POPULARITÉ
12

Petite histoire des nuisances sournoises et acceptées en milieu rural

Éditer
Publié dans
le 10.07.13
Sans-titre

Une passion est une passion, on ne sait pas toujours pourquoi l'une plutôt que l'autre. Dans mon cas, la passion des pratiques agricoles anciennes, est explicable car j'ai passé une partie de ma jeunesse dans une petite exploitation finissante, une ferme comme l'on dit chez nous.

J'ai passé énormément de temps chez mes grand-parents qui se délectaient à me raconter l'histoire de la ferme, les gens, et les anciennes pratiques. Le goût du beurre traditionnel salé, le pain cuit au bois, les confitures maison, les viandes succulentes sans hormones, les potées de légumes du potager ont gravé dans ma mémoire les dernières traces d'un terroir oublié, ignoré, n'offrant plus que quelques vergers désaffectés et quelques bâtisses, granges, étables en ruines, avec leurs charpentes confectionnées en bois local, tenons, mortaises semblant affronter un avenir incertain qui ne reculera pas.

Jusque l'immédiate après guerre, les pratiques agricoles avaient peu évolué depuis un siècle et demi, la traction chevaline commençait juste à amorcer son déclin sur les champs de petite taille, et les socs multiples des grosses charrues allaient lacérer la terre en profondeur et contribuer à la destruction des sols, ces merveilleux pourvoyeurs de vie en harmonie avec la nature.

En effet,les sols agricoles actuels, soumis à des années d'un tel traitement, ont perdu leur cohérence et ne remplissent leur rôle qu'à grand recours d'engrais minéraux, ils ne sont plus qu'un support physique presque sans vie. Mais ce n'est pas tout , la traction diesel n'est pas l'unique cause de cette évolution. Il faut savoir qu'anciennement, les exploitations agricoles modestes ou importantes étaient mixtes, elles pratiquaient l'élevage et la culture, ce qui permettait de restituer au sol un fumier pailleux riche en composants qui permettaient d'entretenir une bonne réserve d'humus et d'élément nutritifs pour les plantes dans le sol.

Le cycle pouvait continuer, car à partir de là, les champs fournissaient la nourriture adéquate pour le bétail. La scission de ces deux pôles de production a provoqué l'apparition de fermes ne disposant pas d'engrais naturels organiques qu'ils ont remplacés par des fumures minérales finalement en excès, nous en mesurons les conséquences et les industriels en ont bien profité et en profitent toujours.

D'autre part, les exploitations ne pratiquant que l'élevage ne savaient que faire des déjections bovines et des pailles ( fumiers), ce qui a amené des dépôts sauvages et des pollutions organiques et azotées dont nous comprenons ainsi l'origine et les funestes conséquences actuelles.

Enfin, les villages ruraux comportaient encore une grande biodiversité et les exploitations étaient de petites tailles, les champs de petites tailles eux aussi étaient cerclés de haies et de bosquets, ce qui permettaient la reproduction du Muscardin aujourd'hui très rare, mais surtout une agressivité beaucoup moindre des parasites et ravageurs des cultures dans les champs qui s'approchaient beaucoup plus de l'écosystème naturel qu'aujourd'hui ; là encore l'industrie phytopharmaceutique en a bien profité puisque le recours aux pesticides était devenu presque indispensable.

Dans la foulée, les variétés agricoles ont été sélectionnées et créées dans le but de répondre de manière optimale aux engrais, ce qui a généré des productions d'une composition biochimique très discutable au point de vue de l'équilibre nutritionnel.

Le recours aux hormones pour l'élevage du bétail a d'abord été discret et méconnu, mais certaines races de bovins ont été sélectionnées pour produire une quantité de viande totalement anormale surtout en cas d'utilisation de ces hormones, les animaux d'élevage sont devenus des monstres.

Ne nous faisons pas d'illusion les hormones sont interdites mais le savoir qui a été acquis par leur utilisation est toujours exploité, indirectement chez nous, mais surtout dans certains pays hors CEE. A nouveau ces viandes ne présentent que peu de risque au niveau toxicité....encore que ..... mais sont totalement anémiées au point de vue nutritionnel ! , c'est d'ailleurs un peu le cas du fameux Blanc-Bleu belge ! mais surtout des élevages outre atlantique.

Beaucoup d'autres informations sont à mettre à disposition du grand public, mais en tout cas lorsque l'on comprend cet historique, on comprend aussi la nécessité d'une vraie transition écologique.

      

 

Commentaires

0
2013-07-11 11:44:10 +0200

Dans ma jeunesse, on craignait une grande famine en Asie...
La Révolution verte a sans doute contribué à augmenter les rendements et à l'empêcher...
Mais il y a des conséquences négatives et ce passage que vous décrivez de l'agriculture traditionnelle à une agriculture industrielle. Mes grands-parents maternels,eux aussi paysans au Bois Chaban ( Saint-Médard - Belgique) puis fermiers en France, ont dû quitter le monde paysan faute de moyens financiers pour s'adapter.
Une révolution doublement verte est en construction ... Espérons !

0

0
2013-07-11 12:54:20 +0200

Vous avez raison, je ne suis pas utopiste, cette révolution a généré des savoirs et des pratiques bonnes à prendre. Mais il y a indubitablement excès, il n'est pas nécessaire d'en détailler les conséquences, sans changements "raisonnés", c'est une catastrophe qui pointe à l'horizon. Il faut remettre au goût du jour un certain nombre de principes des anciens paysans, ceux-ci sont d'ailleurs scientifiquement justifiés - Merci pour votre commentaire, au vu de votre origine vous avez sûrement très bien compris ce que j'ai ressenti en écrivant ces quelques lignes.

0

À propos de l'auteur

Ingénieur et biologiste, de tous les combats pour notre environnement et les peuples autochtones qui sont un réservoir de richesses pratiques et au niveau de la mémoire collective. De racines paysannes, je porte un grand intérêt aux pratiques agricoles vénérables du XIXème à la première moitié du XXème siècle ainsi qu'à la ruralité en général

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 116
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 161
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 162
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 189
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 15
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 16

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy