POPULARITÉ
1474

La souffrance des poissons est reconnue en Suisse

Éditer
Publié dans
le 04.01.15
Web_poissons--672x359

"Les poissons peuvent-ils avoir mal aux écailles?
Sans doute, répond la Commission fédérale d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH).
Dans un rapport rendu public lundi à Berne, elle estime qu’il n’existe «aucune bonne raison de conclure que les poissons seraient insensibles» à la douleur.
...
Malgré ces incertitudes, la CENH a donc estimé, en majorité, qu’«il est difficile de dénier toute sensibilité à la douleur au moins à certains poissons». Dès lors, ils doivent faire l’objet d’un respect sur le plan moral, a estimé une majorité des membres de la commission, comme l’a rappelé sa secrétaire, Ariane Willemsen.

En conséquence, la CENH a émis plusieurs recommandations pour une utilisation éthique des poissons, parmi lesquelles la limitation des souffrances des poissons pêchés, qui meurent par asphyxie et souvent après de multiples blessures, ou encore le fait de prendre en compte les besoins de chaque espèce dans le cadre de l’aquaculture. La commission souhaiterait également que la pratique de la pêche à la ligne soit soumise à l’obtention d’une attestation de compétence.

Plus inattendu encore, elle recommande l’interdiction, de manière générale, de l’utilisation des poissons à des fins de bien-être. Pisciculteurs et autres taquineurs de goujon ne sont donc pas les seuls dans le collimateur de la CENH: les amateurs de fish pedicure n’ont qu’à bien se tenir. " ( lu sur http://www.letemps.ch/ - article réservé aux abonnés ).

Je regrette, parmi les propos rapportés dans cet article, ceux qui évoquent la possibilité d'une nociception sans douleur consciente, concept qui, à mon sens, ne tient pas debout scientifiquement, et j'explique mon point de vue de simple médecin dans l'article suivant .

Nos connaissances ne sont pas figées, ne sont pas une vérité inébranlable, et faire dépendre la perception consciente de la douleur de la présence d'un néocortex me paraît plus que discutable, tout comme le concept de nociception sans douleur.

J'attends donc avec impatience que ces thèses relevant de l'animal machine connaissent la fin qu'elles méritent.
Qui vivra verra !

  • Et vous, qu'en pensez-vous?*

Commentaires

1
2015-01-04 09:16:54 +0100

On a longtemps considéré le néocortex, le paléocortex et l'archicortex des espèces les plus évoluées comme 3 sortes de "couches archéologiques" du cerveau constituées par l'évolution. Or, cela est faux, et ces structures ne peuvent pas fonctionner l'une sans l'autre, et ce que l'on pensait être l'apanage de l'une ou de l'autre relève finalement d'un fonctionnement en réseau...l'IRM fonctionnelle a beaucoup apporté dans la compréhension du fonctionnement du cerveau humain et des cerveaux d'autres mammifères. Beaucoup de choses restent certainement à découvrir, mais les propos auxquels je fais allusion me paraissent dépassés.

1

3
2015-01-04 09:54:06 +0100

Les incertitudes évoquées dans l'article sont sans doute étayées par une publication (en anglais) de 2012, du zoologue James Rose (l’Université du Wyoming): Can fish really feel pain?, en archives dans mon dossier "Pêche"
Ainsi chacun pourra se forger une opinion en connaissance des travaux disponibles.

3

1
2015-01-04 09:57:02 +0100

Et n"oublions pas que "science sans conscience n'est que ruine de l'âme " (Rabelais). Nous ne sommes donc pas des robots lecteurs de résultats statistiques mais des êtres intelligents et sensibles appelés à les interpréter à la lumière de nos facultés mentales et sensitives...

1

1
2015-01-04 11:07:09 +0100

On raconte l'anecdote suivante : Malebranche (philosophe du XVII°, disciple de Descartes et partisan de la théorie des animaux-machines) aurait dit après avoir battu son chien : " ça crie mais ça ne souffre pas ! "
Je ne ma place pas sur le plan scientifique, mais un peu de "bon sens" ( ce bon sens que Descartes considérait comme la chose la mieux partagée du monde), ce "bon sens " invite à voir de la douleur et de la souffrance derrière les cris et les tourments endurés par un animal.

1

1
2015-01-04 13:34:37 +0100

Le bon sens, c'est exactement cela !

1

0
2015-01-04 13:38:38 +0100

Doit-on conclure que la pêche doit être interdite? Interdite pour les humains, car dans la mer il existe des espèces redoutables pour certains poissons, dont le Dauphin avec les sardines.

0

0
2015-01-04 13:59:05 +0100

Si déjà, ceux qui pêchent prenaient conscience de cela, cette prise de conscience leur permettrait certainement d'éviter de glisser vers des pratiques exposant inutilement à la souffrance (piégeage et mise à mort involontaire ou volontaire d'espèces non visées; relâcher de requins vivants auxquels les ailerons ont été coupés, donc voués à une lente agonie; etc...).
La petite pêche traditionnelle est certainement plus recommandable que la pêche industrielle, plusieurs fois pointée du doigt (exemples 1-navires-usines spoliant les ressources marines de petites peuplades comptant sur celle-ci pour se nourrir, à proximité de leurs habitations littorales 2- chalutage profond)…
Le guépard tue, mais en maintenant la gazelle entre ses crocs, il lui épargne au maximum les souffrances en provoquant une anoxie cérébrale et une perte de conscience rapide...Prenons donc exemple sur lui ! Et reconsidérons la valeur de la vie en ne mettant plus la quête du profit maximal au-dessus de tout, en servant cet état de fait par les discours sans cesse renouvelés d'économistes obnubilés par la croissance (il y en a d'autres) et autres...

0

3
2015-01-04 13:59:59 +0100

A noter que la CENH a émis des recommandations en faveur de la limitation des souffrances des poissons pêchés. Elle ne préconise pas l'interdiction. Voir le rapport.

3

2
2015-01-04 15:48:57 +0100

Sans croissance, au sens INSEE du terme, il n'y a pas croissance d'emplois. En France, il faudrait un taux de 1.5% pour faire reculer le chômage qui est la tragédie majeure.
Il faut certes donner du contenu à la croissance, c'est le sens de la notion de développement durable.
Mais il est vrai que le moteur principal d'une entreprise est le profit. C'est par la fiscalité que l'on arrive resocialiser les richesses créées.

Notre économie est une économie de marché qui doit être régulée: c'est le rôle d'un ÉTAT conscient des dégâts environnementaux d'une croissance à l'identique de celle qui existait depuis la dernière guerre.

On doit être capable aujourd'hui de se développer en respectant la nature. Mais le chemin est long.
La Chine, désormais première puissance mondiale, suit malheureusement le modèle ancien de croissance, avec par exemple une demande croissante de viande de bœuf.

Les principes éthiques - qui font l'objet d'échanges sur notre site - ouvrent de réelles perspectives nouvelles.
Il nous reste à convaincre en admettant les points de vue divergents, même lorsque nous les pensons faux.

2

3
2015-01-04 17:17:44 +0100

A propos de la Chine citée pour inclure davantage de protéines animales dans son alimentation.
La notion d'éthique diffère en Chine (et dans les pays asiatiques) de ce que nous pensons. Et puis nous sommes mal placés pour leur dire de ne pas vouloir les facilités d'existence que nous avons eues… et que nous considérons maintenant comme excessives.

Le modèle dominant en Occident a du plomb dans l'aile….EtI il se pourrait que la Chine nous surprenne. En tous cas le thème qu'elle a retenu pour Expo Milano 2015 est "Terre d'espoir, nourriture pour la vie"
http://www.expo2015.org/fr/...
Le monde entier est en évolution. Occupons-nous en effet à trouver des arguments positifs, pour convaincre sans juger…

3

1
2015-01-04 20:38:27 +0100

A propos de la croissance: infinie, elle est tout simplement impossible dans un monde fini.

Si nous en avons impérativement besoin, alors c'est aux dépens des générations futures, donc éthiquement discutable (il faut alors faire appel à la notion rarement évoquée de solidarité intergénérationelle).
Je vous rappelle que le jour du dépassement 2014 était le 19 août. Du fait que l'on sait cela, nous serions coupables (et le sommes, de facto) de faire comme si de rien n'était.

De nombreux économistes reconnus ont travaillé pour montrer qu'une société prospère, avec des gens ayant un emploi, et sans personnes laissées de côté (en tout cas moins qu'avec ce système actuel) était tout à fait possible sans croissance. Je n'ai lu de ceux-ci que des extraits à l'exception de Prospérité sans croissance: la transition vers une économie durable, de Tim Jackson, économiste britannique reconnu. Je vous invite à lire cet ouvrage qui a été nommé comme meilleur ouvrage de l'année à la date de sa parution.

La transition énergétique fournirait certainement plus d'emplois qu'une croissance dont le produit financier serait mal réparti dans la société, et l'expérience de ce qui se passe depuis des dizaines d'années peut nous faire craindre cela avec légitimité.

La promesse de la croissance fournissant de l'emploi (non précaire ou en CDD) reste une théorie vaporeuse mais en pratique, le chômage persiste, chronique, et la solution présentée n'a jamais été la solution (mises à part des diminutions transitoires anecdotiques). C'est le modèle du profit à tout prix qui doit être remis en question, sans cela, sans refonte des règles qui régissent notre société, il ne reste que du vent...Nos descendants jugeront de cela lorsque le vent de l'histoire aura soufflé. Mais osons nous mettre à leur place, lorsque, après des dizaines d'années d'avancement du jour du dépassement, après que nous ayons accumulé une DETTE ECOLOGIQUE énorme, leurs ressources terrestres et minières (je pense notamment aux TERRES RARES, aux métaux utilisés pour l'électronique), leurs ressources, marines, leurs écosystèmes, leurs SOLS devant leur fournir leur alimentation seront ce qu'ils seront…
Un petit effort cérébral nous permet de voir ce monde qu'on est en train de leur construire, avec 7 milliards d'habitants, du béton et du plastique partout. Pourquoi toutes les notions scientifiques accumulées sur le réchauffement climatique , l'érosion de la biodiversité, l'épuisement des ressources doivent-elles toutes se pliier au dogme économique? Pourquoi ce dogme ne pourrait-il pas être révoqué ? Des économistes bien insérés dans leur XXIème siècle et leur 3ème millénaire sauront nous prouver que nous pouvons oser entrevoir les choses différemment de l'époque des 30 glorieuses…

A propos de la "demande" croissante en viande: le problème n'est-il pas inversé? Nous savons que plus le niveau d'un pays est élevé, plus la consommation en viande de ses habitants est importante. Mais c'ets surtout l'offre qui augmente, avec des étals de supermaché pléthoriques, des prix qui baissent, des publicités (etc...) qui tentent le consommateur. Il y a là une réussite de techniques commerciales. Mais la santé humaine elle-même ne nécessite pas toute cette consommation. D'ailleurs, il y a d'autres sources de protéines (on oublie souvent cela) et de B12. Le rendement énergétique des protéines est de 30% tandis que celui des glucides est de 60% et celui des matières grasses 80%...(données issues d'une formation professionnelle indépendante en 2013).

La "demande" en tablettes tactiles est certainement très importante en France: est-ce pour cela qu'elles sont nécessaires alors même que les matériaux dont sont conçus les circuits et pièces electroniques sont en train (pour certains) de s'épuiser (cf articles de Terra Eco) et que personne ne songe à les préserver au nom de l'égoïsme de nos générations et de leur refus de prendre conscience de ce qu'elles savent....

1

2
2015-01-05 09:20:36 +0100

"… la dégradation de chacun des trois piliers sur lesquels repose le bien-être humain - l'économie, le social et l'environnement - est préoccupante. Partager du pessimisme accroîtrait celui, éventuel, des lecteurs de ce billet. Positiver est un devoir. Mieux vaut partager de l'optimisme. Et surtout de la détermination."
Hubert Reeves... pour qui les 3 piliers sont indissociables…
http://www.lepoint.fr/invit...

2

3
2015-01-05 10:07:06 +0100

Juste une remarque quant à la consommation en viande dite liée au niveau de vie à l'Occidentale.
Les"Esquimaux"; ces "mangeurs de viande crue" (dans la langue des Indiens Algonkins) consomment ce que la nature leur offre: des animaux polaires.
Et chez les Pygmées Aka, chasseurs-cueilleurs, la prédominence est accordée à la viande.
Tout comme les notions d'éthique peuvent différer sur la planète, la philosophie de vie aussi...
Chez ces Pygmées: "En premier lieu, la nourriture est assimilée à la viande, qui est nécessaire à la vie. Le confort, le bien-être est procuré par une nourriture abondante, essentiellement carnée : le but d'un repas suffisant est de provoquer une sensation bienfaisante de rassasiement, de satiété, de plénitude qui est l'un des buts de l'existence, l'une des composantes nécessaires au bonheur."

3

3
2015-01-05 10:30:14 +0100

L’effort cérébral est partagé dans le monde.
Je suis d'une génération où le dogmatisme idéologique était dominant, le communisme.
Je me méfie donc des solutions toutes faites qui peuvent déboucher sur des totalitarismes.
Ceci étant, le débat est ouvert sur notre modèle de croissance, on peut le changer progressivement avec conviction et écoute des défenseurs de "l'ancien" monde.
Malgré les arguments d'autorité utilisés, non, il n'existe pas, à ce jour, et c'est un bien, de modèle prêt à l'emploi pour nous sortir du chômage, de la misère.
Il faut donc de la modestie dans l'action et la réflexion. A ce prix on doit pouvoir construire des bouts de nouveaux mondes, y compris sur notre consommation de viande … à modérer .

3

0
2015-01-07 21:43:29 +0100

Bernard Maris n'aura eu de cesse de critiquer (...) son milieu, la "secte des économistes qui rabâche un discours hermétique et fumeux".
Il écrivait en 2009 dans Capitalisme et pulsion de mort (avec le keynésien Gilles Dostaler) : « Ce que nous croyions être la mondialisation heureuse n'était que la démesure de l'argent fou et de sa pulsion destructrice. » Ca n'est pas moi qui l'ai dit, mais cela résume bien ma pensée... La triste actualité d'aujourd'hui m'a fait découvrir ces propos. http://www.lemonde.fr/attaq...

0

0
2015-01-07 21:45:51 +0100

La démesure du PROFIT A TOUT PRIX, la FINANCE placée comme au-dessus de tout, telle une déesse, sont des travers de nos société certainement plus dangereux que quelques personnes engagées dans le véganisme ou autre...Mais je n'ai l'expérience d'aucune idée dominante susceptible de faire le lit du totalitarisme,et je dois pour cela m'incliner devant la votre..

0

0
0

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 53375
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 21765
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 38495
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1940
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2679
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 10925

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy