POPULARITÉ
521

Un cerf vient de mourir...

Éditer
Publié dans
le 04.11.18
Cerf-en-decomposition-848x479

12 octobre
A 9 h 27, le grand cerf est tombé au fond d'un vallon abrupt, loin des regards et des renards. Epilogue tragique d'un ultime combat ou glissade malheureuse ? Mystère.
En tout cas, ses 123 kg de muscles sont promis à une nouvelle vie qui va peu à peu le ramener en terre. L'extinction de son système immunitaire laisse le corps sans défense. C'est rapidement l'émeute chez les bactéries et les champignons. «L'absence d'oxygène dans le corps provoque l'acidification du sang et la dégradation spontanée des tissus», précise Matthias Gosselin, spécialiste en entomologie forensique à l'Université de Mons en Belgique. A 9 h 52 déjà, une Calliphora se pose sur le cadavre. Cette mouche bleue est le plus rapide de tous les fossoyeurs. «Ce diptère pond ses œufs dans les blessures, les narines, les oreilles et toute autre cavité, là où les tissus sont mous et accessibles».

14 octobre
La carcasse gonfle sous l'effet des gaz dégagés par la putréfaction. La cadavérine et la putrescine font puer l'air à la ronde... Un parfum irrésistible pour les antennes des insectes nécrophages. Les diptères calliphoridés et sarcophagidés et les coléoptères silphidés rendent hommage à la dépouille en y pondant des milliers et des milliers d'œufs. Les funérailles peuvent commencer.
Pendant quelques mois, peut-être jusqu'au printemps si l'hiver est froid, la carcasse se liquéfie de l'intérieur. Elle rancit, coule et empeste terriblement. «Des masses d'asticots chauffent localement la charogne jusqu'à 45°C», souligne Matthias Gosselin. En plus de tous ceux qui consomment les chairs putrides, un cortège de parasites et de prédateurs s'attaquent aux larves et aux pupes de mouches. Orgie lugubre.

23 avril
? ... à lire dans l'article Mille vies après la mort

Commentaires

5
2018-11-04 15:17:54 +0100

La décomposition de la matière organique (les plantes, les animaux, les êtres vivants morts,...) en éléments directement assimilables par les plantes. (C,H,O,N,Ca, Mg,...).
Plantes qui seront mangées par des herbivores, qui eux seront consommés par les carnivores. Les uns et les autres mourront, ou seront consommés pour finalement être décomposés en éléments simples directement assimilables par les plantes, et ainsi de suite, indéfiniment.
Le cycle de la décomposition-recomposition.
La vie sur Terre, n'est en définitive, qu'un ré-arrangement perpétuel d'atomes.
Donc, quand je me décomposerai en éléments simples, directement assimilables par les plantes, mes atomes seront ré-arrangés dans une multitude d'autres vies...
"Mille vies après la mort"!
Serait-ce cela la vie éternelle ?
Et moi-même, je suis composée d'atomes issus de mille vies?
Suis-je multiple? Un peu animale, un peu végétale, un peu minérale?
Le mystère de la mort rejoint le mystère de la vie...

5

4
2018-11-04 18:21:33 +0100

ça me fait penser à cette simple phrase si connue de Lavoisier: "Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme".

4

À propos de l'auteur

La nature ... plus d'un demi-siècle que je prends une part active à sa défense. … Et depuis 1976, j'accompagne l'action de l'association devenue "Humanité et Biodiversité". J'en suis administratrice… Nelly Boutinot

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 751790
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 316020
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 133725
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 53086
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 34798
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 337894

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy