POPULARITÉ
171

La Méditerranée est proche du «burn-out»

Éditer
Publié dans
le 23.01.16
M%c3%a9diteran4849411_6_86a4_un-plongeur-observe-les-algues-filamenteuses_efd2310f383ccb3da70e2e311ffd4041

Les rives du bassin méditerranéen, où vivent 150 millions de personnes (environ 17 % de plus qu’en 2000), sont en ébullition.
Démographie, tourisme, aquaculture et pollution : tout progresse à grande vitesse. Cette mer semi-fermée, qui représente moins de 1 % de l’océan mondial mais qui abrite entre 4 % et 18 % des espèces marines connues, subit « un développement économique inédit » qui menace des écosystèmes « déjà dégradés » et des espèces en danger.
...

Seul domaine en perte de vitesse : la pêche professionnelle. Celle-ci décline depuis vingt ans, victime à la fois de la chute des ressources – à laquelle elle a contribué – et de l’engouement pour la pêche de loisir. Or, aujourd’hui, l’approvisionnement fourni par les 73 000 navires de la région – à 80 % artisanaux – reste important pour l’alimentation des rives sud de la Méditerranée.

La baisse des stocks de poissons pourrait favoriser le développement de l’aquaculture, qui progresse déjà de plus de 8 % par an depuis quarante ans. Cette production est passée de 540 000 tonnes en 1990 à 1,4 million de tonnes, et dépasse la pêche. Elle se concentre essentiellement dans six pays – Egypte en tête – et repose majoritairement sur la conchyliculture. Autant dire qu’elle se pratique sur les côtes où elle se retrouve en concurrence directe avec toutes sortes d’autres activités.

Outre la pression démographique – le nombre de villes de plus de 10 000 habitants a pratiquement doublé en cinquante ans –, les 46 000 kilomètres du littoral sont l’objet d’intenses convoitises de la part du secteur touristique, un poids lourd de l’économie régionale en pleine croissance. La Méditerranée attire 300 millions de personnes par an, environ 30 % des touristes internationaux en visite dans le monde. Elle est devenue en quelques années la deuxième région de croisière, derrière les Caraïbes, avec 27 millions de passagers par an.

Pourvoyeur d’emplois, le tourisme est l’un des thèmes de développement privilégiés par la Commission européenne. Depuis plusieurs années, celle-ci tente de promouvoir à la fois un développement économique du nouvel eldorado marin et la protection de l’espace, à travers le concept de « croissance bleue ».

L’exploitation minière constitue l’un des quatre autres axes de la stratégie communautaire. A terme, les fonds marins devraient fournir sulfures et nodules polymétalliques, cobalt mais aussi cuivre, nickel, plomb, zinc… La recherche d’hydrocarbures, elle, a déjà commencé. La production de gaz sous-marin a ainsi doublé entre 2000 et 2009. Environ 40 % du bassin méditerranéen sont des zones soit déjà ouvertes à l’exploration, soit faisant l’objet d’un appel d’offres.

Martine Valo
journaliste Planète

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/01/19/la-mediterranee-proche-du-burn-out_4849387_1652692.html#vJw7rvGLBPdId8Yh.99

Commentaires

1
2016-01-23 13:08:22 +0100

Ça me rappelle une précédente publication
http://www.humanite-biodive...

1

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 225684
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 174071
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62666
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 16965
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9390
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 204894

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy