POPULARITÉ
383

Quand les plantes avalent la pollution

Éditer
Publié dans
le 13.08.13
3046845_cb74cb98-02ce-11e3-bc27-00151780182c_640x280

Une technique inédite de dépollution des sols vient d’être lancée au cœur d’une commune de l’Oise. 

On connaissait déjà toute l’importance des plantes pour conserver un air de bonne qualité, mais elles sont également très douées pour assainir les sols. Les recherches en phytotechnologie ont montré que certaines espèces végétales pouvaient aider à débarrasser les terrains de polluants tels que les métaux utilisés dans la plupart des industries.

C’est tout l’enjeu de l’expérimentation qui a débuté à Montataire, dans l’Oise, au rond-point des Forges. Profitant de la rénovation de ce carrefour situé au cœur d’un quartier qui accueillait autrefois de nombreuses industries, la communauté de l’agglomération creilloise et l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) ont lancé ensemble une expérience inédite en France.

« Pendant quatre ans, nous allons tester deux techniques sur deux parcelles distinctes, explique Rodolphe Gaucher, responsable de l’unité technologies et procédés propres et durables de l’Ineris. Sur 300 m2, sur une voie nouvelle, de la phytostabilisation, à savoir des plantes capables de contenir et fixer les polluants dans le sol. Et sur 500 m2 au niveau du rond-point, de la phytoextraction, des espèces pouvant absorber les polluants dans leur feuillage. »

Une solution peu coûteuse

La phytostabilisation a déjà été testée avec succès par l’Ineris. C’est surtout le volet extraction, testé en conditions réelles en pleine ville, qui intéresse les chercheurs. Pour l’instant, seuls des saules des vanniers ont été plantés sur la parcelle. Ils seront bientôt rejoints par l’arabette de Haller, petite plante sauvage hyperaccumulatrice de métaux, sur laquelle l’Ineris travaille depuis plusieurs années et fonde de grands espoirs.

« Le problème de la phytoextraction, c’est qu’il faut compter en dizaine d’années avant de pouvoir parler de dépollution, concède Rodolphe Gaucher. Mais c’est une solution qui paraît très intéressante en milieu urbain, où il n’est pas toujours évident de lancer de vastes travaux de dépollution des terres. »

Le procédé est bien sûr entièrement naturel et la question du devenir des plantes remplies de métaux tels que le zinc ou le cadmium, présents dans le sol de Montataire, a également été envisagée. Compostage, méthanisation ou combustion de la biomasse pour produire de l’énergie sont quelques-unes des possibilités de transformation de ces plantes, une fois accomplie leur mission d’absorption des polluants.

Peu coûteuse, simple à mettre en place, la gestion des sols pollués par les plantes devrait avoir un bel avenir dans un pays comme la France où le ministère de l’Ecologie recensait 4100 sites pollués en 2012, auxquels s’ajoutent plus de 250000 lieux ayant accueilli une activité industrielle, avec donc de possibles restes de polluants dans le sous-sol.

Les méthodes classiques de dépollution des terres coûtent cher : pas moins de 470 M€ ont été dépensés, en 2010 en France pour des opérations de réhabilitation des sols. Plus douce avec les sols et l’environnement, la phytotechnologie devrait également l’être avec le porte-monnaie des collectivités locales à la recherche de solutions pour assainir leurs sous-sols.

Source :http://www.leparisien.fr/environnement/quand-les-plantes-avalent-la-pollution-12-08-2013-3047347.php

Vignette: Montataire (Oise)Rodolphe Gaucher, chercheur à l’Ineris, devant la première parcelle de saules des vanniers installée en milieu urbain. | (LP/H.S.)

Commentaires

1
2013-08-13 13:34:39 +0200

Le partage de l'information a commencé...
Exemple:
http://oise.pcf.fr/43037

1

1
2013-08-13 17:13:03 +0200

Phytostabilisation
http://www2.ademe.fr/servle...

Phytoextraction
http://www2.ademe.fr/servle...

1


À propos de l'auteur

ex-directeur de Laboratoire INRA, économiste, ex président de l'institut de recherche économique et sociale, ex membre du bureau du CNIS, négociateurs des Grenelles de l'environnement et de la mer, membre du CEDD et de la CNDP. Vice-président d’Humanité et Biodiversité.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 225675
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 171785
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 62657
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 16948
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 9381
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 202095

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy