POPULARITÉ
162

Le plan biodiversité

Éditer
Publié dans
le 03.07.18
Logotype_biodiv15mai18-logotexte-280x129

le Comité national de la biodiversité se prononce

Le ministre Nicolas Hulot a annoncé à Marseille le 18 mai sa volonté d’élaborer un plan d’action gouvernemental, construit autour de cinq axes mobilisateurs déclinés en mesures concrètes.

Cette initiative est présentée comme visant à la fois à porter les enjeux de la biodiversité au même niveau que ceux du climat et à positionner notre pays, qui doit accueillir d’ici à 2020 divers évènements internationaux sur la biodiversité, comme un pays en pointe dans ce domaine. Voir https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018.05.18_dp_biodiversite.pdf

Il a souhaité consulter sur ce projet le Comité national de la biodiversité, nouvelle instance mise en place par la Loi biodiversité, dans lequel siège le président de notre association.

Vous pouvez consulter les propositions du CNB, adoptées le 21 juin, elles sont présentées dans le document joint.

Le gouvernement annoncera le 4 juillet le contenu définitif de ce plan et les engagements des différents ministères. Nous verrons alors si ces annonces sont à la hauteur des attentes suscitées par cette initiative.

Commentaires

4
2018-07-03 10:17:54 +0200

Voici les propositions de Humanité et biodiversité:

  • La reconquête de la biodiversité ne doit pas seulement viser à améliorer notre cadre de vie et à nous adapter au changement climatique. La biodiversité mérite d'être défendue en elle-même et pour les générations futures.
  • Étendre l’obligation de compensation (actuellement limitée aux grandes infrastructures) à tous les changements d’usage des sols ayant des effets négatifs sur la biodiversité (artificialisation, suppression de prairies...), dans le cadre de la procédure ERC et l’orienter vers des opérations de « renaturation » de zones dégradées.
  • Assurer la cohérence entre la PPE (programma on pluriannuelle de l’énergie) et les objectifs du plan biodiversité. Limiter en particulier l’implantation de panneaux photovoltaïques aux espaces ar cialisés et exclure les implanta ons d’éoliennes dans des zones naturelles d’intérêt écologique.
  • Soutenir des projets de systèmes alimentaires localisés et durables, ancrés dans des territoires et impliquant l’ensemble des acteurs concernés, sur le modèle des territoires à énergie positive.
  • Retirer les espèces en mauvais état de conservation de la liste des espèces chassables, sur la base d’un diagnostic scientifique indépendant actualisé régulièrement. Inversement, conditionner la régulation de certaines espèces à un constat de nuisances réelles de ces espèces, établi de la même manière.
  • Elaborer une stratégie pluriannuelle de création « d’espaces de nature » (aires protégées au sens de la SCAP), en impliquant tous les acteurs, y compris les villes et intégrant les objectifs de solidarité écologique et d’atténuation/adaptation aux changements climatiques.
  • Conforter le réseau Natura 2000, en appliquant les conclusions de l’audit de la cour européenne des comptes n° 1/2017 et celles du rapport du CGEDD CGAER n° 15029 de décembre 2015.
  • Créer des « réserves citoyennes » perme ant à toute personne de participer à la protection de la biodiversité, pour palier la disparition des réserves naturelles volontaires instaurées par la loi de 1976.
  • Créer de nouveaux parcs nationaux : Mettre en place le Parc national des feuillus de plaine et initier la création d’un Parc national des zones humides en mettant en place une instance de préfiguration.
  • Mettre en place un « diagnostic de qualité des sols et des infrastructures d’intérêt écologique » des exploitations agricoles et forestières, régulièrement actualisé et devant être joint à toute transaction (changement de propriétaire ou de locataire), sur le modèle des propriétés bâties. Ce diagnostic pourrait également servir de base aux paiements des services environnementaux.
  • Améliorer l’e cacité des infrastructures écologiques prévues par la PAC:
    • Mettre en place un cadastre public de ces infrastructures, afin de veiller à leur intégration dans les objectifs de reconquête de la biodiversité (insertion dans les trames vertes et bleues)
    • Appliquer les obligations de la PAC sur le taux de surface d’intérêt écologique à l’échelle des parcelles de plus de 10 hectares et pas seulement sur l’ensemble de l’exploitation.
  • Rendre public dès l’été 2018 et mettre en consultation les positions françaises pour les réunions internationales prévues en 2018 sur la biodiversité (COP 14 en par culier).
  • Confier à la FRB la gestion d’un programme pluriannuel de recherche sur les pesticides et autres biocides, visant à préciser leurs impacts sur la biodiversité et à rechercher des alternatives. Ce programme pourrait également intégrer des études sur les effets positifs de la biodiversité sur la santé. Ce programme serait le pendant de celui confié à l’INSERM sur la santé humaine.
  • Soutenir l’éducation à la biodiversité en mettant en place un fonds de dotation ouvert à tous les acteurs, sur le modèle du FFEM (Fonds français pour l’environnement mondial) ou du programme des Investissements d’avenir sur la culture scientifique.
4

3
2018-07-03 17:45:41 +0200

A H&B, excellent travail.

3

3
2018-07-04 10:03:46 +0200

Et ce matin 4 juillet :
« Au gouvernement de ne pas décevoir », commente Bernard Chevassus-au-Louis, président d' Humanité et Biodiversité, sollicité en 2012 par le gouvernement d’alors pour rédiger le document de préfiguration d’une « Agence de la biodiversité ». Le dossier est vaste à l’image des causes multiples de cette perte de biodiversité. « Pour la biodiversité marine, l’enjeu porte plus sur la surexploitation des ressources, poursuit Bernard Chevassus-au-Louis. En outre-mer et dans les milieux insulaires en général, le danger premier est bien souvent l’introduction d’espèces invasives… »
...
La part des espaces naturels et semi-naturels – l’habitat le plus propice à l’épanouissement de la faune et de la flore-, reste stable, autour donc de 40 % du territoire.
Rassurant ? « Cette artificialisation rogne tout de même sur les espaces naturels et semi-naturels, répond Bernard Chevassus-au-Louis. Surtout, qu’elle se fasse principalement au détriment des terres agricoles n’est pas forcément une bonne nouvelle pour la biodiversité. Lorsqu’un agriculteur doit céder des terres pour des projets d’artificialisations des sols, il n’est pas rare qu’il convertisse des prairies très riches en biodiversité en champs de cultures annuelles, parfois même sur un modèle agricole intensif. » A l’échelle nationale, le phénomène est important : « 200.000 hectares de prairies sont ainsi retournés par an », précise-t-il.
...
« Il faudrait au moins que le le code de l’urbanisme et la législation française fassent en sorte que les nouvelles zones artificialisées ne puissent devenir des déserts biologiques », ajoute Bernard Chevassus-au-Louis. Cela passe parfois par des aménagements peu onéreux : laisser pousser de l’herbe au pied des arbres, maintenir des corridors écologiques entre les réservoirs de biodiversité permettant à la faune de circuler, ou encore prévoir des anfractuosités dans les façades bâtiments… « On n’y pense pas, mais l’isolation thermique par l’extérieur des bâtiments anciens a privé de nombreuses espèces d’oiseaux des cavités où elles aimaient se réfugier », raconte le président d’Humanité et Biodiversité.
...
Source:
https://www.20minutes.fr/pl...

3

3
2018-07-04 10:24:37 +0200

"Nous jugerons ce plan par ses mesures concrètes", a déclaré Sandrine Bélier, directrice d'Humanité et Biodiversité, à l'AFP, citant précisément la loi de finances 2019 et l'éco-conditionnalité des aides comme indicateurs de qualité du plan.
https://www.actu-environnem...

3

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 773171
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 308284
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 128724
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 222280
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43837
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 271575

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy