POPULARITÉ
5122

Des centaines de millions d'hectares de terres menacés de dégradation ...

Éditer
Publié dans
le 28.01.14
Viewimage.aspx

Rapport de l'ONU

Jusqu’à 849 millions d’hectares de terres naturelles – quasiment la superficie du Brésil – seront sans doute dégradés d’ici à 2050 si la tendance actuelle à leur utilisation non durable se poursuit, met en garde un rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

La nécessité de nourrir une population grandissante au niveau planétaire conduit à la destruction de toujours plus de savanes, prairies et forêts mondiales pour les convertir en terres agricoles.

La dégradation de l’environnement et la perte de biodiversité massives qui en résultent touchent, selon les estimations, 23 % des sols mondiaux. 

Au niveau mondial, plus de 30 % des terres émergées sont actuellement utilisées pour l’agriculture, 10 % étant mises en culture. 

Entre 1961 et 2007, les terres cultivées ont progressé de 11 % et cette progression se poursuit. 

Le rapport, intitulé « Assessing Global Land Use: Balancing Consumption with Sustainable Supply », a été établi par le Groupe d’experts international sur la gestion durable des ressources, consortium de 27 scientifiques de renommée internationale, de 33 administrations nationales et d’autres groupes, abrité par le PNUE.

Le Secrétaire général adjoint de l’ONU et Directeur exécutif du PNUE, M. Achim Steiner, a indiqué, « Au cours des 50 dernières années, le monde a été le théâtre d’un recul d’une ampleur sans précédent des services et fonctions des écosystèmes terrestres. Des forêts et des zones humides ont été converties en terres agricoles pour nourrir une population de plus en plus nombreuse ».

« Conscients du fait que la terre est une ressource finie, nous devons faire preuve d’une plus grande efficacité dans la production, la fourniture et la consommation des produits issus de la terre. Nous devons être en mesure de définir et de respecter les frontières planétaires à l’intérieur desquelles le monde peut fonctionner en toute sécurité pour sauver des millions d’hectares d’ici à 2050 », a-t-il souligné. 

« Les recommandations figurant dans le rapport visent à étayer l’élaboration des politiques et à contribuer aux discussions en cours sur les objectifs et les indicateurs de gestion durable des ressources à l’heure où le monde fixe un nouveau cap pour le développement durable dans la période postérieure à 2015 », a-t-il ajouté. 

Le rapport met l’accent sur la nécessité de concilier consommation et production durable et les options pour y parvenir. 

Il s’intéresse essentiellement aux produits issus de la terre, comme le bois, les combustibles et les fibres, et décrit les méthodes devant aider les pays à déterminer si leurs niveaux de consommation dépassent les capacités d’approvisionnement durable.

Il fait également la distinction entre expansion brute et nette des terres cultivées. 

Si l’expansion nette est induite par la demande croissante de biomasse alimentaire et non alimentaire – qui progresse plus vite que les rendements –, l’expansion brute tient compte du déplacement des terres agricoles vers d’autres zones en raison des pertes dues à une grave dégradation.

Dans un scénario sans changement, l’expansion nette des terres agricoles se situera entre 120 et 500 millions d’hectares d’ici à 2050.

Le passage à des régimes plus riches en protéines dans les pays en développement et une plus grande demande de biocarburants et de biomatériaux, surtout dans les pays développés, augmentent la demande de terres.

Suite : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2758&ArticleID=10697&l=fr

Commentaires

2
2014-01-28 10:02:40 +0100

Il faudrait commencer par cesser l'extension inconsidérée des zones commerciales en périphérie des petites villes, dont les maires veulent tous rivaliser...Ikea (Avignon), La Halle aux chaussures, Joueclub, Decathlon, "galeries marchandes" et Auchan…
Dans notre région, le maire de la petite ville de Montélimar a sacrifié des hectares d'excellentes terres agricoles pour implanter une zone commerciale et ses parkings recouverts de bitume...Il veut maintenant "équilibrer l'offre commerciale" (DIXIT) entre le nord et le sud de Montéliamr en faisant réaliser une zone similaire au nord, qui occupera l'emplacement d'un actuel bois (bois de Laud) apprécié des habitants des villages du nord-est de la ville...Il est à noter que ce maire est aussi favorable à l'exploitation des gaz de schiste (les élus de la Drôme et l'Ardèche y étant en égnéral opposés) et favorable à la "croissance" sans limite raisonnable en terme d'écologie…
A DONZERE, ville de 5000 habitants située à 14 km au sud de Montélimar, un autre maire a fait aboutir un projet gigantesque de centre commercial Auchan avec galerie marchande et cinéma.
A Bollène, (à nouveau 30km au sud), les zones commerciales s'étendent sur des kilomètres. Entre les deux se situe aussi Pierrelatte...

2

3
2014-01-28 10:10:04 +0100

Humanité & Biodiversité
- publie régulièrement sur ce sujet de l' artificialisation des sols: exemple
http://www.humanite-biodive...
- et surtout défend ce dossier auprès des décideurs. Et cela demande beaucoup de travail d'élaboration et de présentation.

3

2
2014-01-28 10:28:24 +0100

Les gens n'ont toujours pas de grand pouvoir d'achat et il y a toujours plus de zones commerciales. Et toujours plus de gens sans logement correct...

2

1
2014-01-28 12:00:32 +0100

le véritable "pouvoir d'achat", ce n'est pas le pouvoir d'acheter le tout et n'importe quoi (auquel on n'aurait même pas pensé parfois sans être allé dans les magasins) présenté par les magasins pour faire vendre (produits "jetables", ou à obsolescence programmée, produits éthiquement nocifs, car ils entrainent un accaparement des terres ou un néo-escalavage). le véritable POUVOIR D'ACHAT, c'est le pouvoir de choisir ce que l'on achète, en particulier par sa qualité, sa provenance, et l'état d'esprit de qui le fabrique...Et ce type de pouvoir d'achat là implique aussi qu'on soit sorti de la pauvreté. Or, elle touche de plus en plus de personnes. Et je connais aussi beaucoup de locataires qui s'accomodent de conditions de chauffage, d'isolation, d'humidité et moisissures assez médiocres, tout cela parceque les propriétaires ne veulent pas faire de travaux et préfèrent se contenter de toucher le loyer.

1

1
2014-01-28 13:25:39 +0100

Exacte!

1

0
2014-01-30 09:43:20 +0100

Et pourtant, l'éléphant dans cette pièce, c'est bien la population humaine. Un bébé occidental vaux 20x l'empreinte écologique d'un bébé dans le tiers monde. Homo sapiens est devenue plus nombreux que tout autre mammifère... plus nombreux que les rats. Plus nous sommes nombreux, moins on a de valeur, c'est une simple loi de marché, et c'est l'intention même du marché et du patriarcat, de faire en sorte que les utérus produisent constamment de nouveaux rejetons esclaves, afin de remplir les bourses des riches. Il nous faut un arrêt des naissances sur rotation. 10 ans sans reproduction, suivi de 10 ans avec. Tout le monde égal, pas de préjugés, pas de lois anti-humaines bizarres, pas d'eugénisme.

0

1
2014-01-30 19:45:54 +0100

En fait, la liberté est un pilier inébranlable de la vie et de la vie humaine. Moi aussi, je suis quelque peu affolé pour les générations futures et l'ensemble du monde vivant lorsque je vois la courbe d'augmentation de la population humaine sur Terre en fonction du temps (exponentielle). Même s'il faut prendre en compte l'empreinte écologique, qui est en effet maximale pour les sociétés à confort matériel important. Mais l'information vaut mieux que toute volonté de réduction artificielle. Déjà, si le fait d'en parler n'était plus un tabou, il y aurait un gros progrès. Par ailleurs, on peut s'étonner que les allocations familiales soient nulles pour les parents ayant 1 seul enfant, pour lequel ils doivent tout acquérir (poussette, lit, etc...), de 123 euros pour 2 enfants, et 300 euros pour 3...lorsqu'on a déjà du matériel. Et un peu comme si on voulait inciter à avoir un 3ème enfant qui "rapporte" plus d'allocation que les 2 précédents...Je sais que c'est un terrain tabou, glissant, et que je n'aime pas particulièrement, mais la liberté d'avoir des enfants tout comme la liberté d'expression et l'information en matière de surpopulation sont importantes.

1

1
2014-01-30 19:49:00 +0100

En Chine, la politique de l'enfant unique a engendré un "gendercide" des nourrissons filles… C'est horrible. Si la politique de l'enfant unique prend fin, il y a aura aussi des problèmes…
L'humanité trouvera peut-être sa réponse avec la fin de la civilisation du pétrole, et le retour à l'autosuffisance alimentaire… Si les mégalopoles devaient s'auto-suffire, les choses seraient certainement tout autres (?).

1

1
2014-01-31 00:12:07 +0100

À Germain et eco... en Chine on ne parle pas de "genre"-cide... car le "genre" dans le sens anglophone de "gender" n'est qu'un amassis de stéréotypes culturels. En fait, la politique chinoise d'un enfant a eu deux conséquences: 1) le fémicide à grande échelle, et 2) les filles non-documentées... des filles sans certificats de naissance, sans assistance sociale, sans éducation, vouées à la survie via la prostitution.
Alors non, c'est pourquoi quand on parle de contrôle des naissances, il faut un système absolument neutre, c'est pourquoi je suggère des décennies alternantes de non-reproduction. Et que d'ici là soit rendu gratuits sur la planète entière toute méthode démontrée efficace de contraception et l'accès total à l'avortement.
Et pour ce qui est du sempiternel argument « mais y'a assez de ressources pour tout le monde, c'est simplement une question de distribution », c'est tout-à-fait non-pertinent. La techologie et les ingénieurs sauront toujours produire «plus» peu importe la «qualité». Non, les ressources n'ont rien à y voir, la débat tient au fait que sûrement le reste des espèces de la planète doivent bien eux-aussi avoir le droit d'avoir des existences désirables. Et je ne parle pas ici que des jolis rhinos et pandas, je parle du krill, du poisson, des bivalves et des corails. Ce n'est pas notre technologie qui détruit leur existence, c'est notre usage de toutes les géographies, afin d'assouvir nos fabulations.

1

0
2016-09-20 13:01:56 +0200

Il faut vraiment arrêter de faire n'importe quoi.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 768187
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 343492
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131410
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 211235
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 41229
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 283743

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy