POPULARITÉ
2505

Ne confondez plus le chat sauvage, le chat haret et le chat domestique

Éditer
Img_0660red

Le vrai chat sauvage est encore appelé chat forestier (Felis sylvestris sylvestris)
Il est très discret, très farouche et ne se laisse pas facilement observer. Il fréquente principalement les forêts feuillues, avec prédilection pour les chênaies et les forêts mélangées qui présentent une strate arbustive dense et riche en abris pour s’y cacher et s’y reproduire.

L’espèce est distincte du chat domestique (Felis sylvestris catus) `
Elle s’en différencie par plusieurs caractéristiques bien observables sur le terrain.

  • Le chat sauvage est d’abord beaucoup plus grand, et plus massif. Le mâle peut peser jusqu’à 7 kg, contre 2 ou 3 kg pour un chat domestique.
  • Le caractère le plus évident du chat sauvage est sa grosse queue touffue, rayée, noire à l’extrémité et ronde au bout. Les rayures de la queue sont d’ailleurs différentes pour chaque individu et permettent un suivi individuel dans la nature.
  • Les yeux sont jaunes et le nez est rose.

Intégralement protégé, la distribution du chat forestier couvre le centre de la France, l’Allemagne, la Wallonie, et le sud de l’Europe (Espagne, Italie et les Balkans). Il est absent de Corse.

Le chat haret, quant à lui, est un chat domestique retourné à l’état sauvage.
Lorsque des chats harets s’aventurent dans les bois, ils y croisent les chats sauvages.

Or, les croisements de chats domestiques « harets » avec les chats sauvages sont féconds et de plus en plus courants en raison du développement de l’urbanisation. Il est donc fréquent de rencontrer des hybrides dans la nature. A terme, la pureté de l’espèce « chat sauvage » est hélas sérieusement menacée.

La petite vidéo montre un chat sauvage bien caractéristique, filmé dans une Oasis Nature Humanité & Biodiversité, en Wallonie, dans le massif forestier du Plateau des Tailles.

Commentaires

3
2016-10-23 11:02:32 +0200

Sophila nous a parlé du chat domestique http://www.humanite-biodive...
Extrait de sa publication:
Un être humain enterré à Chypre il y a 9500 ans était accompagné des restes d'un chat. Ceci suggère que l'accompagnement de l'homme par le chat pourrait dater au moins du début de l'agriculture, le chat ayant le rôle de défendre les récoltes stockées contre les rongeurs. Les marins lui trouvent le même intérêt.

Les anciens égyptiens peuvent avoir domestiqué le chat il y a 6000 ans. Sous les dynasties suivantes, les chats ont été momifiés par millions.

3

Powered_by_tinkuy