POPULARITÉ
1562

Les ventes de pesticides repartent à la hausse

Éditer
Publié dans
le 13.01.20
20457952762_9660ca1bb7_o

Après un an d’attente, les chiffres 2017-2018 sur l’évolution de la consommation des pesticides de l’agriculture française viennent enfin d’être rendus publics. Selon l'indicateur Nodu (nombre de doses unité) du comité d'orientation stratégique et de suivi du plan Ecophyto II+, le recours aux pesticides à usages agricoles a progressé de 24% entre 2017 et 2018.

Une telle hausse n’avait jamais été enregistrée depuis la mise en place de cet indicateur, en 2008, dans le cadre du premier plan Ecophyto. Instauré à l’issue du Grenelle de l’environnement, il devait permettre de réduire de moitié l’usage des pesticides en France en dix ans. L’objectif n’a pas été atteint, ni même approché : loin d’avoir baissé, l’usage des pesticides en France a, au total, grimpé de 25 % au cours de la dernière décennie. Malgré deux nouveaux plans (Ecophyto II en 2015, puis Ecophyto II + en 2019), la cible intermédiaire d’une baisse de 25 % en 2020 devrait être ratée. Et celle de 50 %, malgré son report à 2025, semble toujours hors de portée.

Le glyphosate représente 11% des ventes

Tous usages confondus, 85.876 tonnes de pesticides ont été vendus en 2018. Utilisé en agriculture biologique, le soufre représente 16% des ventes. De son côté, le glyphosate qui fait l'objet d'un plan de sortie en 2022, enregistre encore 11% des ventes en 2018. Soit 9.446 tonnes.
On est donc bien en phase de consommation continue de produits phytosanitaires mais avec une incertitude considérable sur les taux de progression selon les sources. Cette confusion ne doit pas durer.
Par ailleurs, il faut donner des informations précises sur les risques liés à tel ou tel produit.
La directive européenne 2009/128 instaure « un cadre d'action communautaire pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable ». L'article 15 de cette directive prévoit la mise en place d'indicateurs de risque harmonisés (HRI) au niveau communautaire (1).
Il faut le rendre accessible à tous et notamment à tous ceux qui légitimement s’inquiète de la dangerosité pour les êtres vivants de ces produits biocides.

Climat propice et effet stock

Le ministère explique cette hausse générale par la combinaison d'un facteur climatique –conditions favorables aux maladies fongiques au printemps et aux insectes pendant l'été- et d'un facteur fiscal. La hausse, en janvier 2019, de la redevance portant sur les pesticides aurait conduit à des achats anticipés fin 2018 et à un effet « stock ». Une explication également avancée par l'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP), qui affirme que les ventes de pesticides ont augmenté de 8% en 2018, à 68.000 t.

La ministre de la transition écologique Elisabeth Borne a néanmoins reconnu que « la politique menée depuis 10 ans ne produit pas les résultats attendus ».

Des zones de non-traitement pour protéger les riverains

Pris sous les critiques croisés du monde agricole et des ONG, le gouvernement fait valoir un certain nombre de mesures prises ou en voie de l’être : de l’entrée en vigueur, au 1er janvier, d’un dispositif de « zones de non-traitement » pour protéger les riverains des épandages, à la confirmation du plan de sortie du glyphosate, le pesticide le plus controversé du moment, d’ici à la fin de 2020.
Ces zones nécessitent la mise en place de concertation avec les riverains des champs, des cultures.

Mais c’est bien dans le changement négocié du modèle agricole dominant que les efforts de la puissance publique, des acteurs économiques et des ONGE doivent porter.

  • A ce stade pour notre association, il faut donc dans un premier temps clarifier les indicateurs et les sources. Quel sens donner à un indicateur global- repris par la Presse et qui aurait pour équivalent l'addition des tous les médicaments pour les humains du doliprane à l'anti-cancéreux ?
  • Deuxième élément, valider la procédure d'autorisation de mise sur le marché ? Il faut donc rendre lisibles les procédures d'autant que l'industrie chimique a chez nous une mauvaise presse, contrairement à l'Allemagne.
  • Troisième élément, le rôle de l'ANSES, indispensable au bon fonctionnement de nos débats scientifiques, doit être transparent et ses rapports avec l’EFSA doivent être clairement précisés.

(1) https://agriculture.gouv.fr/reduction-des-pesticides-les-indicateurs-de-risque-harmonises-etablis-au-niveau-europeen

Sources :
http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-utilisation-des-pesticides-a-progresse-en-2018,102331?xtor=EPR-9#
https://www.la-croix.com/Economie/France/ventes-pesticides-repartent-hausse-2020-01-09-1201070634

Commentaires

1
2020-01-13 21:58:16 +0100

Constat : l'intérêt prime sur le l'éthique, le respect de la vie .
L'intérêt rend aveugle et sourd, lâcheté et inconséquence volontaire animent les acteurs morbides d'excès criminels pour nos sociétés et la planète...
Souhaitons qu'une majorité réfléchie, consciente et responsable chez les jeunes maîtrise cette situation extrême.
Les destructions irréversibles sont incalculables et la conséquence de multiples facteurs. Un exemple: Je me souviens qu'il y a 50 ans la médecine dénonçait l'effet létal des pesticides sur les Hommes et l'environnement…personne n’a réagit, certains encore actuellement encouragent leur usage, par intérêt.
Pourquoi faut-il que l'Homme persiste consciemment dans sa démarche d'autodestruction...L'évolution technique va très vite, je constate que l'Homme est incapable mentalement de gérer dans l’urgence les outils monstrueux qu'il invente, la part qu’il faut faire entre l’intérêt économique et les dangers sur la santé, l’environnement. Ses méthodes et ses attitudes dans tous les domaines sont radicales, violentes, folles.
La VIE et la LIBERTE ne s’accordent pas avec la violence.
Nos belles sociétés occidentales sont engagées dans une période de déclin. Les générations se succèdent trop rapidement, l'expérience manque.
Mon Grand-père nait en 1853, mes parents et des proches « survivants des terribles guerres » m’on raconté Napoleon III et toute l’histoire et les catastrophes du vingtième siècle.
En 2020, les destructions engendrées par l’Homme depuis 50 ans sur la VIE et L’ENVIRONNEMENT, sont aussi dramatiques au niveau mondial que toutes les horreurs des siècles passés.
Il faut AGIR, ouvrir les yeux, être réaliste, réfléchis, tous unis par un souci de respect et de partage de la vie, savoir raison gardé et orienter l’économie et la société sur un même chemin de Liberté.

1

0
2020-01-14 05:49:23 +0100

en vous lisant jml , cela me rappelle que nous sommes les chanceux , les survivants des famines , guerres , épidémies , et sélection naturelle ...
est ce que nos enfants mais surtout nos petits enfants pourront en dire autant ???

0

0
2020-01-15 17:57:49 +0100

Ne laissons pas nos enfants penser que le monde virtuel d’internet est une base de connaissance. Sur internet on trouve une base d’informations vraies et fausses. L’information n’est qu’une petite partie de la connaissance.
La connaissance, c’est autre chose:
La CONNAISSANCE est faite d’EXPERIENCE, de REFLEXION, de VALEURS MORALES et d’information.
Aidons les à vivre l’instant avec ces valeurs et agir suivant leur synthèse.

Les actions destructrices sur la vie et l’environnement pratiquées par les loobies économiques commerciaux, industriels ou agricoles, une partie des agriculteurs, éleveurs, viticulteurs , chasseurs, particuliers dans nos sociétés sont irrémédiablement condamnables. Ceux qui ont choisi le changement incontournable vers une éthique constructive, respectueuse de la vie et de l'environnement sont portés par l'opinion publique et reconnus pour leur dignité.
Le fusil est l'arme de la lâcheté. Tout traitement de violence face à la vie et l’environnement participe à leur destruction et à celle de l’Homme entre autre.
Pour subsister l'espèce Humaine a besoin de la nature et doit partager, maîtriser et non détruire par des pratiques radicales extrêmes. La LIBERTE de vivre de l'Homme n'existe qu'en fonction de son respect de la vie et de l’environnement.

C’est pour cela qu’il est important de transmettre à nos enfants le goût d’une soif de connaissances pour qu’ils agissent avec éthique et réflexion dans ce monde réel et non vivre dans une passivité destructrice devant un monde virtuel.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 768716
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 344409
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131750
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 213849
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41457
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 286447

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy