POPULARITÉ
1237

La perte de qualité des aliments

Éditer
Publié dans
le 13.05.18
Img_5789_c

Irakli Loladze est un mathématicien ayant fait sa thèse dans un laboratoire de biologie, à l'Université d'Etat d'Arizona. Il a assuré le traitement mathématique d'un problème de biologie : alors que les micro-algues et autres petites plantes croissent plus vite lors d'une exposition accrue à la lumière, le zooplancton qui s'en nourrit dépérit, alors que la nourriture semble plus abondante. Les biologistes ont conclu que les algues ayant poussé plus rapidement contiennent moins d'éléments nutritifs et deviennent de la « junk food » (malbouffe).

La problématique est ensuite transposée aux animaux et plantes terrestres. Pour ces dernières, il ne s'agit pas d'une augmentation de la luminosité, mais du taux de CO2 atmosphérique. Toutes les plantes de la planète seraient alors menacées : elles produisent davantage de glucides, et moins d'autres nutriments indispensables, contiennent moins de sels minéraux à poids égal. La teneur des fruits et légumes en vitamines, minéraux et protéines a significativement baissé depuis 50 à 70 ans.

L'article pointe aussi l'impact de l'augmentation du taux de glucides dans les plantes sur la santé des populations, corrélé à l'augmentation de la proportion de personnes atteintes de diabète ou d'obésité.

Des expériences ont été menées en plein champ, en « arrosant » de CO2 certaines zones de manière à simuler ce qui pourrait être courant vers le milieu du XXIe siècle, et en comparant à une zone du même champ qui a bénéficié de l'atmosphère normale : ceci a montré une baisse significative des taux de calcium, potassium, zinc, et fer, soit 8% en moyenne. Dans le cas du blé et du riz, le taux de protéines chute de 6 et 8% respectivement.

Ce travail a été repris par d'autres équipes de recherches, qui ont montré que les déficits en zinc, en fer et autres minéraux affectent plus particulièrement des populations africaines et du sud et sud-est asiatique.

Lewis Ziska, physiologiste des plantes à l’Agricultural Research Service à Beltsville dans le Maryland, s'est penché sur l'alimentation des abeilles.

La verge d'or (Solidago) est une fleur extrêmement importante pour les abeilles, car elle fleurit tard, et c'est une plante qui n'est pas exploitée par les humains car plutôt considérée comme indésirable. Sa floraison à l'automne permet aux abeilles de faire des réserves pour l'hiver. Elle a subi moins de mutations liées à la sélection que le maïs ou le froment. Des échantillons de cette plante ont été conservés depuis 1842, ce qui a permis d'en étudier les mutations. La teneur en protéines du pollen de cette plante a diminué d'un tiers depuis la révolution industrielle, et cette diminution suit de très près l'augmentation du taux de CO2 atmosphérique. Ziska formule l'hypothèse que la diminution du taux de protéines dans l'alimentation des abeilles augmenterait leur sensibilité aux autres facteurs de stress que sont les parasites et pesticides.

En 2014, Myers a publié dans Nature une étude qui montrait, pour différents sites répartis sur le globe, la diminution des teneurs en protéines, fer et zinc lors de l'augmentation de la teneur atmosphérique en CO2, dans des aliments de base pour l'humanité. Il souligne l'impact de la composition atmosphérique sur les cultures dites C3 dans leur ensemble, avec leurs conséquences encore méconnues sur la santé publique.

Le même jour Loladze a publié une étude reprenant 30 années de recherches. Il rapporte des résultats sur 130 variétés de plantes et 15000 échantillons analysés : la concentration globale en minéraux tels que calcium, magnésium, potassium, fer et zinc a chuté de 8 % en moyenne depuis le début des analyses. Le rapport hydrates de carbone / minéraux a augmenté : les plantes, comme les algues, deviennent de la « junk food ».

L'auteur décrit ensuite la difficile comparaison des données expérimentales concernant les teneurs en nutriments de plantes dans les années 50 et actuellement, et pointe aussi la difficulté d'obtenir des financements pour des projets pluridisciplinaires incluant le climat.

Sources en anglais :
https://www.politico.com/agenda/story/2017/09/13/food-nutrients-carbon-dioxide-000511 The great nutrient collapse

https://elifesciences.org/articles/02245 Hidden shift of the ionome of plants exposed to elevated CO2 depletes minerals at the base of human nutrition

https://www.nature.com/articles/nature13179 Increasing CO2 threatens human nutrition

https://ehp.niehs.nih.gov/EHP41/ Estimated Effects of Future Atmospheric CO2 Concentrations on Protein Intake and the Risk of Protein Deficiency by Country and Region

http://dx.doi.org/10.1016/S2214-109X(15)00093-5 Effect of increased concentrations of atmospheric carbon dioxide on the global threat of zinc defi ciency: a modelling study

Commentaires

6
2018-05-13 11:04:44 +0200

La conclusion, évidente pour moi, est qu'il est urgent de réduire drastiquement nos émissions de CO2, afin de préserver la qualité de notre nourriture autant que possible, et la vie des insectes pollinisateurs parmi lesquels les abeilles sont les plus souvent étudiées et mentionnées.

6

6
2018-05-13 11:13:22 +0200

Il faudrait pouvoir laisser le charbon, le pétrole et le gaz dans le sol mais ça n'est pas facile et surtout pas du jour au lendemain... Pourtant il faudra y arriver.

6

2
2018-05-15 15:59:27 +0200

Et ce n'est pas en stoppant la fabrication du diesel , pour ne citer que cela, et en convertissant se changement vers l'essence ( CO 2 ENCORE PLUS QUE PLUS ...ERREUR ) que cela arrange les choses. Il faut prendre des décisions réfléchies et cela se fait à plusieurs et autour de la table avec des compétences.

2

1
2018-05-15 17:24:04 +0200

Une piste d'économie de CO2 est de se chauffer autant que possible avec des capteurs solaires thermiques, qui, une fois installés, peuvent fonctionner pendant au moins 25 ans. Cela permet de faire des économies substantielles sur les combustibles.
Le moteur Stirling, inventé au début du XIXe Siècle, serait adaptable à l'énergie solaire, pour les utilisations à poste fixe.
https://fr.wikipedia.org/wi...
Il est aussi utilisable en tant que pompe à chaleur.
Son développement a été négligé à cause de la concurrence du moteur Diesel.

1

2
2018-05-29 02:14:43 +0200

Le mathématicien Irakli Loladze et ses collègues ont publié une nouvelle étude sur le riz. Ils montrent que le riz cultivé en CO2 élevé a moins de vitamines B1, B2, B5 et B9. Ils ont dit que cela affectera 600 millions de personnes!
http://advances.sciencemag....

2

À propos de l'auteur

Après une carrière de chercheuse en physico-chimie des matériaux, je suis maintenant retraitée depuis quelques années, et m'occupe de mon jardin. Je m'intéresse particulièrement au climat terrestre et à sa préservation, ainsi qu'à la biodiversité, quoique je n'aie pas refait d'études de biologie...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 1393
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 14924
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 107
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 88
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 87
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 1189

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy