POPULARITÉ
780

Politique et économie dans la perspective d’une planète inhospitalière

Éditer
Publié dans
le 13.09.18
Boris_semeniako

"Le professeur Claude Henry, Sciences Po Paris et Columbia University, président du Conseil Scientifique de l’IDDRI, (septembre 2018), nous a aimablement communiqué le texte qu'il a proposé au journal Le Monde et qui a fait l'objet d'une tribune le 7 septembre dans ce journal".


Année après année on espère voir s’amorcer une décroissance des émissions de gaz à effet de serre, CO2 en particulier ; année après année, l’espoir est déçu.
A ce rythme, il y aura dans moins de 25 ans une telle accumulation de ces gaz dans la haute atmosphère que la température moyenne de la terre sera supérieure de plus de 2°C à ce qu’elle était avant la révolution industrielle, et l’humanité sera confrontée aux désordres majeurs attendus du franchissement de ce seuil. Comme elle n’aura entretemps pas cessé de gaspiller le capital naturel (diversité biologique, eau douce, air, sol fertile), dont elle devrait au contraire préserver l’héritage pour des générations à venir plus nombreuses, elle se trouvera complètement désarmée face à un chaos généralisé alimenté par

  • des évènements météorologiques extrêmes et à répétition, lesquels saperont la santé des hommes, l’activité économique et la cohésion sociale. Comment vivre avec des températures entre 45 et 55°, hypothèse réaliste selon Jean Jouzel? ou sous la menace d’inondations toujours plus fréquentes à l’intérieur des terres et de niveaux toujours plus élevés de la mer sur les côtes ?
  • l’enracinement de maladies jusqu’à présent cantonnées aux pays tropicaux, et sans doute aussi de maladies inconnues aujourd’hui.
  • l’effondrement de l’agriculture du fait de températures trop élevées, de pénuries d’eau, de la déstructuration des sols et de la destruction de la biodiversité biologique, consécutives à ses propres excès.

Enfin, et peut-être surtout, que restera-t-il de la démocratie, du droit et même de tout sentiment moral, lorsqu’il aura fallu choisir entre accepter que l’Europe soit submergée par des dizaines de millions de migrants fuyant des situations encore plus désespérées en Afrique ou en Asie, ou accepter d’utiliser pour les repousser tous les moyens disponibles ?

«Vanité des vanités, tout est vanité. Quel profit a l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil?» (Ecclésiaste 2:3).
Face aux perspectives d’effondrement auxquelles nous sommes confrontés, les demi-mesures - ce sont plutôt des dixièmes de mesure - dont on s’est contenté jusqu’à présent ne constituent pas une réponse rationnelle. Ce que font ceux qui aujourd’hui ont du pouvoir, politique ou économique, ne contribue guère à nous écarter de la trajectoire qui mène au désastre, quand cela ne nous y pousse pas.

De réponses rationnelles il n’y en a que deux; le reste est mirage.

Lire le fichier joint pour les connaître !

Commentaires

0
2018-09-13 16:45:33 +0200

Les personnes réellement pensantes et intelligentes ne sont pas représentées. Leur conscience est rejetée. A quand un réveil de la conscience? Pas avec notre système économique aujourd'hui !
Mais on peut lutter et devenir forts en rejetant cette économie assassine.

0

2
2018-09-13 18:43:03 +0200

Les réponses sont là, dans ce fichier joint. Il y a des humains merveilleux, Il y en a toujours eu. Merci, merci au Professeur Claude Henry et à et toute son équipe pour cette publication. Merci également à H&B de nous en informer!

2

0
2018-09-13 23:50:33 +0200

À mon sens, il n'y a qu'une solution.
Stopper l'utilisation du pétrole et des énergies fossiles.
De là découleront les autres : un autre modèle agricole sans engrais et sans pesticides, des transports sans émissions de CO2, ETC...

0

0
2018-09-14 10:15:57 +0200

Je voulais dire que les consciences éveillées du monde intellectuel, ne sont pas représentées dans notre système économique et politique actuel. Dommage, cela changerait tellement de choses...

0

0
2018-09-15 09:04:33 +0200

Combattre avec des mots contre les pouvoirs , peine perdue , alors qu'eux même font leur politique avec des mots qui arrivant à convaincre .. C'est quoi le pouvoir si ce n'est accordé du poids aux mots ..Là on s'aperçoit dans un cas(politique) que les mots sans valeurs remplis d'illusions , miroir aux alouettes fonctionnent agissent sur l'esprit car ils cachent une idée du profit , et que les mots du second cas ( luter pour le devenir ) , renfermant la vérité , le réel , le palpable mais n'ayant pas l'attrait du profit (argent ) ne passent pas alors que paradoxalement le vrai profit c'est celui qui fait que l'ensemble en tire un bénéfice personnel de bien être et de longévité sur une Terre sauvegardée .

0

0
2018-10-01 17:14:46 +0200

émissions de CO2 en europe depuis 1990 : +10% - les SUV en question...
https://www.franceinter.fr/...

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 773171
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 308284
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 128724
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222280
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43837
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 271575

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy