POPULARITÉ
105

L’Inde lance un programme pour créer des villes intelligentes

Éditer
Publié dans
le 09.02.16
Inde4643074_6_f14b_un-chauffeur-de-rickshaw-dort-dans-son_2ab445255e47c4859dfe9669c84d8a2f

Près d’un an et demi après avoir annoncé la création de 100 villes intelligentes, l’Inde a dévoilé, fin janvier, les 20 premiers projets pilotes qui verront le jour grâce à 1,4 milliard de dollars d’aide publique (1,2 milliard d’euros). Au dernier recensement de 2011, les villes indiennes accueillaient 31 % de la population totale du pays, contre 54 % en Chine et 80 % en moyenne dans les pays développés.
Mais le nombre de citadins dans le pays pourrait augmenter de 500 millions d’ici à 2050.

Plutôt que de subir cette vague urbaine, le gouvernement veut la planifier, et faire mentir l’adage selon lequel « en Inde, la planification d’une ville commence après sa construction ». Des villes mieux organisées, plus accueillantes, pourraient à leur tour jouer un rôle de catalyseur économique. Elles génèrent déjà 63 % des richesses du pays.

Dans un pays fédéral à la grande diversité culturelle et géographique, le ministère indien du développement urbain s’est bien gardé de donner une définition précise de la « ville intelligente ». « Chacune doit formuler son propre concept, sa propre vision, mission, et sa proposition d’une ville intelligente appropriée au contexte local, à ses ressources, à ses ambitions », peut-on lire dans le document qui fixe les grandes orientations du programme.

S’adapter aux contextes locaux

En matière d’urbanisme, l’intelligence consiste à s’adapter aux contextes locaux et aux besoins de la population. A Jaïpur, situé aux portes du désert, le plan d’urbanisme met l’accent sur la construction de bâtiments verts, économes en énergie, qui récoltent l’eau de pluie, tandis qu’à Surat, ville côtière, la priorité est à la lutte contre les risques d’inondation.

Au lieu d’imposer la formule de la ville idéale, le ministère a incité les municipalités à consulter les habitants concernés, via les réseaux sociaux ou par l’organisation de réunions publiques. L’enjeu de ces 20 premiers projets urbains consiste à amorcer, sous l’impulsion de l’Etat, un mouvement d’urbanisation et surtout de l’« éclairer ». « L’idée est de créer un modèle réplicable, qui puisse être un phare pour les autres villes », souligne le ministère indien du développement urbain.

De nombreux critères ont été retenus pour la première sélection des projets urbains, comme la part de la production d’énergie solaire, de 10 % au minimum, l’attention portée à la mixité sociale, la viabilité du plan de financement ou encore le niveau de participation des riverains. Chaque municipalité devait présenter un projet de rénovation, de reconstruction ou de création d’un quartier, tout en proposant la mise en place d’au moins une solution « intelligente » pour l’ensemble de la ville, comme un système de gestion du trafic, ou le recyclage d’eau usée.
...
Risque d’exclusion des plus pauvres

Certains experts mettent en garde contre le risque d’exclusion des plus pauvres et le creusement des inégalités entre les centres urbains et leurs périphéries rurales. « Les villes intelligentes doivent être intégrées au développement de l’arrière-pays, insiste Arup Sarkar, professeur d’urbanisme à l’institut IIEST, basé à Shibpur. Les ruraux doivent s’urbaniser non pas en migrant mais en développant leurs infrastructures. » Dans un pays où 70 % de la population vit encore dans les campagnes, le premier ministre indien, Narendra Modi, a promis un vaste programme de « rurbanisation », offrant les opportunités de l’urbanisation sans les inconvénients de la « ville compacte ».
...

Julien Bouissou (New Delhi, correspondance)
Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/02/09/l-inde-lance-un-programme-pour-creer-des-villes-intelligentes_4862058_3244.html#YWRMhV7TVUKxkrFq.99

Commentaires

0
2016-09-19 16:32:02 +0200

C'est bien de prévoir les choses, reste à voir ce que ça donnera

0

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 224775
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163830
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62308
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15890
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9394
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 197857

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy