POPULARITÉ
9438

Le Népal interdit l'un des plus grands sacrifices au monde.

Éditer
Publié dans
le 07.08.15
Sacrifice

Près d'un demi-million de bêtes étaient traditionnellement sacrifiées, tous les cinq ans, pendant les deux jours d'une immense fête hindoue.

"Le temps est venu de transformer cette vielle tradition. Le temps est venu de remplacer le meurtre et la violence par une pratique cultuelle pacifique célébrant la vie" a expliqué Motild Prasad, le représentant du temple de Gadhimai, organisateur de la cérémonie.

Un peu plus d'empathie envers les animaux ne pourrait qu'être utile à l'évolution vers une humanité de paix.

D'après http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/30/01003-20150730ARTFIG00327-le-nepal-interdit-l-un-des-plus-grands-sacrifices-d-animaux-du-monde.php#xtor=AL-201

Commentaires

3
2015-08-07 10:38:59 +0200

Cette décision intervient trois ans et demi avant la tenue de la prochaine fête.

Sur le site http://bigbrowser.blog.lemo... , l'appel aux fidèles est lancé. Il faudra faire oeuvre de pédagogues d'ici 2019.
"Le temple Gadhimai déclare sa décision formelle de mettre fin aux sacrifices d'animaux. Avec votre aide, nous pouvons faire en sorte que l'édition 2019 de Gadhimai se déroule sans bain de sang", ... appelant à une "célébration de la vie".

3

2
2015-08-07 12:51:13 +0200

Prendre la décision de devenir VEGAN m'a fait réaliser qu'il ne s'agissait pas uniquement de la protection des animaux, mais bien au-delà, ce fut une prise de conscience de cette capacité de l'humanité de pouvoir vivre enfin en paix et en harmonie avec toutes les espèces vivantes sans exceptions.

2

1
2015-08-08 11:23:21 +0200

Cette décision arrive alors que, quelques jours auparavant, les îles Féroé continuaient leurs massacres de globicéphales sous le prétexte de la tradition...

Comme quoi la tradition est révisable.
Je commentais il y a quelques jours : "De plus le prétexte de la tradition n'a aucun sens. Il faut évoluer. Sinon on peut prétexter ce droit à la tradition à tout-va et ne jamais se remettre en cause. Si on raisonne comme cela on peut se dire que cela fait des millénaires que les hommes s’entre-tuent pour toutes sortes de raisons… Doit-on s'en révolter ou considérer cela comme une tradition?"

La décision du Népal confirme donc mon état de pensée

1

0
2015-08-08 11:44:55 +0200

Et le mien aussi! Et je suis tout à fait d'accord avec votre parallèle avec le Grind (et on peut le faire aussi avec les massacres de Taïji, les mises à mort lors des corridas… pourtant moins 'traditionnelles" car importées en France au XIXème siècle)...

0

2
2015-08-08 15:00:19 +0200

Problème de stratégie?
J'ai participé au siècle dernier aux réunions de préparation de la CBI qui octroie un nombre défini de baleines comme à tous les peuples autochtones qui les réclament, Certains de ces peuples les tuent une à une dans l'océon tandis qu'aux Féroé, historiquement, un abattage a lieu en une fois au lieu de se répartir dans le temps car c’était œuvre collective (réalisable plus facilement à une certaine époque de l’année ) et permettant le stockage de la chair alors indispensable pour apporter les protéines nécessaires aux îliens.
Comme tous les peuples de culture différente de la nôtre (Amérindiens de Guyane par ex), ils considèrent qu'au vu des ravages de notre civilisation sur la nature, nos critiques occidentales sont malvenues. Ce n’est pas eux qui mettent les espèces marines en péril, loin s’en faut.
On ne peut imposer de l’extérieur la fin d’une tradition culturelle si fortement implantée, quels que soient la tradition et le pays. Et surtout, il ne faut pas humilier sinon la tradition est encore davantage défendue...
Sur place, il y a, avec le nouveau siècle, un mouvement pour faire reculer la consommation de baleine…

Encore en 2015, il se pourrait que "Les activistes étrangers provoquent une réaction patriotique".
http://www.ceta-journal.net...
Deux autres pages alimentent le dossie…
Première partie : Quand la chasse au globicéphale va-t-elle cesser aux îles Féroé ?
http://www.ceta-journal.net...
Partie II : Du point de vue féringien — la chasse à la baleine pilote
http://www.ceta-journal.net...
Et je partage cette conclusion
La coopération plutôt que la confrontation – De cette manière, les défenseurs des baleines et les Féringiens pourraient contribuer conjointement à une fin accélérée de la chasse au globicéphale.

2

3
2015-08-08 15:30:23 +0200

"la pression engendre une contre-pression".
En utilisant des méthodes violentes pour dire aux gens que ce qu'ils font est mauvais déclenche qu'ils se défendent. Ainsi maintenant, les jeunes générations sont devenues chasseurs de baleines.
Erla Brekkustova
27 juillet 2015 http://brekku.stovu.net/arc...

3

1
2015-08-09 15:06:55 +0200

J'ai lu vos commentaires et ils reflètent d'autres façons d'aborder les problèmes.
Je suis en effet d'accord avec ce qui à été dit: l'affrontement n'est jamais une solution. Il mène au repli et c'est plutôt le dialogue qui mène à prendre du recul vis-à-vis de sa vision des choses et à ce que se construise une nouvelle voie.

Là où mon avis diverge de celui de Nelly est quand elle dit :
"ils considèrent qu'au vu des ravages de notre civilisation sur la nature, nos critiques occidentales sont malvenues. Ce n’est pas eux qui mettent les espèces marines en péril, loin s’en faut."

Oui, ce n'est pas cela qui va changer l'avenir des océans mais c'est une pierre à l'édifice de ce changement.
Oui, l'Europe n'a pas été et n'est pas toujours vertueuse dans ses actes mais ces erreurs du passé ne doivent pas être pointées du doigt afin de ne pas se remettre en question. On a notre histoire avec nos erreurs et eux la leur. Chacun d'entre nous se doit de partager l'expérience de son histoire afin qu'ensemble on aille vers un avenir plus respectueux de notre environnement et ne pas faire que les autres reproduisent les erreurs que nous avons nous-mêmes commises.

De plus, je tiens à rappeler que les îles Féroé dépendent du Danemark et ce dernier a signé un traité interdisant le massacre des baleines. Hors il ne le fait pas respecter sur son territoire en laissant massacrer des espèces protégées. (Le dauphin globicéphale - comme dix autres espèces de delphinidés - est pourtant strictement protégé par les conventions internationales de Berne (1979) et de Bonn (1979) ).

C'est là où je rejoins l'indignation des activistes qui œuvrent pour empêcher ce massacre. Un traité a été signé et ne pas le respectern c'est se mettre hors-la-loi. Le Danemark (et les îles Féroé) se doit de le respecter ou bien doit être sanctionné.

Il faut savoir que si le Danemark ferme les yeux sur ce massacre c'est uniquement pour apaiser des mouvements indépendantistes et pour des raisons financières. Les îles Féroé ont des tendances à vouloir leur indépendance mais possèdent des zones pétrolières et de pêche très intéressantes pour le Danemark. C'est encore un exemple ou la tradition sert de prétexte pour cacher des ambitions pécuniaires. http://www.sudouest.fr/2015...

Il faut savoir accompagner, partager, mais également sanctionner, quand les engagements pris ne sont pas respectés. Par souci de tempérance, les dauphins sont sacrifiés en attendant que les choses changent.

Je finirai ce post par deux belles citations positives afin d'adoucir mes propos:

  • "Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d'aller de l'avant"
    Paulo Coelho

  • "Il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien".
    Abbé Pierre

1

2
2015-08-09 15:11:31 +0200

Le Danemark n'a pas compétence pour intervenir car les îles Féroé sont une province autonome depuis 1948 ; leur gouvernement leur est propre et a compétence dans toutes les affaires à l'exception de la Défense.

2

2
2015-08-09 15:56:06 +0200

Comme explicitement spécifié dans les deux traités de Rome, les îles Féroé ne font pas partie de l'Union européenne.
Le Parlement est composé de 33 membres.
Le gouvernement possède le pouvoir exécutif dans les affaires locales. Son chef est l'équivalent d'un premier ministre.

2

3
2015-08-09 16:09:52 +0200

RAPPEL
Convention de Berne (1979)
Européenne, cette Convention a pour objet d’assurer la conservation de la flore et de la faune sauvages et de leurs habitats naturels.

Convention de Bonn (1979)
Cette Convention sur les espèces migratrices (CMS) est un traité intergouvernemental,

Indépendantes juridiquement, même si le Danemark a signé les conventions de Bonn et de Berne, les Féroé ne sont pas liées.

3

1
2015-08-09 20:22:38 +0200

Merci de ces précisions qui me permettent de m'éclairer plus précisément sur le sujet.

1

À propos de l'auteur

Bonjour. Né en 1972,à une époque où beaucoup de concepts que l'on croit modernes existaient déjà*,je suis devenu éco-conscient spontanément,peu à peu. Parallèlement à mon métier (médecin généraliste),je pratique la botanique amateur, l'ornithologie et l'entomologie amateur (de loin). Je fais des sorties, assiste à des conférences, et le savoir emmagasiné peu à peu est renforcé par des lectures....

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 53216
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 21621
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 38334
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1927
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 2663
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 10896

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy