POPULARITÉ
8

La terre peut nourrir 11 milliards d'hommes

Éditer
3266368

A la lecture d'un article sur "Les croisés de la dénatalité", qui, " alarmés par la croissance de la population mondiale, n'ont trouvé qu'une parade : arrêter de faire des enfants. Ils prônent pour cela les moyens les plus radicaux..." [...] (Le nouvel observateur n° 2492), j'ai re-survolé «  Vie et mort de la population mondiale" d'Hervé Le Bras (le démographe controversé), Editions le Pommier, 2009.*

 

Je voulais vous faire part de l'interview accordée au Nouvel observateur( LNO), qui temporise nettement les solutions avancées par ces militants antinatalisme (antihumanisme ?) : 

 

LNO : Les dénatalistes ont-ils raison de s'alarmer de la démographie galopante ?

 

Hervé Le Bras : Pas vraiment. Ils regardent le graphique de la population mondiale qui augmente très fortement et linéairement, et se disent que cette dernière explose. Je préfère regarder l’évolution du taux de croissance et le résultat est très différent. Ce taux était très fort dans les années 1960, avec 2,1 enfants par femme, mais il baisse depuis, pour arriver à un peu plus de 1. Les deux-tiers des femmes ont moins de 2 enfants. Je pense qu’on ne sera pas plus de 9 milliards en 2050. Ensuite la population va se stabiliser.

 

LNO : La terre peut-elle nourrir tout ce monde ?

 

Hervé le Bras : Selon l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’étendue des terres agricoles n’a pas changé depuis une quinzaine d’années car on gagne par la déforestation, que l’on peut déplorer par ailleurs. Si l’on ne donne pas de céréales issues de cultures aux animaux, qu’on les laisse simplement paître, nous pouvons nourrir 11 milliards d’hommes. Mais si on nourrit les gens suivant le régime alimentaire français, à 45 carné, le chiffre tombe à 4 milliards. La question du nombre est donc beaucoup moins importante que celle des modes de consommation, et du climat. (Propos recueillis par Le nouvel Observateur, n° 2492)

 

Encore une fois, cela pose des questions sous un autre angle de vue, notamment à savoir si nous sommes prêts à modifier nos pratiques et nos modes de consommation… Sans parler du besoin de patures si nous adoptions un autre mode d’élevage…)

 

Du coup, pour aller plus loin, je vous propose quelques liens en rapport avec le sujet :

 

9,2 milliards de bouches à nourrir en 2050 : http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=26525

 

Trois questions à Hervé Le Bras : La population mondiale n'est pas une menace : http://www.scienceshumaines.com/trois-questions-a-herve-le-bras-la-population-mondiale-n-est-pas-une-menace_fr_24894.html

 

Une planète trop peuplée en 2050? Une "peur infondée" pour Hervé Le Bras

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120316.AFP0570/une-planete-trop-peuplee-en-2050-une-peur-infondee-pour-herve-le-bras.html

 

Et pour une rapide biographie du démographe : http://www.bibliomonde.com/auteur/herve-bras-2410.html

* Ci-dessous, dans "informations', via le lien associé un extrait du chapitre "le spectre de la famine" du livre "Vie et mort de la population mondiale".

Commentaires

0
2012-08-13 11:29:59 +0200

Dans humanité-biodiversité, il y a biodiversité. Je suis un peu étonné à la lecture des liens proposés par l'auteur que la question du cardinal de la population humaine mondiale ne soit envisagée qu'à l'aune de sa propre viabilité. Des centaines d'éco-systèmes ont été rayés de la carte du monde dans les pays-ville, des dizaines d'espèces de toutes classes diparaissent chaque jour, même pas recensées pour la plupart, des centaines d'espèces de vertébrés ont quitté la quitté la terre dans le sillage de l'homme dit sage depuis les débuts de son expansion, dont une grande partie en trois siècles seulement, les 3 derniers. Les dénatalistes sont juste de tristes gens qui ont les yeux ouverts, .... et plein de mouchoirs dessus.

0

1
2012-08-14 17:51:39 +0200

A porter au dossier cet exposé de Gilles Pison,
Directeur de recherche à l'INSTITUT NATIONAL D'ÉTUDES DÉMOGRAPHIQUES (INED) sur le site DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'ÉCOLOGIE (SFE)

http://www.sfecologie.org/r...

1

1
2012-08-14 22:33:01 +0200

Bonjour hb ( mêmes initiales que moi ) , c'est gentil d'ajouter ces précisions par renvoi à l'article d'un expert démographe. Néanmoins, si je peux me permettre une critique objective de l'article, j'ajouterais alors quelques remarques à mon commentaire précedent, que voici :

Tout d'abord, une fois encore, l'auteur effleure à peine la question de la biodiversité en évoquant tout juste avec circonspection l'impact éventuel sur elle de la croissance démographique humaine mais sans en faire du tout un enjeu de la moindre importance. Seule semble compter "la survie de l'espèce humaine à terme", pour reprendre l'expression de sa conclusion. A quoi bon l'évoquer si ce n'est même pas pour soulever le problème du tout. C'est d'un déplorable, les mots m'en fuient à force de lamentation.

Ensuite, ce monsieur maitrise sans doute les fonctions linéaires, mais il semble peu enclin à prendre en considération des facteurs circonstanciels particuliers capitaux qui ont un rôle majeur dans les équations différentielles permettant de spéculer sur l'avenir :
Premièrement, concernant le taux de mortalité : dans 20 ans, la plupart des cancers seront vaincus, dans 30 ans, la totalité des mécanismes du vieillissement seront exhaustivement expliqués et quasiment tous exploitables dans 50 ans au bénéfice de notre jouvence - extrêmement prolongée.
Pour ce qui concerne les taux de natalité, il ne tient pas compte du fait ques pays en plein boum actuellement ne connaitront pas la même histoire que l'Europe, puis l'Asie et l'Amérique latine, pour des raisons simplement idéologiques. Inutile de préciser ma pensée j'espère. Si on ajoute à cela le fait que le formidable essor économique dont ils bénéficient les conduira nécessairement à vouloir adopter un mode de vie aussi écocide que celui des occidentaux, cette fois-ci, je dirais : inutile de faire un dessin. C'est explosif. Donc la conclusion est qu'on débouche mathématiquement vers d'immenses catastrophes humanitaires, du type guerres ou pandémies.

Mais contrairement à Técé, je pense que ce qu'il nomme la "grande éradication" ne suffira pas à sauver la moindre parcelle de nature car elle arrivera justement parce que nous auront fini d'exploiter toutes les ressources qui s'y trouvent. Elle n'aura plus aucune utilité.

Amis de l'espoir, bonsoir ( et désolé ).

1

1
2012-08-14 23:32:12 +0200

Les échanges peuvent aussi se poursuivre par des réponses à la question posée " La biodiversité est-elle menacée par la démographie humaine? " dans la publication http://humanite-biodiversit... (14 août 2012).
Dans le respect de la Charte du site ...

1

À propos de l'auteur

Bonjour, Passionnée de Nature et de la biodiversité qu'elle nous offre, je passe beaucoup de temps à me balader (accompagnée de ma grosse truffe, un Dogo canario du nom de Dixie) et commence petit à petit à m'initier aux plaisirs de l'identification des plantes et animaux qui peuplent nos quelques espaces encore préservés. J'ai la chance d'avoir un petit jardin arboré qui me permet d'obs...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 292
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 374
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 1207
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 56
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 30
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 60

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy