POPULARITÉ
296

La Montagne d’Or ou le mirage économique d’El Dorado

Éditer
Publié dans
le 01.05.18
Vue-aerienne-du-site-de-la-montagne-d-or-dans-l-ouest-de-la-guyane-projet-d-exploitation-miniere-a-ciel-ouvert-le-12-octobre-2017

Nous vous avons informés du débat en cours concernant le projet de mine d'or en Guyane;
Notre président, Bernard Chevassus-au-Louis, a rencontré Patrick LECANTE, Maire de Montsinéry-Tonnégrande, Administrateur de l’Agence Française pour la Biodiversité, Président du Comité de l’Eau et de la Biodiversité de Guyane.

Avec l'autorisation de Monsieur LECANTE, nous publions sa tribune (pièce jointe) dont voici la conclusion:

soyons de notre temps pour inventer notre prospérité !

Regardons l’avenir avec sérénité : nous sommes riches et forts de notre jeunesse. Il faut nous retrousser les manches : nous devons aller chercher les créateurs, les entrepreneurs, les investisseurs, comme toute région doit le faire, et la nôtre plus que toutes les autres. Où est notre outil de promotion du territoire à Paris, Pékin ou San Francisco ? Où est notre fonds de développement des start-ups ? Où sont nos solutions innovantes de formation ? Ce n’est pas en développant les mines avec d’anciens procédés que notre jeunesse ambitieuse restera ici ou voudra revenir. Elle est pourtant le socle de notre Avenir.

Soyons de notre temps ! Ouvrons-nous au monde. Ne restons pas les bras croisés à attendre passivement. Il y a tant à faire, tant d’exemples de réussites permettant d’insérer notre jeunesse dans une économie nouvelle, dans une croissance nouvelle, dans l’économie circulaire, dans la valorisation des bio-ressources. Ne cédons pas à la facilité. Ne copions personne, surtout pas les échecs de nos voisins : nous devons inventer notre prospérité.

Après l’esclavage, après le bagne, allons-nous encore présenter notre territoire à rebours de l’Histoire ? La Guyane a tant à offrir : ne la réduisons pas à quelques cailloux dorés qui rempliront les poches d’un tout petit nombre.

Reprenons notre destin en main et faisons le pari de l’avenir ! Nous devons prendre chacune de nos décisions sous le regard de nos enfants et petits-enfants : de nos choix découlera leur bien-être. Notre seul but doit être de leur rendre la Guyane meilleure. Ils ne doivent pas payer pour nos erreurs.

En magnifiant les Peuples de Guyane, Léon-Gontran Damas ne disait-il pas :

 « (...) sur la terre des parias
  Un troisième homme vint
  Depuis
  trois Fleuves
  trois Fleuves coulent
  trois Fleuves coulent dans mes veines ».

Sa parole sampula, awassa ou kamougè reste toujours aussi vivace à nos oreilles. Laissons-la raisonner.

Vignette: Vue aérienne du site de la Montagne d'or, dans l'ouest de la Guyane, projet d'exploitation minière à ciel ouvert, le 12 octobre 2017 / © AFP/Archives/jody amiet

Commentaires

1
2018-05-01 16:27:50 +0200

Courageuse et responsable déclaration de cet élu qu'il nous faut soutenir.
De ce que je comprends du projet, celui-ci bénéficiait de subventions publiques, sous forme de remboursement de dépenses ou de diminution de coûts payés par l'entreprise, d'une défiscalisation (valable en Guyane et dans tous les DOM) de ses investissements, estimée à 227 millions d'euros par le cabinet SRK Consulting98.
Si le projet devait être raccordé au réseau électrique, il bénéficierait aussi de tarifs avantageux via le mécanisme de contribution au service public de l'électricité, ce qui aurait un certain coût pour les pouvoirs publics sous forme de réduction des coûts d'électricité aux exploitants de la mine. Les pouvoirs publics pourraient aussi avoir à investir partiellement dans une ligne à haute tension, et dans la construction de pistes notamment reliant Saint-Laurent-du-Maroni et le site d'excavation. Il se dit que l'ensemble des subventions et financements prévus à 420 millions d'euros serait payé par les contribuables.
Tout cela pour, en fin d'exploitation, un "cratère au milieu de la forêt guyanaise" selon l'expression de Christiane Taubira.
Ne faut-il pas mieux investir pour former et aider les Guyanais, surtout les jeunes, à investir dans des projets plus porteurs d'avenir, mettant en valeur leurs talents, plus respectueux de la biodiversité, et pérennes économiquement et socialement ?

1

1
2018-05-01 18:01:09 +0200

M. LECANTE, en un mot comme en cent, merci. Pour les Guyanais, pour la Guyane et pout tant d'autres qui peuvent trouver la force et le courage (la bonté?) dans ces paroles et s'en inspirer.

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 775294
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 309204
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 129313
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222432
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43838
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 271910

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy