POPULARITÉ
4285

Le changement climatique inquiète les géologues

Éditer
Publié dans
le 30.04.15
Indian-and-eurasian-plates

Tout le monde connaît la cause des tremblements de terre comme celui du Népal:
Les séismes tectoniques sont les plus fréquents et une grande partie a lieu aux limites des plaques (voir la carte ci-contre).
On découvre.maintenant le rôle du flux et du reflux des eaux de pluie dans les grands deltas des fleuves de l'Inde et du Bangladesh, et leur pression ainsi mise sur la plaque indienne.

La pluie qui grossit les rivières de l'Himalaya qui descendent vers la mer du Bengale est une partie cruciale de ce processus. Le Dr Pierre Bettinelli est le scientifique qui en 2007 a montré comment cela affecte les tremblements de terre dans l'Himalaya: 50 gigatonnes d'eau supplémentaire au Bangladesh après une saison de mousson, pèsent sur la plaque indienne!
Le changement climatique pourrait être à l'origine d'énormes et inquiétants changements dans la taille et la forme de la mousson en Asie du Sud avec les conséquences sur les séismes…

Dans un livre récent, "Réveiller le géant": Bill McGuire de l'UCL (University College London), professeur émérite de géophysique, s'interroge sur les effets de la hausse de100m du niveau de la mer et les changements de pression sur les plaques tectoniques.
Bien sûr, cela n'est pas pour demain: le pire des scénarios prédits pour le 21e siècle serait une élévation du niveau de la mer de cinq mètres (ou plus). Mais déjà McGuire et ses collègues ont vu les effets de la très faible élévation du niveau de la mer en Alaska: 10cm ou 15cm d'élévation du niveau de la mer pendant les mois d'hiver, est assez pour peser sur la croûte, presser sur le magma et déclencher une éruption.

Une série d'événements "géologiques" - tremblements de terre, éruptions volcaniques et tsunamis - est prédite par un groupe d'éminents géologues et de géophysiciens.

Certains des collègues de McGuire croient qu'il surestime le risque de tremblement de terre suite à l'élévation du niveau de la mer et la modification des précipitations. Il n'y a pas encore suffisamment de données pour prouver l'hypothèse, explique le professeur Burgmann. Mais il est convaincu que Maguire a raison quand il parle des éruptions volcaniques.

Commentaires

Le changement climatique affecte la mousson et fait fondre les glaciers.
Article de 2008:
"Une équipe de géophysiciens de l’Université de la Ruhr à Bochum (Allemagne) a découvert que le poids exercé par les grands glaciers sur les plaques continentales «freine» les mouvements de ces dernières, diminuant ainsi le risque de séisme… tant que la glace ne fond pas." http://www.20minutes.fr/sci...

5

Fonte glaciaire et tectonique dans LA RECHERCHE mensuel n°409 daté juin 2007
"La hausse du niveau de l'océan, lors des déglaciations, aurait une répercussion sur les zones de subduction, ces régions où une plaque tectonique glisse sous une autre."
Une équipe française a observé cela près de la zone de subduction d'Amérique latine…

5

Un autre phénomène à plus long terme ... l'augmentation des précipitations dans les zones tectoniques actives au relief prononcé se solde également par une augmentation notable de l'érosion des sommets. Erosion qui provoque une perte de matière dans les zones montagneuses et une augmentation de matière dans les zones de sédimentation (typiquement les deltas et plaines alluviales).

Du coup, la lithosphère est plus "légère" dans les zones de montagne et elle remonte (principe de l'isostasie) ce qui provoque une baisse des contraires sur les plans de chevauchement. Baisse de contraire = facilité de glissement augmenté = très certainement plus de séisme. Et si l'augmentation du volume d'eau dans les plaines d'alluviale augmente la sismicité (phénomène de flexion de la plaque subduite), l'accumulation des sédiments liés à l'érosion augmentera également ce phénomène et à long terme car contrairement à l'eau, une fois sédimentés ils ne bougent plus de là où ils sont.

3

Une nouvelle fois un événement en rapport avec un objet qui n'apparaît pas, au premier regard, avoir de conséquences sur un autre objet se révèle en avoir sans doute. Rien n'est anodin à sa simple échelle, comme la dans la biodiversité un petit élément en plus ou en moins peut avoir de conséquences sur beaucoup d'autres éléments.
Tout est interdépendant, qu'on se le répète, même la fonte des glaciers sur les plaques tectoniques ... Il est temps de cesser de ne regarder que les conséquences mais de veiller aux causes et à celles que nous causons ou amplifions :)
On ne peut pas tout contrôler ni tout maîtriser, mais à son échelle chacun peut faire des progrès et à plus grande échelle, cela marche aussi :)

2

La nature ... un demi-siècle que je prends une part active à sa défense. c'est me défendre moi-même… Et depuis 1976, j'accompagne l'action de l'association devenue "Humanité et Biodiversité". J'en suis administratrice… Nelly Boutinot

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 558417
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 243904
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 97159
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 37327
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 25544
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 210395

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy