un communiqué Max Griswold, auteur principal, de l'université de Washington. "L'augmentation des risques est faible à un verre par jour, mais augmente ensuite rapidement."

SANTÉ PUBLIQUE. Pour les chercheurs, il est urgent d'adapter les politiques de santé publique. "L'alcool entraîne des conséquences graves pour la santé des populations en l'absence d'action politique adaptée", a également indiqué Emmanuela Gakidou, chercheuse ayant participé à ce travail. "Nous devons réévaluer nos recommandations de santé publique sur l'alcool. Cela peut passer par la mise en place de taxe, des heures de vente, voire l'interdiction de la publicité." En France, en juin 2018, plus d'une personne sur 2 se déclarait favorable à une hausse du prix de l'alcool.

Le palmarès des plus grands buveurs dans le monde

De quoi également établir le palmarès des pays où l'on boit le plus... et où l'on souffre le plus des maladies liées à l'alcool. C'est au Danemark qu'on est le plus malade de l'alcool, hommes et femmes confondus. Mais c'est en Roumanie qu'on boit le plus, si on est un homme (8,2 consommations par jour en moyenne), et en Ukraine (4,2 consommations par jour) si on est une femme. Quant à la France, elle est le 6e pays pour les hommes, le 8e pour les femmes, où l'on souffre le plus de maladies liées à l'alcool, derrière notamment l'Argentine, l'Allemagne et la Suisse

Source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-alcool-dangereux-pour-la-sante-des-le-premier-verre-selon-une-meta-analyse-du-lancet_126904

Commentaires

0
2018-08-27 12:02:15 +0200

Exact le ZERO absolu et les autres risques aussi graves , voire plus à l'instant T je pense à la drogue .
J'ajouterai ceci ...j' habite dans le médoc où vous le savez ,sont élevés de grands vins. Fut une période où l' "on" payait les vignerons pour l'arrachage de la vigne ceci lié à divers problèmes commerciaux etc...mais aujourd'hui je peux vous dire que tout le contraire est en marche , des hectares de vignes sont depuis 3-4 ans plantés là où il y avait une verte prairie . Les affaire reprennent et même si l'on prenait peur et que nous ne buvions demain ZERO alcool le problème serait déplacé .. produire vendre une nécessité économique .Le vrai problème est qu'il faut comme le reste ne pas abuser et s'abstenir dés que nécessaire ..sens moral et civique.

0

1
2018-08-28 10:26:50 +0200

Enfin une étude (qui visiblement ne s'est pas arrêtée) qui présente une échantillon énorme sur de nombreuses années et qui va me permettre de présenter des preuves à ma grand-mère de 92 ans (encore bon œil bien que le pied ait du mal à cause du dos et de ses conséquences) qui me répète inlassablement (sans que je ne sois jamais convaincu) qu'un verre de vin par jour c'est très bien grâce au tanin (quid de tout les autres verres les jours ou il y en a d'autres ... elle ne m'en a jamais parlé).
Blague à part, ce que le bon sens rend évident est à nouveau clairement, de façon exhaustive et distinctement établit par la science et cela fait plaisir à découvrir.
Ensuite, comme pour la cigarettes dont les dégâts ne sont plus à prouver, la consommation n'en a pas disparue pour autant.
Rappelons qu'entre 1930 et 1960 aux Etats-Unis en tout cas, la publicité pour la cigarette était faite d'arguments positifs pour la santé et que c'était approuvé par les docteurs ...

Il reste à espérer que les pouvoirs publics vont prendre la mesure de cette étude et, sans ostraciser qui que ce soit, simplement agir en conséquence de façon intelligente et ouverte.
Il serait absurde de tout interdire (on arrêterait tellement de choses pour le simple motif que c'est mauvais pour la santé ...), mais il faut aussi que les choses soient claires pour tout le monde et que les gens sachent, s'ils en boivent, que dans le champagne il n'y a pas que des bulles ni de l'or mais aussi de l'alcool (la vie est parfaite mais il est difficile de toujours le reconnaître).

Je tiens à préciser, pour éclairer mon propos que, à titre personnel, j'ai arrêté de consommer de l'alcool il y a environ 4 ans, non pas parce que j'avais des problèmes avec l'alcool ou ma santé, mais simplement par respect pour mon corps.
Et cela ne m'a jamais manqué depuis le premier jour, entouré ou non d'alcool dans les moments festifs ou simplement conviviaux. J'avais même, après moins de 6 mois tenté une coupe de champagne pour noël en famille, mais ce qui était ma boisson favorite m'est alors apparue comme simplement mauvaise, le goût de l'alcool une fois passé ne valait vraiment pas que je m'y remette.

1

0
2018-08-28 19:54:05 +0200

"L'alcool" c'est aussi les spiritueux qui ont des degrés d'alcool à partir et au-delà de 40 degrés. (Wisky, eau de vie, etc...)

0

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 223887
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 171058
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61694
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 16974
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9394
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 202310

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy