POPULARITÉ
62

Protection du Mérou en Guyane. Surtout pas de vague !

Éditer
Publié dans
le 28.09.14
Affiche_merou_ok

Réaction de Maiouri Nature Guyane suite à la conférence de restitution publique du 19 sept. 2014, de travaux issus de quatre années de recherche sur le Mérou géant.

En 2009 déjà, l'Association Maiouri Nature avait alerté les pouvoirs publics sur l'urgence de protéger efficacement le mérou géant (Epinephelus itajara) comme l'ont fait nos voisins brésiliens et états-uniens.

A l’époque, la DIREN (futur DEAL) nous avait alors rassurés : un budget d’étude conséquent serait débloqué et à son issue des mesures concrètes et efficaces seraient prises.

Aussi, en cette rentrée 2014, l’équipe de Maiouri Nature fut particulièrement attentive à l'annonce d'une restitution publique de 4 années d’étude sur le mérou, d'autant que le communiqué de presse faisait état de « propositions de gestion de l’espèce pour son maintien à long terme ».
...malheureusement, à ce titre, la conférence de restitution fut d’une affligeante déception...!

Après un reportage mondain mettant en valeur la convivialité des armateurs et amateurs de pêche au gros ainsi que celle d’un restaurateur vantant les vertus culinaires du goliath guyanais, quelques données essentielles furent brièvement énoncées :

- En Guyane, 200 navires de pêche produisent 2500 tonnes de poissons par 30 espèces commercialisées.
Le mérou débarqué représente moins de 2% de ce tonnage.
- Il est péché par 4 à 5 navires qui capturent 80% des 33 tonnes (chiffres IFREMER).
- Le mérou avait perdu 95% de ses effectifs mondiaux vers 1990. En Guyane, les plus maigres captures furent atteintes en 1995 et depuis seulement 2006, on semble envisager une hausse probable des effectifs, en grande partie grâce à la protection intégrale de l'espèce au Brésil, voisin !
- Malgré tout, la Guyane Française reste un des rares secteurs à permettre à tout un chacun ( plaisanciers comme professionnels) de capturer l’espèce classée par l'IUCN «en danger critique d’extinction».

Quid des propositions de gestion durable ?
Aucune ! le sujet ne fut même pas évoqué lors du power-point technique qui suivit.
Quid du principe fondamental du développement durable qui consiste à « Penser global et agir local » ?
Le seul fait que l’espèce soit en voie d'extinction chez nos voisins, voire même à l’autre bout du monde, devrait nous obliger rationnellement à réclamer l’arrêt total de tout prélèvement local, n’en déplaise à quelques intérêts particuliers.

Pendant ce temps, nos voisins brésiliens ont obtenu de leur Ministère de la Pêche l'adoption en 2002 d'un premier moratoire de 5ans. Moratoire appliqué sur plus de 7500 km de leur littoral. Ce décret fut renouvelé pour 5 ans en 2007 et à nouveau pour 3 ans en 2012. D'ores et déjà, l’équipe de «Projeto Meros do Brazil» a déposé un rapport afin de prolonger la prochaine échéance fixée à septembre 2015. L'interdiction de pêcher le mérou s’adresse à tous les citoyens brésiliens qu’ils soient pêcheurs amateurs ou l’un des 100 000 propriétaires de bateaux de pêche) du pays !

Puisse cette courageuse et responsable initiative éclairer l’Etat français pour en faire de même sur nos 350 km de côte et concernant moins de 2% de la production annuelle et quatre à cinq navires de pêche spécialisés dans la capture des mérous !!

Maiouri Nature Guyane demande l'instauration d'un moratoire de 5 ans sur la pêche au mérou en Guyane.
...Lire la suite sur ce lien
https://sites.google.com/site/maiourinature/actualites-2011/Reaction%20MNG_merouOK.pdf?attredirects=0&d=1

Commentaires

1
2014-09-28 09:44:05 +0200

Précisions:
Cette espèce, exploitée en Guyane, est protégée au Brésil et aussi en Floride.
Les travaux de recherche (menés par Céline Artero, doctorante à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, sur la « biologie et l’écologie du mérou géant en Guyane française » à l’Université Antilles-Guyane en collaboration avec l’Université de Floride) ont bénéficié du soutien de l’Association des Pêcheurs Plaisanciers de Guyane et de l’équipe de la Réserve de l’Ile du Grand Connétable pour la collecte des données, et de l’IFREMER.

1

À propos de l'auteur

Maïouri Nature Guyane s'attache à intervenir en fonction de ses moyens humains et financiers sur les atteintes à notre environnement et à la santé publique qui nécessitent une action ou une réaction urgente (enquête publique, pollution ponctuelle, atteinte directe au patrimoine faunistique et floristique...). Ses préoccupations sont surtout dirigées vers la limitation de la libéralisation ...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 11
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 4005
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 11
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 11
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 11
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 4274

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy