POPULARITÉ
3469

Un sujet de philosophie

Éditer
Publié dans
le 01.05.15
Platon-par-raphael_1_

Il arrive parfois que l’un des membres de l’association Humanité & Biodiversité propose une question et invite tout un chacun à y répondre.

Tous les ans, comme beaucoup d’autres, je vais voir les sujets du baccalauréat qui sont donnés à Pondichéry. Cette ville d’Inde (au sud-est) est un ancien comptoir français du XVII° et il subsiste une grande tradition culturelle française dans cette ville. Il y a, là-bas, un lycée français qui inaugure la saison du bac (l’organisation de l’année scolaire y est différente et ils sont les premiers à proposer des sujets d’examen).

Cette année, l’un des sujets de philosophie proposé aux élèves de la section « S », scientifique, est le suivant :

« Sommes-nous des citoyens du monde ? »

J’ai trouvé ce sujet particulièrement intéressant et effleurant certaines de nos préoccupations. Je vous le communique et vous laisse à vos riches réflexions personnelles.

En vignette : Platon (par Raphaël. Musée du Vatican)

Commentaires

3
2015-05-01 13:36:00 +0200

Nous disons-nous Terrien(ne)s? avec le désir d'une nouvelle alliance entre l'humanité et la biodiversité?

3

3
2015-05-01 15:05:22 +0200

Sujet fort d'actualité et bien choisi selon moi : à une époque où une mobilité croissante font de certains d'entre nous des voyageurs et des résidents de plusieurs pays du monde, la nationalité a moins de sens, mais le sentiment d'être un être humain sur une terre, la Terre, grandit. Et une conscience citoyenne à échelle planétaire devrait naître aussi, avec des préoccupations communes à tous les Terriens. Du moins je le souhaite, en citoyenne du monde, me reconnaissant sincèrement dans cette appellation.

3

3
2015-05-01 15:57:47 +0200

Qu'est-ce qu'un citoyen?
Cette notion est-elle universelle ou, au contraire, spécifique des démocraties contemporaines ayant connu des révolutions au temps des lumières? Un concept occidentalo-centré?
La perception du monde dépend de la capacité que l'on a de s'y figurer comme partie intégrante et de se représenter sa "place". Faut-il avoir la capacité de se déplacer pour se "sentir" citoyen du monde ou le réseau est-il un espace virtuel structurant une nouvelle citoyenneté?
Qu'est-ce qui fait que l'on ressent cette appartenance? …

3

6
2015-05-02 10:19:43 +0200

Citoyen mondial pour la prise de conscience et acteur local pour les solutions!

6

1
2015-05-02 12:01:05 +0200

Je ne suis pas philosophe. Selon le dictionnaire Larousse, les citoyens du temps de l'Antiquité etaient une communauté politique dont les membres, les citoyens, s'administraient eux-même. A l'epoque, pas d'internet ou de télévision, on peut donc raisonnablement penser que le périmètre de telles activités etait limité par la "cité" (dans le sens la ville, l'agglomeration) voire la région? Or le monde a evolué vers la conscience de notre interdependance planétaire mais aussi de notre finitude et des limites de cette planète (ressources, resilience, régulation...). Faut il donc etre citoyen du monde? faut il developper une gouvernance planétaire? Seulement si on reprend la definition antique, les citoyens s'administrant eux- mêmes. Donc pas de chef (des citoyens /d'état), pas de gouvernance pyramidale, pas d'oligarchie (Est-ce exact?). La democratie basée sur l'individu. J'ai lu récemment sur l'agedefaire.org l'aventure d'un village dans la Drome ou bien qu'il y ait officiellement un maire, ils ont mis en place une gestion collaborative circulaire, bref, de l'autogestion.. .très intéressant. Seulement, faisable au niveau d'un village, que faudrait il mettre en place pour que ce le soit au niveau d'un pays (ou plus grand monde ne vote!), voire de la planète? Des arènes pour débattre (on en a plein sur internet, mais de la a en faire un organe de gouvernance!)? des modes de vote ou de consultation? effectivement il est difficile d'imaginer un Français donner son opinion sur une décision en Inde sans bien connaître le contexte, etc... Ou alors ne faire que du local, tout en ayant acces aux savoirs globaux... comme le dit benoitfilhol, penser global, agir local?

1

1
2015-05-02 12:27:24 +0200

Nous ne sommes pas tous, malheureusement, citoyens du monde dans l'action. Nous n'avons pas besoin de frontières. Quelle que soit la communauté à laquelle nous appartenons (ou pas), quelle que soit notre couleur de peau, quelles que soient nos différences... se sentir citoyen du monde c'est aimer son voisin proche ou lointain, c'est être tolérant et respectueux, c'est accepter la différence.

1

2
2015-05-02 12:42:59 +0200

Simone, l'intérêt d'un tel sujet ne réside t-il pas en partie dans le questionnement de cette expression aujourd'hui courante et galvaudée de "citoyen du monde "? Si l'expression est ainsi passée dans le langage courant, voire populaire, ne vaut-il pas mieux contribuer à remotiver son sens, contrant ainsi celui que lui donnerait la mondialisation uniformisante ? N'oubliant pas que la langue fait de l'étymologie ce qu'elle veut, qu'un ministre est un serviteur avant tout, par exemple, etc....
Ainsi, si métaphoriquement l'on considérait la planète comme une cité, que serait alors un citoyen du monde ? C'est ainsi que je lirais la question....car à l'opposé de la globalisation, existe aussi une conscience collective planétaire qui oeuvre pour la diversité....nous écrivons ici pour cela, ce me semble...
Cela dit, merci à vous de partager vos connaissances et votre expertise, cela est essentiel et fort apprécié.

2

2
2015-05-02 14:22:16 +0200

La seule diversité qui existe est la biodiversité dites-vous....n'existe-t-il pas aussi une diversité de modes de pensées véhiculée par une diversité linguistique, par exemple ?
Tout ce que vous dites est juste, et vous avez particulièrement raison lorsque vous évoquez la méconnaissance croissante qu'ont les gens de leur langue maternelle, c'est une réalité préoccupante sur laquelle je travaille dans le cadre de mes recherches en sciences de l'éducation.
Il me semble que nous ne pouvons cependant pas nier que les possibilités de communication permises par Internet aujourd'hui, arrivant parfois avant l'eau courante et l'électricité dans certains coins du monde, donnent un nouveau visage à la Terre et permettent des interactions jusqu'alors impossibles. Il m'apparaît essentiel de vivre avec son temps (désolée pour ce lieu commun) et de ne pas nier cette goutte d'eau qui inexorablement inondera la planète entière. Je pense, au contraire, à l'instar de ce que nous faisons là, qu'il faut y faire entendre sa voix, et l'utiliser comme un outil d'intelligence au service de la Nature. La cité-monde n'est pas impossible, elle existe déjà virtuellement, nous nous y exprimons ici. Et vous ne nierez pas le pouvoir de la pensée lorsqu'elle est ainsi déployée dans le monde entier.
Et oui à un retour aux racines, oui à une croissance humaine, oui à des déplacement conscients, intelligents et limités, oui à l'économie comme loi du foyer.

2

2
2015-05-02 17:36:18 +0200

Sujet intéressant.
Etre citoyen du Monde?
Un pays en crise, tenté par le repli sur soi ( je parle de la France ), le premier ministre indien qui est un nationaliste convaincu, n’ouvrent guère à une réponse positive.
On peut certes dans une composition s'abstraire du contexte et construire des règles qui pourraient valider la notion de citoyen du monde.
Première règle : Considérer le Monde comme notre horizon de vie et en conséquence analyser nos actions au niveau de leur impact mondial.
Plusieurs sujets peuvent se prêter à l'exercice. Le dérèglement climatique est un bon champ d'action mondial, nos consommations, alimentaires, énergétiques, nos formes de mobilité concourent à nous situer en tant que citoyen de la planète. L'action quotidienne a des impacts, faibles parfois, sur l'état de la Terre.
Sur la biodiversité, c'est plus compliqué, car agir pour la préservation d'une zone humide à Sivens n'influence guère la biodiversité mondiale..sauf comme action exemplaire.
Si on prend la distribution des richesses, seuls les dons à des organisations humanitaires nous ouvrent la porte du Monde. La lutte contre la pauvreté au Népal passe par des engagements humanitaires, nous agissons par délégation sauf pour les personnels directement impliqués sur le terrain.
Si les transactions financières étaient imposées, même à un faible taux, on irait dans le bon sens.
Si j'approuvais l'ONU dans ces actions, je commencerais à être citoyen du Monde...par délégation.
L’exercice est donc difficile et je plaiderai pour la modestie en me déclarant citoyen européen. Ce qui signifierait une politique migratoire ouverte et répartie de manière équilibrée. La question finale que je me pose, est celle de savoir si en soutenant des actions positives pour notre planète, je peux me considérer citoyen du Monde?
Ma générosité peut être universelle, fonction de mes ressources, mais mon univers d'action est la nation.
Pour être un citoyen du Monde il me faudrait construire, seul ou avec d'autres des valeurs fortes de solidarité, d'égalité, de liberté, l'ensemble étant sous contrainte nationale.

Le sujet invite donc à essayer de construire une nouvelle utopie pacifiste dans un monde soumis à la violence sans pitié. Notre espace d'intervention est donc limité, parfois récupérable par des acteurs sans scrupule. Mais l'enjeu vaut la peine d'être examiné.

2

1
2015-05-02 18:40:59 +0200

Il existe des textes qui, bien sûr, sont des textes et non des actes, mais peuvent porter les actes des citoyens sur une échelle mondiale: la Déclaration universelle des droits de l'homme, les 20 objectifs d'Aïchi de la Convention sur la Diversité Biologique.
Ce n'est surement pas la panacée, mais à chaque fois qu'au niveau de la nation, du groupe, de l'individu, nous allons dans le sens de ces principes, il me semble que nous devenons un peu les citoyens du monde.

1

À propos de l'auteur

J'enseigne les lettres et la philosophie à paris. Je suis provincial d'origine et je le reste dans l'âme. Je crois profondément à la diversité, la biodiversité qui fait toute la richesse de la nature, mais aussi la diversité culturelle et humaine. Il n'y a que les jumeaux homozygotes qui se ressemblent totalement. Chaque être humain a sa particularité et doit l'épanouir dans un monde qui tend ...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 5816
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 6385
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 99
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 53
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 52
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 114

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy