POPULARITÉ
196

Le « jour du dépassement de la Terre » en infographies

Éditer
Publié dans
le 08.08.16
Terre4979461_6_0a58_2016-08-06-ee7406c-17842-1mt7j4u_2fa6c59613ba94eaad1d5afe36d4203e

Cette infographie est très pédagogique, même s'il ne faut pas prendre les chiffres comme une vérité absolue.
Nous vivons au dessus de nos moyens en ressources disponibles. Cette constatation peut être difficile à admettre pour les personnes en difficultés de vie quotidienne. La contribution de notre pays à la sauvegarde de notre planète doit s’accompagner d'une politique active de réduction des inégalités. JP B

L’institut de recherche international Global Footprint Network (GFN) mène régulièrement cette campagne d’information axée sur ce jour fatidique (Earth Overshoot Day, en anglais). Ses experts estiment qu’au rythme actuel, les humains auraient besoin de l’équivalent de 1,6 Terre pour assouvir leur surconsommation globale annuelle.

Cliquer sur http://www.lemonde.fr/planete/portfolio/2016/08/07/le-jour-du-depassement-de-la-terre-en-infographies_4979467_3244.html

Commentaires

2
2016-08-09 16:55:31 +0200

Lundi 8 août 2016, l’humanité avait, parait-il, atteint son "jour du dépassement", date à laquelle la consommation de l’humanité excèderait ce que la nature est capable de générer en un an, selon Global footprint network (GFN), un laboratoire international d’idées.
...
Le hic, c’est ce que serait plus symbolique que pertinent, selon Peter Kareiva, de l’Institut des sciences environnementale de l’Université Santa Clara et Linus Blomqvist, de l’Institut Breakthrough.
...
Peter Kareiva... ancien chercheur de la National Oceanic and Atmospheric Administration prône la mise au point de nouveaux indicateurs qui affichent les "tendances réelles" de l'exploitation des ressources critiques comme les sols, les forêts, la faune et les réserves en eau potable. Et qui intègrent la valeur économique des différents écosystèmes, « prennent en compte les particularités locales, la diversité régionale plutôt que d’assigner une valeur globale à la planète » ... Tiens… C’est précisément l’ambition de l’Earth genome project. Un projet alternatif ou plutôt rival, qu’il a lancé avec sa propre ONG, Nature Conservancy, l’université de Stanford mais aussi l’appui de… Google, qui y voit une nouvelle utilisation pour son programme Google Earth. L’Earth genome project s’annonce ambitieux, richement doté et devra être suivi avec attention : il pourrait bien bouleverser définitivement notre façon de "calculer " la planète.
http://www.sciencesetavenir...

2

2
2016-08-09 17:19:18 +0200

L'empreinte écologique fait depuis des années l'objet de débats vifs.
Voir : http://alternatives-economi...

"On peut certainement améliorer beaucoup l’EE, et d’ailleurs c’est en cours. Il a fallu 20 ans pour bâtir la comptabilité nationale et cela se poursuit. Il faut compléter l’EE par des indicateurs synthétiques de biodiversité, d’empreinte eau et d’autres, dont un indicateur d’émissions de gaz à effet de serre (même si cette question est déjà intégrée dans l’EE). Mais sur le plan écologique, je ne vois pas, pour les 10-15 ans qui viennent, de meilleur candidat et de plus « populaire ». Tout indicateur a une durée de vie, une période de pertinence par rapport aux enjeux de son époque. L’essentiel aujourd’hui est que tous les gens, tous les peuples, comprennent vite que sur une planète dont les ressources sont finies, il faut compter et « économiser », pas seulement en monnaie, mais en unités physiques ou quasi-physiques, et qu’il y a des seuils physiques. L’EE est selon moi le mieux placé pour cela."
Le débat avec Peter Kareiva porte sur l'intégration des valeurs économiques des différents écosytèmes. A ce jour nous ne savons pas le faire. Le dernier travail a été dirigé par notre président- Bernard Chevassus au Louis : Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes - Contribution à la décision publique. On a accès à ce rapport : http://www.ladocumentationf...
Sa lecture nous rend très prudent.

2

1
2016-08-18 13:23:51 +0200

La contribution de notre pays à la sauvegarde de notre planète doit s’accompagner d'une politique active de réduction des inégalités.

Je partage tout à fait cette vision.
La réduction des inégalités devrait être l'une des priorités des gouvernants, car quand on pense à tout ce qui devrait être mis en œuvre pour y parvenir, le monde ne pourrait que s'en porter vraiment mieux.
Plus d'égalité, c'est plus d'éducation, une meilleure répartition des richesses, donc une meilleure utilisation de celle-ci et une vision de préservation des ressources, et la liste pourrait être tellement longue qu'elle ne pourrait sans doute ne jamais être complète et c'est une belle nouvelle que de savoir qu'une seule belle vision, direction, est porteuse de tant d'autres causes positives :)

1

0
2016-08-25 14:41:37 +0200

Très bon article

0

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 226408
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163758
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 61431
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15911
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9413
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 196527

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy