POPULARITÉ
1391

Une première étape est franchie : un sursis a été obtenu pour le lac de Montbrun-Lauragais

Éditer
Publié dans
le 13.12.16
Dsc07140_(1024x768)

Vous aviez été alertés du risque de destruction du lac de Montbrun-Lauragais.

Lundi 12 décembre a eu lieu la réunion que nous avions demandée avec le Secrétaire Général de la Préfecture de la Haute-Garonne, les propriétaires du lac, la DDT (Direction Départementale des Territoires), la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et la Chambre d'Agriculture.
Cette réunion a été constructive.
Les arguments que nous avions avancés pour contester la nécessité de supprimer le lac ont enfin été entendus : nous avons obtenu un sursis, et les travaux qui devaient commencer cet hiver sont différés pour prendre le temps, comme nous le demandions, de réfléchir à des solutions alternatives. Car tout le monde (ou presque) est maintenant conscient que la destruction de ce lac serait une décision irréversible et la plus mauvaise des solutions.

Dés maintenant, le niveau du lac sera, si nécessaire, abaissé, selon les critères fixés par la DREAL, pour garantir qu'aucun problème de sécurité ne se pose, même en cas de crue centennale ! Ceci permettra de prendre le temps d'étudier quels sont les travaux réellement nécessaires sur la digue, quel rôle peut jouer ce lac pour l’environnement, le maintien d'une zone humide, l'activité agricole ou maraîchère, la découverte de la nature…et comment peut évoluer son statut. Tous les partenaires (la commune, la communauté d'agglomération, la chambre d'agriculture, le conseil départemental,...) seront sollicités pour s'impliquer dans cette recherche de solutions.

Ceci a été obtenu en prenant de la hauteur et en replaçant la problématique du lac de Montbrun-Lauragais dans la question plus générale de la gestion de l'eau sur l'ensemble du bassin Hers Mort-Girou. Nous avons pu faire naître une vraie réflexion sur la notion de continuité écologique, sur la possibilité (ou non) de restaurer une biodiversité perdue, et Humanité et Biodiversité y a apporté sa contribution.

C'est grâce à la pétition et aux débats engagés, y compris sur ce site, que nous avons obtenu cette prise de conscience, mais ce n'est qu'un sursis. Entre le site change.org et les signatures sur papier, nous en sommes à plus de 3700 signatures.
Il faut maintenant continuer, proposer et construire des solutions concrètes pour sauver définitivement le lac de Montbrun-Lauragais.
C'est avec plaisir que je recevrai vos contributions ci-dessous.

Commentaires

4
2016-12-13 17:34:03 +0100

En attendant des idées pour trouver des vocations à ce lac... existe déjà, pour tout paysage aquatique, celle d'inspirer les poètes
"Que c’est une chose charmante
De voir cet étang gracieux
Où, comme en un lit précieux,
L’onde est toujours calme et dormante !
..."
Jean Racine, Lettre à Mademoiselle Vitart

4

4
2016-12-13 18:05:19 +0100

Dans ce lac y-a-t-il des poisons ou des écrevisses ? Des oiseaux tels que les hérons, aigrettes etc. Se sont-ils appropriés les lieux ? Des biches, cerfs ou chevreuils viennent-ils s'y abreuver ? Autant de raisons pour que vive ce lac miroir de toutes vies.

4

4
2016-12-13 22:46:38 +0100

Bonsoir,
Il n'y a pas de poissons autochtones puisqu'il est alimenté par des ruisseaux à sec en été. Par contre, il est empoissonné par une association de pêche avec les poissons classiques de ce type d'étendues d'eau (brochets, sandres, carpes,...).
j'y vois régulièrement un héron cendré mais je ne sais pas s'il niche. Des canards sauvages s'y arrêtent en automne. Il y a dans les bois et champs autour des sangliers et des chevreuils. Pour la flore et la faune (petits mammifères, reptiles, insectes notamment), il faudrait faire un inventaire,

4

3
2016-12-14 08:48:05 +0100

Un héron visite le lac... sans doute un héron cendré. Cette espèce niche en colonie par exemple dans une futaie et la héronnière ne passerait pas inaperçue.
Il est présent sur les étangs de ma ville: http://www.humanite-biodive...

3

2
2016-12-14 15:14:24 +0100

Bonjour,
Tout d'abord MERCI à toutes celles et ceux qui nous ont aidés à faire avancer la démocratie, j'ose ce mot.
Il y a bien un héron cendré qui joue à cache cache et est présent l'hiver. Je le vois très souvent en me baladant autour de ce lac. Il y a aussi toute une petite faune: libellules, agrions, grenouilles. C'est aussi un lieu de reproduction pour les crapauds, salamandres et régulièrement des oiseaux s'arrêtent quelques jours lors de leur migration (huppes). Les écrevisses sont hélas des écrevisses américaines mais il y a des moules d'eau. Il y a les chevreuils,les sangliers. La flore est la flore typique, à quelques échappées de jardin près, de notre flore locale, certes rien d’extraordinaire mais c'est justement l'ordinaire qui meurt sous nos yeux.
Je vous enverrai des photos que j'ai faites au cours des ans ( lorsque je les aurai classées).

Maintenant aux citoyens de se retrousser les manches avec l'aide de toutes les bonnes volontés pour que ce lac devienne un bien commun au service de la nature et des humains.

2

2
2016-12-15 12:25:14 +0100

Il est Très intéressant de s'appuyer sur cette super biodiversité elle est d'un grand intérêt pour votre commune et un acte de défense de l'environnement .

2

1
2016-12-15 17:41:25 +0100

La culture maraîchère a été évoquée.
Lu sur le site de l'Irstea, "Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture.":un article concernant Gestion de l'eau et production d'énergie durable :l'agri-voltaisme:
"À l’heure où l’on constate en France un net recul de la surface des terres agricoles (51 % de la surface du territoire en 2012 – source MEDDE 2014, - contre 70 % encore en 1950), Irstea s’intéresse à l’optimisation de l’irrigation et de la production végétale sous panneaux solaires.
Le système agrivoltaïque mis en place à Irstea Montpellier avec l’Inra et Sun’R associe sur une même surface des cultures au sol (laitues, haricots, concombres, blés dur et vignes) et des panneaux solaires maintenus en hauteur à 4,5 m du sol par une structure porteuse en bois ouverte, permettant la culture mécanisée. Au-delà de la réponse au défi énergétique que ce système représente, Irstea s’est intéressé plus particulièrement durant plus de 2 ans à l’ombrage des parcelles.
..."

1

1
2017-01-01 20:09:35 +0100

Je profite de cette nouvelle année pour vous remercier pour votre mobilisation pour sauver le lac de Montbrun et vous souhaiter une bonne année. Nous avons obtenu un sursis, que 2017 soit l'année de la renaissance du lac autour de projets innovants. Nous vous tiendrons au courant des avancées du dossier. Vous pouvez toujours partager vos idées sur sauvonslelac@montbrun-laura....

1

À propos de l'auteur

Directeur de recherches (retraité) de l'INRA en génétique animale, je suis le maire de Montbrun-Lauragais, commune de 600 habitants en Haute Garonne, également vice-président de la communauté d'agglomération du Sicoval /Sud est toulousain, délégué à la politique de transition écologique. Dans ces deux fonctions je suis particulièrement investi dans des actions de développement durable.

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 1
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 540
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 1
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 1399
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 1
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 6

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy