POPULARITÉ
1

Le monde ancien continue

Éditer
Publié dans
le 05.09.12
Siag_4042332_1_apx_470_


  • La difficile équation des prix des céréales 

  • Voici une équation difficile à résoudre en ces jours de rentrée scolaire : comment permettre aux éleveurs de supporter la flambée des prix des céréales sans provoquer d'inflation sur la viande. Une équation sur laquelle planchent syndicalistes et pouvoirs publics. Le 11 septembre, François Hollande lui-même devrait venir au salon Space de Rennes pour évoquer la question.



La semaine dernière, les producteurs de blé et de maïs adhérents de la FNSEA ont annoncé le lancement d'un fonds de 100 millions d'euros pour venir en aide à leurs confrères éleveurs. Pour ceux-ci, la situation est inextricable. Entre début juin et aujourd'hui, la tonne de blé ou de maïs est, peu ou prou, passée de 200 € à 250 € ; celle de soja a progressé dans les mêmes proportions. Les prix des viandes, sorties élevage, ont, augmenté mais beaucoup plus faiblement.


Pression sur la grande distribution


C'est que les grandes enseignes de distribution tiennent la garde contre la hausse des prix. La FNSEA invoque un accord du 3 mai 2011 entre agriculteurs, industriels et distributeurs qui prévoit qu'en cas de forte variation de prix des matières premières, les grandes enseignes acceptent de rouvrir des négociations commerciales. Mais celles-ci rappellent que cet accord ne s'applique que si les céréaliers et les éleveurs ont eux-mêmes signé des accords pour tempérer l'impact de la hausse. D'où l'annonce des céréaliers d'un fonds et d'un engagement à contracter avec les fabricants d'aliments du bétail. Pas question, cependant, selon eux, d'utiliser leurs 100 millions pour seulement combler les fins de mois. Ils devront servir à améliorer la compétitivité des élevages en modernisant les bâtiments, en les équipant en méthanisation ou photovoltaïque, etc.


Le président de la FNSEA Xavier Beulin a, pour sa part, annoncé qu'il invitait tous les signataires de l'accord du 3 mai avant le Space. « Afin que chacun prenne ses responsabilités », a-t-il indiqué. Traduction : faute de compréhension des distributeurs, la « pression syndicale » pourrait devenir plus forte. Déjà, cependant, quelques filières discutent entre elles : les industriels de la volaille et les grandes surfaces ont commencé ; la semaine dernière un distributeur annonçait de prochaines réunions avec les fournisseurs de porcs.


Côté pouvoirs publics, dans l'entourage du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, on évoque un plan pour aider les éleveurs à surmonter la flambée des prix. Rendez-vous les 11 septembre au Space. La solution de l'équation pourrait s'y trouver.


Hervé PLAGNOL.



Commentaires

À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 224777
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 163832
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62310
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 15892
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9396
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 197860

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy