POPULARITÉ
215

« Les nouveaux modèles de production sont à inventer »

Éditer
Publié dans
le 12.05.19
Biodiversite-h_b

Interview AgraPresse du 3 avril 2019
Paru le 6 mai dans le n° 3691

« Les nouveaux modèles de production sont à inventer »

Bernard Chevassus-au-Louis tient une place particulière dans le monde agricole. Ancien directeur général à l’Inra, membre du CGAER, généticien reconnu, il a voué une grande partie de sa carrière à la défendre la biodiversité, cause pour laquelle il s’est engagé dans l’association « Humanité et Biodiversité », qu’il préside depuis 2015. Diminution des phytos, place de la viande, innovation génétique… pour « Agrapresse », il a confié ses préoccupations concernant l’avenir de l’agriculture dans un contexte de chute de la biodiversité et de réchauffement climatique. Il a posé un regard expert sur la transition environnementale agricole, que ce soit en matière de réduction des gaz à effets de serre, de diminution de l’utilisation des produits de synthèse, et de sélection variétale, alors que le lien entre les consommateurs et les agriculteurs semble se rompre de plus en plus.

Réchauffement climatique, épuisement des ressources, pertes de biodiversité… Un nouveau mot a fait florès en 2019: la collapsologie. Le système alimentaire peut-il connaître un « effondrement », comme le prédisent les tenants de cette théorie?

Ce mouvement, initié par le biologiste Jared Diamond avec son livre « Effondrement », en 2005, a la vertu de provoquer une sorte « d’inquiétude ». Ce sentiment est utile pour déceler les failles des systèmes que l’on croyait robustes. C’est le cas de notre système alimentaire, qui a effectivement des éléments de vulnérabilité, que ce soit d’un point de vue économique, social, sanitaire ou environnemental. Cette « inquiétude » doit nous faire réfléchir sur les moyens d’améliorer la résilience de nos modèles de production. La collapsologie analyse par ailleurs les systèmes dynamiques complexes, dont les mécanismes peuvent s’appliquer au domaine de l’alimentation. Il s’agit de dispositifs donnant l’impression d’être assez stables, malgré des signaux de vulnérabilité, mais qui s’effondre d’un coup. On peut citer par exemple certaines pêcheries, dans lesquelles on récupère, au fil du temps, des poissons de plus en plus petits. Subitement, le système bascule : on ne pêche plus que des méduses, et celles-ci finissent par manger les poissons qui restent. Une nuance, néanmoins : le système ne s’effondre pas réellement : il bascule dans un autre état, tout aussi fonctionnel. Toutefois, il ne produit plus rien « d’intéressant » pour les humains.

Intégralité de l'interview dans le document ci-dessous

AGRA PRESSE est le média de veille de l’économie et des politiques agricoles
Remerciements à ce média pour nous avoir autorisés à publier cet article réservé à ses abonnés

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’érosion d...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 782548
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 337938
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 130625
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 229603
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43898
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 276932

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy