POPULARITÉ
16

La vènerie

Éditer
Publié dans
le 12.11.12
Chasse-courre

1- LA VÈNERIE OU CHASSE À COURRE

C’est une méthode de chasse légale en France, interdite en Allemagne (1952), en Belgique (2001), en Ecosse (2002) et en Angleterre (*1), pratiquée par des personnes (les veneurs). à pied (petite vènerie) ou à cheval (grande vènerie).

Elle consiste à chasser avec l’aide d’une meute de chiens. Ces chiens sont dressés et spécialisés dans la poursuite d'une espèce particulière. Ce sont des chiens dits courants

Les espèces chassées à courre sont
- pour la grande vènerie : le cerf, le chevreuil, le sanglier,
- pour la petite vènerie: le renard, le lièvre et le lapin de garenne.

Lorsque la victime est “aux abois”, totalement encerclée, blessée par les morsures, c’est alors le moment culminant : “l’hallali”. L’un des chasseurs l’achève à l’aide d’une dague ou d’un fusil. Le cerf est parfois noyé dans la vase d’un étang. Le lièvre et le chevreuil sont parfois déchirés vivants par les chiens.

LA RÈGLEMENTATION

Période d'ouverture
Les dates d’ouverture et de fermeture de la vènerie sont définies à l’article R.424-4 du code de l’environnement :
« La chasse à courre, à cor et à cri est ouverte du 15 septembre au 31 mars ».

Les infractions
« Nul n’a la faculté de chasser sur la propriété d’autrui sans le consentement du propriétaire ou de ses ayants droit » mais certains équipages ne respectent pas ce principe. Jadis la chasse à courre s'exerçait sans souci des limites des terrains : l'équipage et sa meute pouvaient donc poursuivre sur le terrain d'autrui l'animal lancé sur sa propriété. C'est une époque heureusement révolue.

Le droit de suite est abrogé mais il n’y a pas fait de chasse sur le terrain d’autrui et donc pas d’infraction quand le chasseur va achever l’animal qu’il a déjà mortellement blessé ou sur ses fins, ou ramasser un gibier tué dans des conditions licites.

Seul le fait de poursuivre sur le terrain d’autrui et d’y achever un animal simplement blessé constitue un acte de chasse et une contravention, faute d’autorisation de la part du propriétaire.

En cas d'infraction, il importe que la justice soit saisie.

Le jugement rendu le 10 avril 2009 par le TRIBUNAL DE POLICE DE MONTARGIS suite à une plainte d'adhérents de notre association doit y encourager.
Le prévenu a été condamné à deux amendes de 400 euros pour deux actions de chasse successives et à indemniser les parties civiles.

UNE ALTERNATIVE : le drag

Certains équipages anglais, au lieu d'enfreindre la loi, se sont adaptés en organisant des chasses fictives. En effet les habitudes de sortie dans la campagne sont ainsi maintenues; les cavaliers donnent à la meute un autre objectif: suivre une trace olfactive pour débusquer non pas un animal terrorisé mais un leurre. Certains habitués de cette pratique alternative, bien installée en divers pays qui ont renoncé à la chasse à courre depuis plus ou moins longtemps, imaginent des parcours nécessitant une grande maîtrise des obstacles et méritent alors le titre de sportifs...

Que des rites cruels s’effacent au fil du temps au profit de formes sportives est une évolution classique, adaptation progressive qui préserve costumes et cors de chasse, caractéristiques auxquels tiennent les pratiquants. Ainsi les chasseurs à courre ne sont pas privés de leurs préparatifs, de leur exercice physique en groupe, et les spectateurs bénéficient d'un spectacle haut en couleurs dont l'épilogue n'est plus un hallali. Façon pour les veneurs àla fois de rester dans leurs us et coutumes et d'entrer en modernité. Un cérémonial débarrassé de sa connotation négative !

2- La vènerie sous terre, ou chasse sous terre, ou encore déterrage, est traitée à cette page
http://www.humanite-biodiversite.fr/document/le-deterrage

(*1) Dans "Le livre blanc de la vènerie" de 2011, on peut lire:
"ANGLETERRE. C’est au milieu du XVIè siècle, dans le Norfolk, que naquirent les premiers équipages chassant le renard à courre. Puis,la pratique se développa à travers tout le pays jusqu’à atteindre son apogée en 2004 lorsque fut votée la triste loi d’interdiction, le Hunting Ban.
Le renard est l’animal mythique, mais de nombreux équipages chassent le lièvre, quelques-uns le vison (qui s’est substitué à la loutre), voire le cerf pour les trois équipages du Devonshire. Aujourd’hui ce sont quelque 343 équipages qui continuent à découpler plusieurs fois par semaine. Aucun équipage n’a démonté, aucun ne s’est expatrié, tous continuent à chasser selon les possibilités que permet la loi, et l’on compte plus de pratiquants que jamais, au grand dam des abolitionnistes. On n’éradique pas par la loi une culture nationale, c’est la grande leçon qu’il faut retenir de ce qui s’est passé en Angleterre !"

Commentaires

1
2015-07-23 10:26:29 +0200

"En Angleterre, ils chassent le renard envers et contre tous"
C'est un artcle de 2012, 8 ans aptès le vote de la loi …
http://www.lefigaro.fr/inte...

1

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 783664
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 339437
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 131287
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 231424
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43904
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 282924

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy